Image

Présomption d’innocence : les raisons de la colère

presomption-dinnocence

Alors qu’un homme visé par une plainte pour viol a récemment été promu ministre de l’Intérieur, attisant un feu de colère chez de nombreuses femmes, l’argument de la présomption d’innocence ne cesse de revenir sur le devant de la scène, opportunément manipulé par des petits malins qui y voient la bouée de sauvetage de ce remaniement désastreux. 

Mais qu’est-ce que la présomption d’innocence, et pourquoi ne peut-elle suffire, à elle seule, à clore la discussion ? 

La présomption d’innocence : qu’est-ce que c’est exactement ?

Parce qu’il vaut mieux savoir de quoi on parle quand on évoque un concept, voyons ce qu’est, en droit français, la présomption d’innocence. 

Comme l’explique cette tribune publiée par un collectif de femmes juristes, la présomption d’innocence est un principe directeur de la procédure pénale, selon lequel la charge de la preuve de la culpabilité revient à l’accusation, et le doute doit toujours profiter au mis en cause. C’est donc, avant tout, une règle de preuve. La présomption d’innocence, qui ne joue un rôle que dans le cadre d’une enquête ou d’un procès pénal, ne fait pas obstacle à la liberté d’expression (et encore moins la liberté d’être en colère). A condition, toutefois, de ne pas présenter la personne concernée comme définitivement coupable et de rappeler le cas échéant qu’une enquête est en cours et que le mis en cause n’a pas encore été jugé ni condamné. Ces limitations à la liberté d’expression ont une implication concrète, notamment pour les médias. Par exemple, la loi interdit de diffuser sans son accord les images d’un individu menotté. 

A partir de ces informations, nous pouvons donc déduire deux choses :

  • Légalement, rien ne s’oppose à ce qu’une personne mise en cause dans une affaire de viol devienne Ministre de l’Intérieur (moralement, c’est une autre histoire).

  • De même, rien ne peut s’opposer au mouvement d’indignation qu’a provoqué cette nomination. Le tollé que celle-ci a soulevée (et qui pourrait bien se prolonger) n’est en aucun cas une violation du principe de la présomption d’innocence, qui rappelons-le est avant tout une règle de preuve en matière pénale.

Le double standard de la présomption d’innocence

S’indigner d’une telle nomination, c’est se placer avant tout d’un point de vue moral. Ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi : la moralité, malgré l’image péjorative dont souffre ce terme, est aussi ce qui commande la plupart des règles en vigueur dans notre société (interdiction de l’inceste, interdiction de se faire justice soi-même, interdiction de voler, interdiction de tuer, etc). Elle est à la base même du droit.

Est-il éthiquement correct de nommer au Ministère de l’Intérieur – dont la mission est, entre autres, de garantir la sécurité des personnes et des biens – un homme visé par une plainte pour viol ? Imaginerait-on, par exemple, un ministre du Budget visé par une enquête pour fraude fiscale ? (oh pardon, c’est déjà arrivé en 2013 et le ministre en question a été démis de ses fonctions, malgré l’existence de cette présomption d’innocence qu’il ne faudrait surtout pas bafouer). Nommer à un ministère régalien un homme visé par une plainte pour viol est-il moralement acceptable, sachant que les violences faites aux femmes sont censées être la « grande cause du quinquennat » et que l’incurie de la police-justice en matière de violences sexistes et sexuelles ne cesse d’être démontrée ? (pour rappel, seuls 1% des violeurs dénoncés sont condamnés)

Sur ce sujet, la loi est silencieuse. Chacun décidera donc en son âme et conscience.

Mais une chose est sûre : celles (et peut-être ceux) qui jugent cette nomination honteuse sont libres d’exprimer leurs sentiments. Cela, rien ni personne ne peut s’y opposer.

User de sa liberté d’expression pour exprimer son dégoût, sa colère, son incompréhension, n’est pas bafouer la présomption d’innocence. Nous ne sommes pas dans un prétoire ; nous participons simplement au débat public, et notre colère, nous avons le droit, peut-être même le devoir de l’exprimer – autant que nous le voulons, et autant qu’il le sera nécessaire.

Parce que le double standard qui existe en matière de présomption d’innocence doit être dénoncé. 

D’autres personnalités politiques (François Bayrou, Marielle de Sarnez, François de Rugy, François Fillon pour ne citer qu’eux) ont en effet été contraint.es de démissionner dès lors que leur implication dans des affaires judiciaires a été découverte. Il ne s’agissait alors pas de bafouer la présomption d’innocence, mais bien de prendre des mesures de précaution, d’apaiser le débat et de faire preuve d’éthique et d’honnêteté morale. Ces valeurs-là, nous ne pouvons pas nous en prévaloir uniquement quand ça nous arrange. Soit nous les mettons en exergue, partout et tout le temps, soit nous les ignorons – partout et tout le temps.

En réalité, ce qui provoque la colère de tant de femmes, c’est que la présomption d’innocence – en tant que concept moral – est à géométrie variable. C’est qu’elle n’est invoquée que pour légitimer l’existence d’un ordre patriarcal, et passer sous silence les violences de certains hommes qui, sachant qu’ils resteront impunis, n’y voient qu’un banal amusement. 

On sait que les violences sexuelles sont banalisées, normalisées, ignorées par la plupart des gens. Cette affaire en est un puissant symbole. Il n’est pas acceptable pour un homme politique d’être soupçonné de détournement de fonds publics, mais être soupçonné de viol, ça passe.

Parce que le viol, on s’en fout. Parce que le viol, c’est une affaire de femmes qui mentent. Parce que le viol, ça fait partie du patrimoine culturel, avec les mains au cul et les remarques graveleuses qui se veulent drôles et spirituelles. On le savait depuis longtemps, mais tout de même : drôle de message envoyé par un gouvernement qui a fait des violences faites aux femmes sa « grande cause du quinquennat ».

presomption-dinnocencee

Pourquoi la présomption d’innocence se transforme (presque) toujours en présomption de culpabilité des victimes ? 

Les affaires de violences sexuelles soulèvent une particulière défense de la présomption d’innocence – bien plus que pour toutes autres affaires.

Cela démontre, une fois de plus, que la culture du viol est toujours à l’oeuvre dans notre société, malgré les avancées féministes.

Le corollaire de la présomption d’innocence en matière de violences sexuelles serait donc la présomption de culpabilité des victimes, comme si l’existence de ce principe juridique signifiait que tous les mis en cause étaient nécessairement innocents, et toutes les accusatrices étaient nécessairement dans le mensonge, l’exagération ou la vengeance. Or, pas plus que nous n’avons de certitude que le mis en cause est coupable, nous n’avons aucun moyen de savoir si la plaignante dit vrai ou pas – on rappellera néanmoins que les fausses accusations de viol représentent 2 à 8% seulement des plaintes. 

Si nous tenons tant à défendre la présomption d’innocence, ayons donc le bon sens de ne pas supposer que les victimes sont coupables.

Et interrogeons-nous sur les réactions – souvent violentes, viscérales – que suscitent les affaires de violences sexuelles. Pourquoi sommes-nous, dans ces cas précis, si prompts à défendre l’agresseur présumé ? Pourquoi brandissons-nous la présomption d’innocence comme s’il s’agissait d’un totem d’immunité, alors même que des délits comme la fraude fiscale ou la corruption, tout présumés qu’ils soient, échouent à susciter chez nous la même indulgence ? Qu’est-ce qui fait que nous sommes si prompts à défendre les violences sexuelles – réelles ou présumées ?

Qu’est-ce que cela dit de nous, et de la société dans laquelle nous vivons ?

Les lamentations victimaires des tenants de l’ordre ancien – celui dans lequel les hommes dominent, et les femmes n’ont qu’à fermer leur gueule – ont beau changer de fond, elles conservent toujours la même forme. Les femmes exagéraient quand elles réclamaient le droit de vote. Les femmes faisaient preuve d’une radicalité dangereuse lorsqu’elles demandaient l’accès à l’avortement légal. Ensuite, elles menaçaient la structure de la société tout entière lorsqu’elles réclamaient des salaires égaux pour un travail égal. Puis on en vint à s’inquiéter du fait que les femmes et les hommes ne pourraient bientôt plus prendre l’ascenseur ensemble (« argument » favori des antiféministes, qui l’ânonnent avec la vigueur d’un disque rayé). A chaque avancée, il existe un obstacle correspondant.

Maintenant, nous nous attaquons au plus gros morceau : la prise en compte – tant d’un point de vue préventif que curatif – des violences sexuelles envers les femmes. De manière inévitable, les résistances s’organisent. Les agresseurs, les violeurs, les harceleurs et tous ceux qui profitent d’une situation de domination n’ont aucun intérêt à ce que la société prenne enfin la mesure de la situation. Cela signifierait en effet la fin de l’impunité, la fin de la complicité, la fin de la jouissance tranquille. Lorsque Emmanuel Macron explique qu’il s’est entretenu « d’homme à homme » avec le nouveau Ministre de l’Intérieur, il ne dit pas autre chose : ces trois mots simples sont l’expression de cette connivence, cette complicité masculine qui protège les agresseurs et fait taire les victimes.

Alors, veillons à ce que la présomption d’innocence ne devienne pas un outil pour réduire au silence des femmes qui peinent déjà à s’exprimer, et battons-nous pour que notre pays sorte enfin de son aveuglement mortifère, et pour que cesse cette indifférence cinglante dont il gratifie ses citoyennes.

Il mérite mieux que ça, et nous aussi.

Image

Comment reconnaître une relation toxique ?

relation-toxxique

Chroniques de la violence ordinaire

Marie-Alice Dibon est une brillante cheffe d’entreprise qui partage sa vie entre la France et les Etats-Unis. Un jour, à Paris, elle fait la rencontre de Luciano, un chauffeur de taxi de 13 ans son aîné. Ils discutent littérature, elle tombe sous le charme. Cette relation compliquée durera 15 ans, au cours desquels les violences physiques furent a priori absentes. Cette relation n’en était pas moins violente, d’une violence insidieuse et sous-jacente, qui se manifestait notamment par un climat de tension perpétuelle. « J’ai été témoin de crises de panique de [Marie-Alice], quand on était toutes les deux en tête à tête chez eux, parce qu’elle s’était rendu compte qu’elle avait oublié d’acheter du pain« , expliquera plus tard la sœur de Marie-Alice.

Luciano était aussi, selon les dires d’une amie, « jaloux et possessif », du genre à appeler Marie-Alice plusieurs fois par jour et à contrôler ses déplacements. Lorsque celle-ci, à bout, tentait de le quitter, Luciano n’hésitait pas à lui faire du chantage affectif. Il se laissait alors dépérir, perdant plusieurs kilos, lui répétant qu’il ne peut vivre sans elle.

A première vue, on pourrait trouver cette attitude romantique. C’est un signe d’amour, de passion désespérée ; ça brûle, ça fait mal, mais c’est beau. Pourtant, l’amour et le romantisme sont totalement absents de cette histoire. Mais l’emprise, elle, est bien là.

En avril 2019, Marie-Alice quitte une nouvelle fois Luciano. Pour de bon, pense t-elle.

Son corps sera retrouvé 3 jours plus tard dans une valise flottant dans l’Oise.

*

Nastasia Estrade avait 18 ans lorsqu’elle a été égorgée par son compagnon, un Argentin de 23 ans son aîné. Elle venait de manifester le souhait de le quitter. Son conjoint n’avait rien du profil habituel de l’homme violent : casier judiciaire vierge, aucun antécédent de violences, il était décrit par son entourage comme « travailleur, gentil, serviable ».

Une relation sans histoires qui aurait mal tourné ? 

Non.

Comme dans toutes les affaires de féminicides, des signes avant-coureurs laissaient présager d’une catastrophe. Roberto refusait de laisser partir Nastasia lorsqu’elle lui disait vouloir mettre un terme à leur relation ; il piquait souvent des crises de colère, se montrait jaloux et suspicieux. Plus la relation se dénoue et plus leurs disputes sont fréquentes, faisant monter une pression qui ne tarde pas à devenir étouffante.

En avril 2017, quelques mois après le début de leur relation, il lui tranche la gorge après qu’elle lui ait annoncé son intention de le quitter.

Cette terrible histoire nous dit une chose importante : les psychopathes n’ont pas le monopole de la violence. Celle-ci s’infiltre partout, dans des couples et des foyers ordinaires, dans le corps et dans la tête de Messieurs Tout-le-Monde.

Les relations toxiques ne sont pas une exception dommageable. Elles ont cours partout, chez nos voisin-es, nos ami-es, nous-mêmes.

Bien sûr, toutes ne connaîtront pas une issue funeste. Mais tous les féminicides ont en commun d’avoir commencé par une relation dysfonctionnelle, construite sur une logique de domination patriarcale.

Les relations toxiques sont toutes différentes, mais elles ont une ossature commune. C’est pourquoi il est crucial d’apprendre à les identifier. Car la meilleure manière de quitter une relation violente, c’est encore de ne jamais y entrer.

Le principal dénominateur commun est la structure de la relation. Celle-ci ressemble à un étau, qui se resserre un peu plus fermement chaque jour. Plus le temps passe, et plus il devient difficile de partir. La peur a fini par s’installer de manière diffuse, tout comme l’emprise.

Feminicides-quatorze-femmes-ont-deja-ete-assassinees-depuis-le-1er-janvier

*

La rupture est le premier élément déclencheur du passage à l’acte des féminicides.

Elle le quitte, il la tue.

Dans une majorité des féminicides commis entre 2011 et 2016 (63,44%), aucun fait de violence antérieur n’avait été rapporté à la police. Cela ne signifie pas que ces meurtres se produisent en majorité dans des couples heureux et équilibrés, à la faveur d’un soudain accès de violence, d’un coup de sang inexpliqué, d’un malheureux « pétage de plomb », comme on dit.

Cela signifie simplement que les violences physiques (les plus spectaculaires, les plus évidentes, les plus « reconnues ») sont loin d’être les seuls signaux d’alerte.

En réalité, les relations toxiques ont cette terrible particularité d’être, pour un œil non entraîné, quasi-invisibles.

Différencier l’amour de la violence, une tâche ardue ?

C’est la raison pour laquelle il est si important d’apprendre à distinguer les contours de la violence. A dissocier l’amour de la possession. Vous vous dites que tout le monde, a priori, sait faire la distinction ? Et pourtant.

Dans un monde patriarcal où les relations toxiques sont mises en exergue dans de nombreuses productions culturelles (films, chansons, romans, séries…), les femmes grandissent avec une vision faussée de l’amour. Elles finissent par confondre soin de l’autre et possession, sentiments et violences, amour et emprise. Et par oublier qu’une relation saine est une relation d’égale à égal, et non une relation basée sur des logiques de domination. 

«  Pour moi, ça a commencé comme un conte de fées. Il se montrait follement amoureux, aux petits soins. Notre relation a très vite décollé, on s’est installés ensemble au bout de 2 mois. Et puis il a fini par montrer son vrai visage, me convaincant d’arrêter ma formation « minable » de graphiste, m’isolant de mes amies, critiquant mes moindres faits et gestes. J’ai perdu toute confiance en moi, mais j’étais persuadée qu’il faisait ça par amour. C’est ma mère qui a fini par me sauver ».

Imprégnées d’images pornographiques qui normalisent la violence contre les femmes, abreuvées d’histoires où la jalousie fait figure de preuve d’amour, où la possession rime avec passion, où l’amour fait mal, où le schéma récurrent est celui d’un homme en position de domination (financière, culturelle, professionnelle, d’expérience…) sur une femme qui se soumet à lui avec bonheur, elles n’apprennent jamais ce qu’est une relation saine, égalitaire et exempte de tout mécanisme de domination. 

relation-toxique
Un exemple classique de relation toxique glamourisée par la « littérature » (ahem), puis le cinéma

On dit parfois, en évoquant l’épilogue fatal de certaines relations : « il n’y avait pas de signes avant-coureurs » ; « il n’a jamais été violent avec elle, je ne comprends pas », « je n’aurais jamais pu penser que cela se finirait comme ça ».

C’est parce que nous avons pris l’habitude de fermer les yeux sur des comportements toxiques ; parce que nous avons appris à prendre pour des attitudes normales des comportements violents ; parce que nous ne savons pas distinguer la violence (notamment psychologique) du cours normal des choses ; parce que nous avons appris à voir dans des signes de violence (la jalousie, la possession…) de jolies preuves d’amour. 

Notre éducation nous pousse aussi à entretenir une vision uniforme et erronée de la violence. Or, celle-ci est loin de se résumer à sa seule forme physique. Elle se niche aussi et surtout dans les agissements, les mots, les comportements. 

Les signes annonciateurs de la catastrophe

  • Votre conjoint se montre jaloux, suspicieux. Il fouille régulièrement votre portable, votre boite mail, votre courrier, voire contrôle vos déplacements. Alerte rouge : il place un traceur GPS dans votre téléphone ou votre véhicule. 

  • Il vous reproche d’être trop coquette ou de trop attirer les regards masculins, et vous demande de vous maquiller moins ou de changer votre manière de vous habiller, notamment lorsque vous sortez sans lui.

  • Il bride votre liberté (de penser, de circuler, d’agir…).

  • Il souffle en permanence le chaud et le froid.

  • Il utilise le gaslighting, cette technique de manipulation émotionnelle visant à faire douter la victime de sa raison et par extension de sa réalité (par exemple : en niant avoir dit des mots qu’il a pourtant prononcé, en mentant éhontément, en semant la confusion, en traitant la victime de folle…)

  • Il exerce un contrôle sur vous, votre vie, vos décisions, vos finances. Alerte rouge : il vous pousse à quitter votre travail ou vos études et/ou confisque vos moyens de paiement.

  • Il vous isole de votre entourage (famille, amis, collègues…), en prétextant qu’il fait cela pour votre bien. Alerte rouge : vous ne pouvez plus sortir sans lui / chaque sortie sans lui s’accompagne de messages et de coups de téléphone intempestifs.

  • Il vous dévalorise, vous rabaisse, vous humilie, vous fait des reproches constants. Vous avez l’impression de n’être jamais assez bien. 

  • Lorsque vous êtes en public, il se montre charmant, mais en privé, il change de comportement. Alerte rouge : cette stratégie vise à assurer son impunité et à effacer tout soupçon.

  • Il procède à une inversion de la culpabilité, en justifiant ses actes par une cause extérieure (vous) : « oui, j’ai crié mais tu t’es mal comportée », « tu as vu comme tu m’as parlé ? », « tu ne fais aucun effort, c’est normal que je finisse par m’emporter ».

  • Il instaure un climat de peur, de tension. Vous vous retrouvez à marcher sur des œufs en permanence. Alerte rouge : les disputes sont de plus en plus fréquentes, même si elles concernent des sujets anodins.

  • Vous avez peur de le quitter. Alerte rouge : il commence à faire du chantage au suicide lorsque vous évoquez une possible rupture.

  • Vous n’êtes pas heureuse ; vous sentez que vos besoins ne sont pas respectés. 

« J’ai rencontré J-B sur Tinder. Je me souviens d’une conversation, à deux jours de notre rencontre, qui m’avait un peu perturbée. Il voulait parler de comment on gérait la sexualité, je lui ai dis que j’étais assez libérée, que je n’avais pas forcément de tabou, et que le plaisir de l’autre était plus important que le mien. Il m’avait répondu que lui aussi, il se donnait beaucoup, et que son plaisir à lui n’était pas important. Avec le recul je trouve ça étrange qu’il ait répondu la même chose que moi, ça faisait vraiment « promo pas chère », mais sur le coup j’ai pensé « wow enfin un mec bien ».

Mais quand je l’ai ramené chez moi, les soucis ont démarré. Il m’a d’abord pénétrée sans me le demander, puis il a râlé quand je lui ai demandé de mettre une capote. La suite a été à l’avenant : on s’engueule beaucoup, il ne supporte pas mon caractère, prend mal tout ce que je dis pour me défendre. Au lit, il ne me déshabille jamais, ne me touche jamais. Un jour il me gifle « pour rire ». Je suis choquée, je pleure, je lui dis qu’il est allé trop loin, que je ne supporte pas la violence. Il me dit que j’abuse, qu’il a pas fait exprès, qu’il me taquinait, que « ça va, c’est rien », que je dramatise toujours tout, que j’ai qu’à lui expliquer pourquoi je n’aime pas ça, qu’il ne peut pas deviner. Il me critique, refuse de m’adresser la parole quand il estime que je lui aie manqué de respect […]

La dernière fois, la fois de trop, on s’engueule comme d’habitude, ça part un peu plus loin, et il frappe avec son poing très violemment la porte, qui venait d’être fermée, juste à côté de mon visage. Je suis partie, et je ne l’ai plus jamais revu après ça. Aujourd’hui je ne suis plus du tout sereine dans mes relations avec l’autre, qu’elles soient amoureuses ou passagères. Je ne peux plus faire confiance, je n’ai plus l’énergie de m’en remettre à chaque fois. »

Typiquement, une relation toxique commence par une phase de séduction, pendant laquelle l’agresseur va déployer monts et merveilles pour « ferrer » sa proie. Puis il va commencer à l’isoler, la couper de ses proches pour l’affaiblir. Vient ensuite les processus de dévalorisation et d’inversion de la culpabilité (« tu me pousses à bout », « si tu n’étais pas aussi chiante, je réagirais autrement…», « c’est ta faute si notre couple va mal »).

L’emprise s’installe avec une succession de violences (rappel : les violences ne sont pas QUE physiques) et de phases d’apaisement. Une fois sous emprise, la victime aura de plus en plus de mal à partir. Son discernement sera altéré, ses moyens de défense affaiblis.

La psychiatre Marie-France Hirigoyen, qui a travaillé sur le phénomène d’emprise, décrit ce dernier comme un iceberg. Seule sa surface émergée est visible : les coups, les violences physiques, et au sommet, les féminicides. Mais sous la surface flotte la violence psychologique, celle que l’on ne peut voir à l’oeil nu : les mots dévalorisants, le contrôle, la jalousie, le climat de tension. C’est cette violence invisible qui prépare le terrain, et rend possible l’issue funeste.

Que faire ?

C’est une réalité : il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Mais si vous êtes dans une relation toxique, sachez qu’il est possible d’en sortir. 

La première étape – et c’est souvent la plus difficile – est de prendre conscience qu’on est dans une relation violente. Une fois que ce pas a été franchi, il faut parler. A ses proches, à une personne de confiance, à des associations qui viennent en aide aux victimes (voir plus bas). En cas de violences, vous pouvez porter plainte – ne déposez pas de main courante, qui ne déclenche aucune action et ne sert donc à rien dans ce cas précis. Ensuite, lorsque vous êtes disposée à partir, entourez-vous du mieux que vous pouvez. Il est important de ne pas rester seule.

Enfin, si l’on est un.e proche de victime, la tentation peut être grande de minimiser les faits, voire de faire preuve de complaisance (« il est seulement jaloux, ce n’est pas bien grave » ; « ça va, il n’a jamais levé la main sur elle »). Apprenez à repérer les signaux d’alarme, même les plus « faibles », et sachez accorder de l’importance au ressenti de la victime. Si vous la sentez éloignée, triste, éteinte ou apeurée, c’est probablement qu’elle est en danger. 

Si vous avez besoin d’aide

Chat de l’association En avant toutes :

https://commentonsaime.fr/

3919 : numéro de téléphone gratuit et anonyme

114 : numéro d’alerte par SMS

N.B : les passages en bleu sont des témoignages recueillis auprès de deux personnes différentes. 

Image

Pourquoi les hommes ne s’occupent-ils toujours pas des tâches ménagères ?

hommes-menage

Au début du confinement, tous les espoirs étaient permis. Les hommes, enfermés dans cette sphère domestique à laquelle ils échappent d’habitude, allaient enfin se rendre compte de la charge de travail que représente la gestion d’un foyer. Ils allaient voir que les repas ne se cuisinent pas tous seuls, que les frigos ne se remplissent pas par eux-mêmes, que les toilettes ne sont pas récurées par un lutin magique, que les enfants sont des êtres exigeants qui doivent être maintenus en vie, etc, etc. Les hommes, tout autant confinés que les femmes, n’allaient plus avoir d’excuses pour ne pas lever le petit doigt chez eux. Plus de « mais je rentre tard, moi ! » Plus de présentéisme opportun, plus de réunions à rallonge, plus de virées entre potes au café du coin.

Las : la révolution ne semble pas avoir eu lieu. De nombreuses femmes rapportent, au contraire, se sentir plus débordées que jamais, et avoir une charge mentale de la taille d’un stade de foot.

Une enquête Harris Interactive destinée à mesurer l’impact du confinement sur les inégalités a même révélé que « 54% des femmes consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35% des hommes ». 63% des femmes interrogées rapportent par ailleurs être celles qui « préparent le plus souvent les repas », et elles sont 56% à estimer passer plus de temps sur l’aide aux devoirs.

Et à côté de ça, aux Etats-Unis, le monde de la recherche voit ses membres masculins soumettre 50% de publications en plus que d’ordinaire, comme s’ils bénéficiaient soudain d’un excès de temps libre.

« J’ai l’impression de vivre la vie d’une femme au foyer des années 1950, entièrement dévouée et dédiée à la maison et aux enfants », rapporte Carole, 38 ans, dans un article publié sur Madame Figaro.

Les femmes interrogées par les médias sont nombreuses à partager ce ressenti : l’impression de crouler sous les tâches domestiques, de voir leur profession passer au second plan, et plus globalement de ne plus avoir une minute à elles – alors même que le temps devrait, en cette période inédite, revenir enfin en leur possession.

*

Depuis trente ans, les chiffres en matière d’inégalités domestiques ne bougent pas. Les femmes réalisent toujours 72% des tâches domestiques et 65% des tâches parentales. En onze ans, le temps moyen consacré par les femmes aux tâches ménagères a baissé de 22 minutes (il est passé de 3h48 en 1999 à 3h26 en 2010), alors que celui des hommes n’a augmenté que d’une minute, passant de 1h59 à 2h.

Et c’est là que se pose la question. LA grande question.

Mais que foutent les hommes ? (OK, j’attrape mes pincettes : la majorité des hommes). Comment se fait-il qu’ils ne prennent toujours pas leur part, même lorsqu’ils passent leurs journées à la maison ? Comment peut-on expliquer le fait que, même retranchés chez eux, ils continuent à dédaigner des tâches domestiques et éducatives qui leur reviennent pourtant de manière égale ?

Face à ce térébrant mystère, voici quelques éléments de réponse. 

I – Nous n’éduquons pas les hommes aux tâches domestiques

Depuis des siècles, il a été décidé que la sphère domestique serait le royaume des femmes. Celles-ci ont été assignées aux tâches ménagères et au soin des enfants, sous la justification bien commode que c’est « dans leurs gènes ». Leurs compétences ainsi naturalisées, il n’est guère étonnant qu’elles se retrouvent assignées d’office aux tâches domestiques au moment de la mise en couple. Des siècles de conditionnement patriarcal nous contemplent…

A l’opposé, les hommes grandissent dans l’idée que leur « place » ne se trouve pas à l’intérieur du foyer, mais à l’extérieur. Le travail, l’esprit, l’aventure, voilà qui est leur domaine – ce à quoi ils sont voués. Bien joué les gars, il est vrai que la sphère publique est un peu plus excitante que la salle à manger ! Le foyer familial est le lieu de reproduction de cette division sociale. Quand on grandit dans un environnement dit « traditionnel » – papa au boulot, maman aux fourneaux – comment ne pas reproduire ensuite le même schéma ? Comment élargir une vision de l’ordre social qui a été cultivée dès la prime enfance ? 

Et d’ailleurs… pourquoi décideraient-ils de changer les choses ? 

Cette attitude n’est finalement que pragmatique. Personne n’aurait idée de remettre en cause un système qui lui confère de confortables prérogatives. Certes, les hommes n’ont pas été éduqués à prendre en charge l’intendance domestique et se retrouvent donc dépourvus des compétences attenantes (1). Mais qu’importe, puisqu’il est attendu que leur compagne s’en chargera à leur place ?

Je ne pense pas que les hommes démissionnaires ne fassent pas exprès, ne se rendent pas compte, ni qu’ils soient, au fond, de bonne volonté. Je pense, au contraire, qu’ils ont parfaitement conscience de la charge qu’ils représentent pour leur conjointe. A moins d’être complètement aveugle, il est facile de voir quand un partage des tâches est inégalitaire – ou qu’il n’y a pas de partage du tout.

La question est : pourquoi modifieraient-ils leur comportement, puisque personne n’attend d’efforts de leur part ? Pourquoi abandonneraient-ils leurs privilèges, quand les femmes de leur vie acceptent – même à contrecœur – de les pérenniser ?

J’ai longtemps été un homme démissionnaire, ce qui fait que je les comprends d’autant mieux. J’ai en effet été éduquée à ne rien faire. Jusqu’à mes 18 ans, âge où j’ai quitté le foyer familial, je ne savais pas me nourrir seule. Je n’avais jamais touché ni machine à laver, ni balai, ni serpillière : la sphère domestique était pour moi une terre inconnue.

répartition-inegale-des-taches
Moi, fut un temps.

 

J’ai tout appris par moi-même. Ce fut long, et fastidieux.

Et si je n’aime toujours pas faire le ménage, j’en suis désormais au point où je cuisine mon propre granola – une magnifique progression, incontestablement.

Mais aurais-je eu la volonté d’acquérir ces compétences si j’avais su que, un jour, quelqu’un se chargerait de cuisiner, balayer, nettoyer, ranger, organiser pour moi ? Si je m’étais dit que cette période n’était que transitoire, jusqu’à ce que je puisse de nouveau mettre les pieds sous la table… ?

(1) Oui, ce sont bien des compétences qui s’acquièrent au fil d’un apprentissage plus ou moins long : personne ne naît avec le gène des courses, de l’aspirateur et du récurage de chiottes.

II- On accepte qu’ils soient des boulets

On connaît toutes et tous le cliché de l’emmanché incapable de faire cuire des pâtes sans mettre le feu à son lotissement, et de laver son gamin sans le noyer dans la baignoire.

C’est un ressort comique usé jusqu’à la corde, que la culture populaire continue pourtant d’exploiter ad nauseam – récemment, nous avons eu droit au film « 10 jours sans maman », dans lequel un DRH campé par Frank Dubosc se retrouve à gérer sa maison et ses quatre enfants pendant 10 jours (terrible – rendez-vous compte !). Capable de mener sa carrière d’une main de maître mais pas de laver ses slips, le pauvre se retrouve démuni devant l’ampleur de la tâche à accomplir. C’est qu’il n’a jamais eu à lever le petit doigt dans son foyer ! Là où une femme aussi incompétente se ferait immoler sur la place publique (monstre ! égoïste ! sorcière !), le papa abruti n’inspire qu’une tendresse amusée. La preuve : on en fait des films – supposément – comiques.

Les hommes bénéficient d’une incroyable indulgence de la société quand il est question de responsabilités domestiques. Certes, ils subissent un autre type de pression, dont il n’est pas question de nier le caractère délétère : ils sont en effet enjoints à jouer les mâles alpha, à surenchérir une virilité surannée qui s’accomplit dans le travail et les gros sous, et à étouffer leur vulnérabilité. Mais là où les hommes sont « uniquement » sommés de travailler, les femmes doivent travailler et faire tourner le foyer et s’occuper des enfants – c’est la fameuse « double journée ». Des injonctions multiples et un empilement des responsabilités qui les mènent parfois droit au burn-out. 

Là encore, pourquoi les hommes décideraient-ils d’endosser leurs responsabilités domestiques quand leur incompétence dans ce domaine est non seulement acceptée, mais aussi encouragée ? Pire encore : quand le travail invisible et gratuit des femmes leur bénéficie directement, en termes de carrière et de finances ? 

Et puis, quel meilleur alibi qu’une nullité supposément génétique pour continuer… à ne rien foutre ?

III- Les compétences « domestiques » sont dévalorisées

Un travail déconsidéré

Les compétences que réclame le travail domestique ont toujours été dévalorisées, précisément parce qu’elles sont considérées comme intrinsèquement « féminines ». Or, si les femmes savent d’instinct préparer les repas et plier le linge, pourquoi attacher une quelconque valeur à ce travail ? D’autant que ce dernier n’a pas vocation à produire quoi que ce soit et doit être répété tous les jours, perpétuant de ce fait un cycle éternel.

Sans aller jusqu’à exalter le travail ménager – chiant, mais nécessaire – nous pourrions au moins nous accorder sur le fait qu’il s’agit d’un savoir-faire indispensable à tout être humain. Je ne parle pas ici de la survie qui consiste à se nourrir quotidiennement de pizzas surgelées et à nettoyer son appartement juste assez pour ne pas mourir enfoui sous la crasse. Je parle de savoir maintenir un espace de vie propre et respirable, cuisiner des repas équilibrés, laver son linge et anticiper les événements de la vie quotidienne – les courses, le paiement des factures, les rendez-vous médicaux, le passage à la Poste, etc.

Car, tout aussi prosaïque qu’il soit, le travail domestique n’en demeure pas moins indispensable. Et c’est bien pour cette raison que de nombreuses personnes le sous-traitent : quelle que soit notre profession et notre position dans la hiérarchie sociale, nous ne pouvons fonctionner sans repas pris à heures régulières, sans draps ni vêtements propres, sans structure et/ou personnel pour gérer nos enfants.

Ce travail est l’ossature invisible de notre existence. Il ne nous sert pas uniquement à survivre, mais bien à vivre, dans les meilleures conditions possibles.

Le prestige de la chaussette sale 

Ce n’est pas nouveau : il existe une division culturelle entre ce qui est « féminin » (considéré comme terre à terre, banal, quotidien) et ce qui est « masculin » (vu à l’inverse comme technique, complexe, élevé).

Prenons l’exemple du père qui change son enfant ou lui cuisine une purée de carottes maison. Alors que, réalisées par des mains féminines, ces activités restent bêtement prosaïques, elles se parent de vertus jusqu’alors insoupçonnées lorsque c’est papa qui s’y colle.

De la même manière, les femmes qui cuisinent tous les jours dans l’intimité de leur foyer n’impressionnent personne : elles ne font que remplir la « fonction » qui leur est dévolue. En revanche, le regard posé sur les hommes qui mitonnent de bons petits plats est bien plus enthousiaste, voire admiratif. Le secteur de la cuisine « professionnelle » reste à cet égard un bastion essentiellement masculin : 75% des cuisiniers professionnels sont des hommes, et seulement 10% de femmes officient dans la restauration gastronomique.

Mais dans l’intimité du foyer, elles sont celles qui préparent les repas.

N’y a t-il pas là un éclatant paradoxe ? Si les hommes cuisinent vraiment mieux que les femmes, pourquoi ne mettent-ils pas leurs compétences à profit au sein de leur foyer ?

Ce serait oublier que deux règles président à la répartition inégale des tâches :

  • toute activité se pare d’un soudain prestige social dès lors qu’elle est exercée par des hommes mais demeure triviale tant qu’elle reste pratiquée par des femmes,
  • les hommes veulent (et peuvent) bien prendre en charge certaines tâches… mais uniquement si cela s’inscrit dans une trajectoire professionnelle socialement valorisée et rémunérée, comme la cuisine. 

Or, on retire bien peu de gloire (et encore moins d’argent) à vider le lave-vaisselle et à ramasser les chaussettes sales. Pourquoi donc investir le champ de la vie domestique – invisible, gratuit, méprisé – quand tant de lauriers attendent ailleurs ?

IV – Education genrée oblige, les femmes partent avec une longueur d’avance

Enfin, les femmes apprennent beaucoup plus tôt que les hommes à s’occuper de l’intendance domestique : dès l’enfance, elles sont plus souvent incitées à débarrasser, faire le ménage, cuisiner ou s’occuper de leurs frères et sœurs. « Surentraînées », conditionnées, elles apprennent très tôt à effectuer les gestes du quotidien et à les considérer comme étant de leur ressort.

Mais au-delà de l’éducation genrée, une autre composante entre en jeu, et elle a tout à voir avec la masculinité toxique

En effet, les hommes ne sont pas incités à prendre soin d’eux, de leur santé, de leur alimentation, de leur intérieur – ce n’est pas « viril », c’est un truc de « fille », donc un sujet de moqueries.

Une négligence qu’ils paient cher : leur espérance de vie est inférieure de 6 ans à celle des femmes, et lorsqu’ils sont célibataires – donc livrés à eux-mêmes – ils se suicident deux fois plus que leurs homologues en couple, tout en étant beaucoup plus exposés aux risques de dépression et de maladie mentale

Il n’y a rien de glorieux à ne pas savoir prendre soin de soi et des autres. La crise que nous traversons en ce moment en est le glaçant rappel : nous avons toutes et tous besoin de vivre dans des conditions décentes, de nous nourrir, de nous soigner, de protéger notre santé, mais aussi de savoir veiller sur nos proches.

Le travail du care n’a rien de cosmétique : si aucun prestige social ne lui est rattaché, il n’en demeure pas moins essentiel puisqu’il est celui qui nous maintient en vie.

Aussi, nous devons à tout prix « dégenrer » ces compétences dont tout être humain a besoin pour vivre décemment.

J’aurais aimé que cette crise nous montre des hommes qui investissent massivement le champ du care – que ce soit pour coudre des masques, cuisiner pour leur famille, s’occuper de leurs enfants ou faire les courses pour leurs voisin-es. Je ne doute pas que ces hommes existent. Mais à l’échelle de la société, ils sont encore trop peu nombreux.

Oui, j’aurais aimé que la solidarité, le soin, le confort, l’intendance ne nous montrent pas qu’un visage féminin. Il nous faudra apprendre de cette épreuve. Commençons par éduquer filles et garçons de la même manière. Cessons de croire à un prétendu « ordre naturel », d’essentialiser les femmes pour obtenir leur soumission. Cessons de reproduire des schémas inégalitaires. Refusons la fatalité.

Un autre monde est possible.

Image

Les finances d’une féministe : cachez cet argent que je ne saurais voir

thought-catalog-Xeo_7HSwYsA-unsplash

 

Aujourd’hui je laisse ma plume à Juliette, une lectrice du blog, pour un article passionnant sur l’importance (trop souvent tue) de l’égalité économique entre les femmes et les hommes, et la nécessité de dépasser, enfin, le tabou de l’argent. 

Réflexions sur le tabou de l’argent dans les sphères féministes

 

S’il est a priori une seule personne dont nous serons responsables tout au long de notre vie, il s’agit de nous-même. C’est pourquoi l’indépendance financière revêt tant d’importance. Il n’est évidemment pas blâmable de se trouver temporairement à la charge d’une tierce personne à l’âge adulte, comme par exemple à la suite d’une maladie, mais ce genre de cas doit rester aussi exceptionnel que possible, par souci d’autonomie financière, sans laquelle la sécurité personnelle peut se retrouver fortement compromise.

Grâce aux combats féministes de la 1ère vague, notre statut est désormais celui d’un être humain à part entière. Finie l’éternelle dépendance au père ou au mari. La femme n’est plus cette éternelle mineure que seul le veuvage peut éventuellement libérer délivrer. Les droits de travailler, de recevoir un salaire ou d’ouvrir un compte en banque ont contribué à l’affranchissement des femmes au moins autant que l’accès à la contraception et à l’avortement.

Ainsi, à notre époque, en France, la plupart des femmes travaillent et gagnent un revenu. Cependant, lorsqu’on étudie les niveaux de vie, de salaire et de retraite chez les femmes, on constate qu’ils sont très inférieurs en moyenne à ceux des hommes de même génération et au statut social comparable. Quid de cette différence ?

Le mythe de la femme frivole, superficielle, véritable panier percé qui ne vit que pour sa virée shopping du samedi ou ses frénésies d’achat sur ASOS n’est que cela : un mythe. La taxe rose ne saurait non plus expliquer à elle seule pourquoi les femmes disposent de moins d’argent pour leurs loisirs et la construction d’un patrimoine que les hommes. En réalité, les causes de cette inégalité financière sont multi-factorielles, profondes, et systémiques. 

Le féminisme de la 1ère vague est mort, vive le féminisme ! Ainsi, celui d’aujourd’hui ne se voudrait non plus « bourgeois », mais davantage en accord avec les préoccupations des classes non dominantes. Serait-ce pour cette raison que l’argent est un sujet tabou non seulement pour la plupart des femmes, mais aussi dans les sphères féministes mainstream ?

Vous trouverez dans n’importe quel média féministe des articles sur l’épilation et le maquillage (« pour ou contre ? »), la mode (« portez ce que vous voulez ») et le sexe (« faites ce que vous voulez, avec qui vous voulez »). Cette réappropriation du corps et de la sexualité n’est en soi pas une mauvaise chose, qu’elle passe par le rejet ou au contraire la réappropriation des normes patriarcales (oui, je l’ai dit, c’est OK de se maquiller, deal with it). En soi, chaque femme devrait être libre de faire ce qui la rend heureuse, tant que cela ne nuit pas à autrui, non ?

Mais aussi intéressante et importante que soit cette émancipation par le rouge à lèvre mat, le mollet velu et les pratiques sexuelles plus ou moins subversives, sans indépendance financière, il me semble que la fête pourrait être de plus courte durée que prévu.

Qu’on le veuille ou non, Madonna avait raison quand elle chantait « we are living in a material world ». L’argent est le nerf de la guerre. Il est vecteur de pouvoir. « Pouvoir » n’est pas un gros mot, même si l’on conditionne les femmes dès l’enfance à le craindre et à le rejeter, du moins à ne pas trop en vouloir. En réalité, le pouvoir, c’est simplement le fait de disposer de plus d’options et davantage de marge de manœuvre. Si vous n’avez pas de pouvoir sur vous-même et les choix qui concernent les éléments les plus ordinaires et terre à terre de votre existence, c’est très grave, parce que cela ne signifie pas qu’ils ont disparu, mais que c’est quelqu’un d’autre qui détient ce pouvoir. Or, nous parlons ici de choix et de pouvoir sur des choses pouvant avoir impact très fort sur votre existence toute entière, sur votre santé, votre intégrité, votre vie même. Cela renvoie au problème de la dépendance évoqué plus haut et des risques qui y sont liés. 

Retenez-le une fois pour toutes : l’argent n’est pas sale. Il n’est ni une mauvaise ni une bonne chose en soi, l’argent est neutre par essence. C’est simplement l’un des rouages qui permet à la société de fonctionner, que cela vous plaise ou non. Tout dans notre société est basé sur l’argent. Et jusqu’à preuve du contraire, il est impossible de faire comme si de rien n’était car vous ne survivrez pas longtemps en habitant dans une boîte en carton, à vous nourrir d’air plus ou moins pollué et d’eau de pluie. En clair, l’argent joue un rôle majeur dans votre vie, et ce, du début jusqu’à la fin. Votre vie peut être sauvée ou au contraire écourtée grâce ou à cause de vos finances personnelles. Votre qualité de vie et par extension votre bonheur sont indissociables de votre solvabilité et de votre capacité à disposer d’un revenu sinon confortable, au moins suffisant. L’argent que l’on vilipende si facilement en France comme s’il s’agissait d’une quelconque saison des « Marseillais » vous permet de payer votre loyer ou le crédit de votre maison. Vous mangez car vous avez pu payer vos courses en espèces sonnantes et trébuchantes ou grâce au sans contact de votre carte bancaire. Vous ne mourrez pas de froid cet hiver parce que vous vous êtes acheté des vêtements chauds et que vous avez les moyens de régler la facture de votre fournisseur d’énergie.

Complément d’éducation, santé, retraite et plus généralement sécurité quotidienne : je suis la première à la déplorer, mais toutes ces choses si indispensables ne sont pas gratuites ; pour certaines d’entre elles, j’ajouterais même qu’elles s’achètent à prix d’or. Nous vivons dans un système qui contribue effectivement à quelques-unes de ces dépenses. Cependant, il me semble bien naïf et très imprudent de ne compter que sur l’Etat Providence. Nos dirigeants ont déjà prouvé leur désengagement envers la sécurité sociale et le domaine de la santé publique en général, envers l’éducation ou l’ordre public. Et la tendance ne montre pas une amélioration de la situation dans le futur, bien au contraire. 

mirza-babic-eYZpTMc7hno-unsplash

Dans le couple hétérosexuel, les femmes sont dans l’écrasante majorité des cas celles qui mettent leur carrière entre parenthèses lorsqu’un ou plusieurs enfants viennent au monde. Si elles ne le font pas de leur plein gré, c’est la société et l’entreprise pour laquelle elles travaillent qui se chargeront de faire stagner la carrière de la nouvelle mère. De nombreuses études ont montré qu’à diplôme égal, la carrière d’une femme cesse de progresser dès lors qu’elle devient mère, alors qu’un homme dans la même situation a plus de chances de voir sa carrière évoluer. En outre, les femmes sont souvent moins payées que leur conjoint, ou elles exercent un métier dit « féminin ». Sans surprise, ces carrières toutes tracées se déroulent dans des secteurs peu valorisés. Cela se répercute non seulement sur la fiche de paie mais se traduit aussi par le fait qu’au sein du couple, leur emploi sera considéré comme moins important que celui du conjoint. En cas de divorce, c’est bien souvent la femme qui se retrouve lésée, avec une perte de revenu et de niveau de vie, parfois avec encore des enfants à charge. Les pensions alimentaires ne sont pas toujours versées. En cas de remariage du père, la jurisprudence montre que les juges ont tendance à privilégier la nouvelle famille au détriment de l’ancienne. Les hommes, eux, voient leur niveau de vie augmenter en cas de séparation d’avec la mère de leurs enfants. A l’heure de la retraite, les femmes touchent en moyenne 40% de moins que les hommes. Cela s’explique non seulement par la différence de salaires, mais également par les retards et stagnations de carrières dues à la maternité. De plus, les femmes sont surreprésentées parmi les victimes de violences économiques. Ces dernières sont définies à l’article 1143 du Code civil, qui dispose qu’il s’agit d’un abus d’une partie envers une autre lorsque la première se sert de l’état de dépendance de la seconde afin de lui faire accepter des conditions qu’elle n’aurait pas acceptées autrement. Par souci de clarté, voici quelques exemples : 

◊ Dissimulation d’informations importantes sur la situation financière familiale ;

◊  Souscription d’un crédit par l’homme, au nom de la femme ;

◊  Demande à la conjointe de réduire son temps de travail (et donc le salaire allant avec, ainsi que les chances de développement de carrière et d’augmentation de revenus) ;

◊ Les actifs du couple sont inscrits uniquement au nom d’un seul conjoint. 

Cette liste pourrait continuer sur des dizaines, voire des centaines de lignes. Les violences économiques sapent l’autonomie de la victime, qui devient dépendante de son conjoint. Elle se retrouve piégée, incapable de quitter le foyer si nécessaire, et contrainte de subir des situations auxquelles elle n’aurait pas consenti autrement.

 

*

Que faire ? Dans un monde idéal, nous aurions des congés parentaux de longueur et de rémunération égale, quel que soit le parent qui choisirait de s’arrêter. D’ailleurs, les salaires des hommes et des femmes seraient effectivement égaux à diplômes égaux. Le plafond de verre n’existerait pas, ce qui ferait que les postes les plus rémunérateurs ne seraient plus occupés en majorité par les hommes, au détriment des femmes. Quitte à rêver, dans une utopie, chacun-e jouirait dès la naissance d’une indépendance financière et matérielle inaliénable, grâce à des mesures comme l’attribution systématique d’un logement, l’accession généralisée et encouragée à la propriété foncière, ou un revenu universel permettant à tous et toutes de vivre dignement et décemment quelle que soit sa situation personnelle et son statut marital.

Le problème est que nous ne vivons pas dans ce monde. Si nous pouvons continuer à lutter pour l’égalité des sexes en matière d’opportunités d’accès aux ressources financières, il nous faut rester réalistes et garder à l’esprit que Rome ne s’est pas construite en un jour. Or, en attendant que les générations futures réussissent à instaurer une égalité réelle entre les sexes, des personnes sont ou seront en difficulté ; ce ne sont pas de chiffres, de statistiques, mais bien d’êtres humains dont il s’agit. Si l’on veut les sauver, on n’a pas le temps d’attendre la fin du patriarcat. 

Le point commun entre pratiquement toutes ces personnes est qu’elles ont rarement reçu une éducation financière. L’école telle qu’on la connaît est plus prompte à enseigner le théorème de Thalès (très utile au quotidien) (non) que la gestion d’un budget personnel ou d’un foyer. Certaines familles, généralement issues des classes bourgeoises, possèdent d’excellentes connaissances en matière de gestion financière et les transmettent à leurs enfants, mais hélas, plus systématiquement à leurs fils qu’à leurs filles.

Du fait de l’éducation genrée, celle-là même qui transcende toutes les classes sociales, les femmes sont généralement tenues à l’écart des questions d’argent. On ne les pousse pas aussi souvent que leurs frères à poursuivre des études menant à des emplois lucratifs, même si ce point tend à changer. Plus globalement, on les conditionne dès le plus jeune âge à compter (haha) sur un homme pour gérer les finances d’un foyer. Enfin, dans la plupart des milieux, on leur assène que « l’argent ne fait pas le bonheur » et que faire du revenu un des critères de sélection dans le choix d’un partenaire est digne de la pire créature que la Terre ait jamais porté (pas le coronavirus, l’autre : la femme vénale).

En résumé : ne t’instruis pas trop. Ne fais pas de carrière brillante et rémunératrice mais travaille un peu quand même sinon tu es une paresseuse. Et surtout, fie toi à ton Prince Charmant pour ce qui est de l’argent, mais attention, sauras-tu éviter ce piège ? Seules les profiteuses discriminent à la solvabilité : une vraie lafâme, elle, aime son homme dans la richesse et dans la pauvreté.

Fuck l’amour beau et pur et déconnecté de toute réalité matérielle. Fuck l’indulgence et la complaisance envers les violences économiques, et le confort de vie sacrifié des femmes divorcées, des mères célibataires et de leurs enfants. Et fuck également le bon ton de ne pas trop regarder aux finances d’un homme avant de s’engager avec lui! Soyez exigeantes, soyez prévoyantes. Et pour cela, instruisez-vous et construisez vous-même votre indépendance.

 

I – Le savoir, c’est le pouvoir 

10 conseils pour optimiser ses finances (et protéger son indépendance)

1)Ne laissez pas dormir votre argent

Si vous avez un « excédent » d’argent (par rapport à ce dont vous avez besoin pour couvrir vos dépenses mensuelles), ne le laissez surtout pas dormir sur votre compte-courant. Non seulement il ne vous rapporte rien, mais le risque est également de tout perdre en cas de vol ou de fraude bancaire. Placez le plutôt sur un compte rémunéré, sachant que les PEL et autres Livret A ne rapportent quasiment plus rien. Un bon compromis est d’ouvrir une assurance-vie, plus rémunératrice. Attention : les fonds « débloqués » avant une période de 8 ans sont soumis à une taxation plus élevée.

Il est tout à fait possible d’ouvrir plusieurs comptes, par exemple un livret A où l’on dépose des fonds qui ont vocation à être disponibles tout de suite, et une assurance-vie où l’on dépose l’argent qu’on veut faire fructifier sur le long-terme. A noter que certains produits d’épargne, comme les assurances-vie, sont beaucoup plus intéressants dans les banques en ligne. Leur ouverture est en plus très aisée.

Enfin, si vous travaillez dans une grande entreprise, n’hésitez pas à regarder du côté des plans épargne groupe, souvent rémunérateurs. Et pourquoi ne pas ouvrir un Plan épargne en actions (PEA) ? Stop aux idées reçues : investir en bourse est accessible à tout le monde, et en plus, les performances obtenues par les femmes sont supérieures à celles des hommes

2) Eduquez-vous

Oui, pas facile quand les magazines féminins type Femme Actuelle et Cosmopolitan publient plus d’articles sur « comment épiler ses aisselles » que « comment gérer ses finances ». Mais n’hésitez pas à aller voir du côté des médias dits « masculins » ! (C’est malheureusement là où l’on parle gros sous). A ce titre, le fil Reddit consacré au budget et aux finances est une petite mine d’or.

Vous pouvez aussi consulter des sites (ou leur version papier) comme Capital, Challenges ou Le Revenu.

Enfin, si vous parlez anglais, n’hésitez pas à aller voir du côté des médias féminins américains, beaucoup plus détendus – et décomplexés – sur le sujet de l’argent. Refinery 29 est une très bonne ressource. 

3) N’écoutez pas votre banquier/votre banquière

Vous pensiez qu’il ou elle vous voulait du bien (ou au moins le bien de vos finances) ? Détrompez-vous. Les banquiers ne sont ni neutres ni désintéressés : ils doivent avant tout remplir des objectifs de vente. Faites plutôt vos recherches par vous-mêmes, et rappelez-vous que votre conseiller.e n’agit pas pour votre intérêt propre, mais pour celui de sa banque. Spéciale dédicace à cette conseillère de la Caisse d’Epargne qui a réussi à refourguer une assurance décès à mon frère alors âgé de 20 ans…

4) Economisez régulièrement

Bien évidemment, tout le monde ne peut pas le faire. Mais si votre budget vous permet de mettre un peu d’argent de côté, faites-en une priorité. Mettez en place un virement automatique tous les mois, de votre compte-courant au compte épargne de votre choix. Aucun montant n’est trop petit, d’autant que la régularité et les intérêts finissent par (littéralement) payer.

5) Surveillez votre budget

Merci, Captain Obvious ! me direz-vous. Mais lorsqu’on analyse ses comptes de manière précise, on se rend parfois compte qu’il est possible de réduire certaines dépenses. Avez-vous vraiment besoin d’aller chez Starbucks 2 fois par semaine ? D’acheter autant de produits tout faits au supermarché – beaucoup plus chers que les produits frais ? De dépenser autant d’argent chez H&M ? De continuer à souscrire cet abonnement pour une obscure plateforme de vidéos que vous n’utilisez qu’une fois par mois ? Bref, vous voyez l’idée : il y a toujours des moyens de faire des économies.

6) Optimisez votre budget avec des outils dédiés

Il existe de nombreux outils et applications pour vous aider à optimiser votre budget. Profitez-en ! Par exemple, prenez l’habitude de passer par Igraal ou EbuyClub lorsque vous faites des achats en ligne : vous récupérez ensuite un pourcentage du montant de vos achats. C’est particulièrement intéressant pour les gros achats type électroménager.

Pensez aussi à utiliser des applications d’épargne comme Birdycent, qui propose un système d’épargne automatique grâce à l’arrondi, ou Cashbee, qui vous permet de mettre facilement de l’argent de côté sur un compte rémunéré (2% les deux premiers mois, 0,6% ensuite). 

7) Ne pensez pas que les finances ne sont pas de votre ressort

Si vous vivez en couple, la tentation peut être grande de déléguer la question des finances à votre conjoint-e. Mais vous pourriez payer cher (de manière littérale) ce gain de confort en cas de séparation. Sans mettre le nez dans les comptes tous les matins, efforcez-vous de vous tenir régulièrement au courant des finances du foyer (si celles-ci sont communes). Le mot « finances » fait peur, peut-être encore plus que le mot « argent », car il a une connotation austère. Apprenez à ne plus le craindre et à voir vos finances pour ce qu’elles sont : un moyen de vivre, tout simplement.

8) Gardez un compte personnel

Ne mettez JAMAIS tout votre argent sur le compte commun que vous détenez avec votre conjoint-e. Sans argent propre, vous n’avez ni autonomie ni pouvoir. Gardez toujours un compte bancaire à votre nom.

9) Attention à la taxe rose

Par « taxe rose », je n’entends pas seulement la différence de prix entre les « produits pour femmes » et les « produits pour hommes » (vous savez, quand le pack de rasoirs roses coûte 50% plus cher que le pack de rasoirs gris). Je veux aussi parler de tous les produits inutiles que nous sommes, nous femmes, incitées à acheter à longueur de journée. Crèmes hydratantes pour les coudes, tisanes minceur à la poudre de perlimpinpin, 34e paire de chaussures à talons, sérums anti-rides infusés à la chair de baleine, gels anti-capitons… Il y a de grandes chances pour que vous n’ayez pas besoin de ces produits. Résister aux sirènes du marketing n’est pas facile, mais gardez en tête que l’industrie de la beauté ne veut pas votre bien… mais juste votre argent.

10) Apprenez à négocier

A diplôme et compétences strictement égales, les femmes touchent environ 10% de moins que les hommes. C’est pourquoi il est important de négocier son salaire. Ne vous lancez jamais dans une négociation sans avoir étudié les salaires de votre branche. Lorsque vous abordez le sujet, parlez en termes de fourchette : le bas de la fourchette est le montant minimum que vous accepteriez, et le haut de la fourchette votre montant idéal. Vous pouvez aussi négocier votre rémunération mensuelle – et non annuelle, comme le veut la tradition : par un tour de passe-passe psychologique, des chiffres moins élevés peuvent en effet influencer positivement votre interlocuteur… 

fabian-blank-pElSkGRA2NU-unsplash (1)

 

2- La Communauté de l’anneau

Si vous devez un jour vous marier, il est de votre responsabilité d’assurer vos arrières afin d’éviter que cette union ne se transforme en noces funèbres.

Il est une option que je dois vous déconseiller absolument : c’est le régime de la communauté réduite aux acquêts (dit aussi régime de la communauté des biens). Même si les biens acquis avant le mariage vous appartiendront en propre, des ennuis apparaîtront tout de même en cas de divorce et vous pouvez vous retrouver lésée d’énormes sommes d’argent. Il se peut également que vous vous retrouviez contrainte de rembourser des dettes contractées par votre (ex) époux, puisque sous ce régime, les époux sont tenus solidairement au remboursement des créances.

Je ne peux que vous conseiller de consulter un juriste spécialisé dans le droit de la famille afin de bien connaître vos options en matière de contrat de mariage. Utilisez le droit afin de protéger vos intérêts. Ils passent avant tout. Il me semble important de souligner que si votre fiancé exprime sa désapprobation quant à ce projet, voire tente de vous forcer la main afin de mettre tous vos biens en commun, cela constitue un bon indicateur de qui il est vraiment. Un homme qui tient à vous et vous aime réellement voudra toujours ce qui est le meilleur pour vous. Il voudra que vous vous sentiez en sécurité, et que vous soyez réellement à l’abri. Une personne qui tenterait de s’opposer à votre volonté de conserver une certaine indépendance ainsi qu’une sécurité en cas de séparation pourrait ainsi ne pas être animée des meilleures intentions. La société est prompte à pointer du doigt les « femmes vénales » qui « épousent un porte-monnaie », les fameuses « michto » et autres veuves noires tout droit sorties de films hollywoodiens. A contrario, bien que les hommes qui profitent de leur conjointe financièrement et les exploitent sans vergogne sont légion, il n’existe étrangement pas de terme équivalent ni aussi dégradant et déshumanisant pour les désigner. Le fait qu’on ne parle pas de ces tristes personnages ne signifie pas qu’ils n’existent pas. Fuyez ceux que vous démasquez car ils ruineront votre vie, dans tous les sens du terme.

3 – Secret (money) Story

Beaucoup d’hommes ont une fâcheuse tendance à cacher leurs richesses afin de niquer le fisc verser la pension la moins élevée possible à leur future ex-épouse en cas de divorce ultérieur. Ils n’ont jamais de pitié pour nous : pourquoi devrions-nous avoir pitié d’eux ? Rendez-vous ce service : ayez pitié de vous-même et de vos éventuels enfants. Si guerre des sexes et guerre économique il y a, nous n’en sommes certainement pas les instigatrices, et nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour tirer notre épingle du jeu du patriarcat.

Ainsi, en plus de tous les conseils délivrés précédemment dans ce post, je conseille à toutes les femmes, même aux héritières d’une famille très riche ou à celles qui font leur vie aux côtés d’un multi-millionnaire, d’avoir toujours au moins un compte en banque top secret contenant une somme d’argent suffisante pour parer aux besoins les plus urgents en cas de problème, le mot-clé étant « secret ». Personne d’autre que vous ne doit connaître son existence. Cette réserve est un fond d’urgence en cas d’événement grave vous affectant vous et vous uniquement. Vous l’alimentez mais ne puisez jamais dedans. Vous l’entamez si et seulement si une catastrophe vous frappe et / ou que vous avez besoin de prendre la tangente. Cet argent servira à vous aider -ainsi que vos éventuels enfants à charge. Il n’est PAS là pour votre conjoint, ni pour vos autres proches. Je sais que le conditionnement des femmes de penser aux autres avant de penser à soi-même est bien ancré, et que cette idée peut faire tiquer nombre d’entre vous, mais c’est de bonne guerre. Ce compte en banque secret n’est pas une violence économique que vous perpétrez envers votre conjoint : c’est une soupape de sécurité.

Nous vivons dans une société où les femmes constituent 90% des victimes de violences conjugales et sexistes, et l’Etat est totalement défaillant dans la prévention et la répression des féminicides. Considérez ce fonds comme une assurance privée ultra-discrète. De toute façon, vous n’avez rien volé, vous ne privez pas votre foyer de cet argent, c’est le vôtre, vous l’avez gagné. Ce que vous en faites ne regarde personne. Vous ne pouvez pas savoir ce que l’avenir vous réserve, et mieux vaut prévenir que guérir. S’il s’avère que finalement ce fonds d’urgence vous est inutile, alors tant mieux, c’est que votre vie aura été relativement épargnée par nombre de troubles majeurs. Mais mieux vaut avoir cet argent et ne pas en avoir besoin, qu’avoir besoin de l’argent sans l’avoir.

Juliette. 

A lire également : un article et un livre éclairants sur les inégalités de patrimoine.

Image

Une impossible quête de sens ?

alexander-milo-HwxVLhLyg2s-unsplash

 

Le confinement nous pousse à faire face à nos choix de vie. Sont-ils vraiment ceux que nous voulions ? Sommes-nous égaux et égales face au destin, ou bien nos trajectoires sont-elles conditionnées… ?

 

En ces temps troublés, je vous ferais grâce de mon journal de confinement ainsi que de mes observations philosophiques sur la beauté du silence et les vertus réparatrices de la solitude (parce qu’on va arrêter de se mentir : s’il est des périodes propices au lyrisme, celle que nous traversons n’en est pas une). En revanche, j’ai pensé qu’il serait intéressant de se pencher sur la question du sens – celui que revêt nos vies, et auquel nous sommes aujourd’hui durement confronté-es.

Car cette crise, et le confinement qui en découle, nous oblige à prendre acte de certaines réalités. Des réalités que, jusqu’ici, nous n’avions pas vues… ou pas voulu voir.

Ainsi, nombre de personnes qui ont la chance de pouvoir télétravailler prennent soudain conscience que leur job n’est de toute évidence pas essentiel au fonctionnement de la société et se retrouvent à cligner des yeux devant leur écran, se demandant si envoyer des e-mails et assister à des réunions contribue vraiment à rendre le monde meilleur.  (Spoiler : non).

Les individus confinés à Paris se demandent pourquoi ils et elles restent dans une ville qui leur soutire un SMIC tous les mois pour vivre dans des conditions à peine salubres.

Les personnes coincées avec des enfants survoltés se demandent, entre ironie et effroi, ce qui les a poussées à se lancer dans la merveilleuse aventure de la parentalité.

Enfin, les couples forcés de passer 24h sur 24 ensemble commencent à se demander ce qui les a initialement attirés l’un chez l’autre, et pourquoi il ne se nourrit que de chips, et qu’est-ce que c’est que cet immonde jogging gris ?!

Cette période d’introspection forcée fera naître, sans aucun doute, des prises de conscience et des révolutions personnelles. Certain-e-s plaqueront rageusement leur bullshit job, tandis que d’autres s’empresseront de remplir les papiers du divorce une fois le confinement levé. Beaucoup réfléchiront à leurs aspirations post-crise, transi-es par l’idée que la vie ne tient bel et bien qu’à un fil. D’autres se poseront également la question des choix qu’ils ont fait jusqu’ici, tout aussi importante, sans doute, que celle de l’avenir.

Que disent nos choix de la société dans laquelle nous évoluons ? Les avons-nous vraiment fait en toute autonomie ? Les modèles que nous suivons veulent-ils vraiment notre épanouissement, ou ne sont-ils que l’expression d’une norme sociale rigide ? Autrement dit : qu’est-ce qui nous a mené-es jusqu’à notre situation actuelle, et en sommes nous satisfait-es ?

(Voilà. Prenez un papier, un crayon, et réfléchissez. De toute façon, vous n’avez que ça à faire).

Un papa, une maman, des enfants, et beaucoup d’emmerdements

Les discussions sur les effets pervers que pourrait avoir le confinement sur les femmes (charge mentale accrue, enfermement avec un conjoint violent, etc) m’ont également amenée à me demander pourquoi nous continuons à révérer le couple hétérosexuel et la famille censée allée avec, alors même qu’il n’est une garantie d’épanouissement pour personne. Il y a quelque chose d’absurde à vouloir faire d’un modèle le seul valable, alors même qu’il est pour de nombreuses personnes source de frustration, d’ennui, d’asservissement, voire pire : de violences.

Cette réflexion, je l’ai entamée en voyant fleurir les memes et autres vidéos « humoristiques » où l’on voit des hommes ironiser sur la cuisine de leur compagne (suggestion amicale : et s’ils faisaient eux-mêmes à bouffer ?), les kilos qu’elles prendront inévitablement après avoir englouti leur poids en Kinder Pingui, la pilosité néanderthalienne qu’elles arboreront à la fin du confinement, les engueulades et agacements du quotidien qui donnent envie de mettre la tête dans le four, le télétravail avec les enfants qui se transforme en épreuve du feu, l’envie de s’enfuir seul à l’autre bout du monde.

Si l’on comprend évidemment que cette situation fasse naître des tensions dans les familles, ou qu’elle exacerbe celles qui existaient déjà, on peut s’interroger sur la persistance de ce stéréotype de l’homme pris au piège de son foyer, martyrisé par une femme psychorigide et épuisé par des enfants qui exigent trop d’attention.

confinement
Haha ! Qu’est-ce qu’on se marre 

Avec peut-être un soupçon de naïveté, on se demande : si tant d’hommes considèrent le couple – et plus globalement la famille – comme une prison, pourquoi continuent-ils à s’y jeter tête baissée ? (Les abonnés à la mauvaise foi répondront sans doute quelque chose comme : « on m’a forcé »)

Pourquoi le modèle de la famille hétéroparentale reste t-il glorifié – ceux qui s’y épanouissent le moins étant souvent ceux qui s’y accrochent le plus – alors même qu’elle échoue à garantir le confort, la sécurité, l’épanouissement et le bonheur de l’ensemble de ses membres ?

Tout cela me fait penser à cet ancien journaliste devenu skipper, parti conquérir sa nouvelle vie en mer juste après la naissance de son troisième enfant – laissant bien sûr à sa femme la charge de la vie domestique et familiale. Déçu par « le rythme métro-dodo-boulot », « appelé par l’océan », il a tout de même pris soin de se marier et de faire trois enfants avant de plaquer sa vie routinière – et d’hypothéquer sa maison, parce que quand même, pourquoi tout plaquer quand on peut aussi mettre sa famille dans la merde ?

Il est intéressant de constater l’existence de ce paradoxe selon lequel la constitution d’une famille constitue un signe de virilité et même une forme de légitimation sociale pour les hommes (l’ombre du chef de famille, quoique dépourvue de toute existence légale depuis 1970, rôde toujours au-dessus de nos têtes), tout en étant considérée comme un emmerdement, la fin des réjouissances, le début de la captivité, un truc pénible qui gêne aux entournures comme un foutu pull en laine.

Mais si les configurations familiales « classiques » échouent à satisfaire tant d’individus, pourquoi perpétuons-nous ce modèle avec insistance ?

S’il est une chose que nous apprennent les sketchs sur les emmerdements de la vie de couple et/ou de famille (outre que le sexisme se porte toujours bien), c’est qu’au fond, nous aurions été tout aussi (voire plus ?) heureux en suivant un autre modèle. Que les schémas que nous sommes habitué-es à suivre depuis la naissance ne sont pas l’oeuvre de notre libre-arbitre, mais celle d’une société qui s’occupe de désirer pour nous.

C’est ainsi que nous avançons dans la vie, cette procession de « suites logiques » comme disent certain-e-s avec une pointe de résignation dans la voix, couple cohabitant – mariage – enfants, comme par un automatisme essoufflé qui, des années plus tard, nous fera dire que rien de tout cela ne nous rend finalement heureux. Qu’autre chose était possible, que l’on n’a pas vu, ou plutôt pas été autorisé-e à voir.

Car dès l’enfance, nous sommes incité-es à envisager la vie comme une course de fond, une succession d’étapes et de cases à cocher pour acquérir ses galons d’adulte respectable. Le mariage et la vie de famille restent des étapes fondatrices, que les femmes sont socialisées à désirer plus que tout, tandis que les hommes s’y dirigent en traînant les pieds, comme contraints par une force extérieure – on leur répète bien assez tôt que l’amour, c’est un truc de meuf. 

Ironie de la situation, ce sont pourtant eux qui en bénéficient le plus, tant sur le plan de la santé physique que de la santé mentale. 

Les femmes, elles, restent les grandes perdantes du couple hétéro – a fortiori s’il y a des enfants.

La professeure de sciences politiques islandaise Anna G. Jonasdottir (citée par Emma dans sa dernière BD « Le pouvoir de l’amour »explique que les femmes sont éduquées à exprimer leur amour en prenant soin des autres (tout en sacrifiant leurs propres besoins), tandis que les hommes se nourrissent de l’amour et de l’attention de leur compagne pour conquérir le monde extérieur. Le couple, tout enfermant qu’il puisse être, leur est littéralement utile. (J’avais déjà abordé une partie de ce sujet ici). 

Mais en cette période de confinement, il n’y a plus de monde extérieur. La vie tourne autour du foyer, la seule fenêtre sur l’ailleurs consistant en un écran d’ordinateur, un téléphone et/ou un tour quotidien du pâté de maison. Il n’est plus possible de mettre à profit l’énergie dont on se nourrit dans son foyer pour la diriger vers l’extérieur. Plus possible, non plus, de s’adonner au présentéisme pour évacuer la corvée des tâches ménagères.

Beaucoup d’hommes comprennent – ou à tout le moins devraient comprendre – ce que vit leur compagne lorsque celle-ci ne travaille pas, ou bien est préposée à la vie domestique en dépit de son activité professionnelle. Un quotidien qui ressemble fort à un jour sans fin, où les miettes, la poussière et les tâches à accomplir réapparaissent chaque matin de manière inéluctable.

C’est là la nouveauté. Les empreintes dans lesquelles nous glissions nos pas ont été effacées ; les schémas que nous suivions d’un œil aveugle détricotés, et les mondes dans lesquels nous évoluions, soudain fusionnés. En ces temps confinés, les inégalités entre les hommes et les femmes ne souffrent plus d’excuses, parce que nous vivons désormais toutes et tous dans les mêmes sphères.

Tout repenser

Maintenant que nous avons du temps, ce temps dont nous sommes d’ordinaire si souvent privés, nous avons désormais toute latitude pour réfléchir à nos aspirations– ce que nous voulons, et non ce que la société veut pour nous.

A quoi rêvons-nous vraiment ? Quelle vie voulons-nous mener, et auprès de qui ? Le couple est-il vraiment le Graal, et avoir des enfants rend t-il nécessairement heureux ? Faut-il obligatoirement être marié-e et avoir des enfants pour être une famille ? Pourquoi le travail devrait-il nous faire souffrir ? Pourquoi la vie devrait être une épreuve dont il faut sortir vainqueur, et non la recherche, égoïste diront certains, profondément humaine rétorqueront les autres, de ce qui nous fait du bien ?

Et si nous profitions de cette crise pour tout foutre en l’air, dézinguer l’ancien monde avec sa course mortifère à la productivité, son aliénation à des jobs inutiles, ses schémas fondés sur des logiques de domination, ses modèles rigides et prétendument inexorables, ses pressions à se conformer à une norme délétère ?

Dans une puissante lettre écrite pour France Inter, l’écrivaine Annie Ernaux, s’adressant directement au président de la République, plaidait pour l’avènement d’un nouveau monde :

« […] C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre ! Pas celui où les décideurs et financiers reprennent déjà sans pudeur l’antienne du « travailler plus », jusqu’à 60 heures par semaine. Nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un monde dont l’épidémie révèle les inégalités criantes, nombreux à vouloir au contraire un monde où les besoins essentiels, se nourrir sainement, se soigner, se loger, s’éduquer, se cultiver soient garantis à tous, un monde dont les solidarités actuelles montrent, justement, la possibilité. »

Ce monde-là, nous pouvons faire plus que le rêver.