Le degré zéro de l’égalité

 

flat,550x550,075,f.u1

Quand survient un débat sur l’égalité femme-homme, il se trouve toujours un ou plusieurs hommes pour protester « qu’eux ont toujours respecté les femmes », qu’ils « adorent les femmes », que d’ailleurs « ils aident leur compagne à la maison (1) » et « ont toujours tenu la porte » à leurs homologues féminines.

Ces tentatives de justifications me font toujours rire jaune. D’une part, parce que l’évocation de sa situation individuelle n’a aucun intérêt dans un débat qui porte sur une réalité systémique (le réflexe défensif « si je ne connais pas / si je ne suis pas comme ça, alors ça n’existe pas ! » est certes un mécanisme humain de base, mais cela ne justifie rien). D’autre part, parce que le « respect des femmes » et « la galanterie » sont le degré zéro de l’égalité.

(1) Note : vous pouvez être sûr.e.s qu’un homme qui dit « aider » sa femme dans les tâches ménagères n’est pas pro-égalité. Un homme n’a pas à aider, mais simplement à faire sa part en tant que membre actif d’un foyer. Il n’existe aucune raison biologique ou « naturelle » pour qu’incombe aux femmes la majorité des tâches ménagères et des soins aux enfants (s’il y en a).

Le féminisme ne vous connaît pas

Le « respect des femmes », « l’adoration du féminin » et ses multiples déclinaisons, c’est un peu l’os à ronger qu’on balance au chien. Soyez satisfaites de votre situation, puisque l’on vous respecte. Vous ne voudriez quand même pas en demander plus ? Pourtant, il suffit d’inverser la phrase « moi, j’ai toujours respecté les femmes (j’ai grandi avec trois sœurs) » pour se rendre compte de son incongruité : « moi, j’ai toujours respecté les hommes (j’ai grandi avec trois frères) ». Cela n’a pas de sens, car le respect du masculin va de soi dans notre société. C’est une donnée évidente. Ce qui n’est pas le cas pour le respect des femmes, qui apparaît avec ce genre de justification comme un élément subjectif, socialement construit – et non spontané. De fait, le message sous-jacent est le suivant : je respecte les femmes parce que j’ai grandi avec des femmes, mais ça n’aurait pas été le cas si j’avais grandi entouré d’hommes. En somme, il m’a fallu la preuve tangible que les femmes sont des êtres humains dignes du respect et de l’égalité qu’elles réclament pour admettre cette idée.

Mais quel est ce monde où l’on se sent obligé de justifier de son « respect » pour les femmes dès que la question des violences sexistes et sexuelles arrive sur le tapis ?

Que ce soit bien clair : le féminisme ne s’en prend pas à vous personnellement (de toute façon, il ne vous connaît pas) – c’est le système qu’il combat. Le féminisme se fout bien de savoir que chez vous, tout va bien, monsieur sait se servir de l’aspirateur et emmène régulièrement ses enfants chez le pédiatre. Le féminisme se bat justement pour que votre situation devienne la norme, et non plus l’exception.

La question n’est même pas de « respecter » les femmes – normalement, tout le monde doit être respecté, homme, femme, chien, chat, alien à trois jambes et deux têtes, peu importe, c’est un débat qui n’a pas lieu d’être. La question n’est pas non plus l’octroi de menus privilèges à la gent féminine pour prouver au monde entier qu’on est un « homme bien » – leur tenir la porte, porter leurs sacs, tirer leur chaise, changer l’ampoule grillée à leur place, bref les infantiliser en les ramenant au temps pas si lointain où leur statut était celui d’une d’éternelle mineure.
(Car la « galanterie » est sexiste, en ce qu’elle octroie aux femmes un traitement différencié des hommes et entérine leur prétendue vulnérabilité. Tenir la porte à quelqu’un ou aider une personne qui galère avec sa valise trop lourde est une simple question de politesse, qui ne devrait pas avoir de relation avec le genre. Si vous le faites pour les femmes, faites-le aussi pour les hommes !)

Non, la question que pose le féminisme est la suivante : en tant qu’homme, est-ce que j’ai ou ai déjà eu des comportements problématiques (siffler des femmes dans la rue, faire des remarques à une collègue sur son physique, considérer que le travail des femmes vaut moins que celui des hommes et bloquer leur ascension si j’occupe une position managériale, juger certaines femmes sur leur tenue ou leur sexualité, considérer que les femmes me doivent du sexe et/ou de l’affection, contrôler le comportement et/ou la tenue de ma compagne, etc.) ou bien est-ce que je considère que les femmes et les hommes sont réellement égaux et agis comme tel dans ma vie de tous les jours ? Si vous êtes dans le dernier cas, bien : votre comportement est juste normal et ne mérite à ce titre ni félicitations, ni cadeaux en récompense de ce que vous percevez comme des « efforts ». Pas plus qu’il n’annule le comportement des autres hommes, ni le système et la culture dans lesquels nous vivons. Ce n’est pas parce que certaines choses n’existent pas dans votre réalité individuelle qu’elles n’ont pas cours ailleurs.

D’autant plus que nos privilèges nous rendent souvent aveugles. Il peut être difficile pour un cadre blanc hétéro vivant dans les beaux quartiers de Paris avec sa compagne tout aussi cadre, tout aussi blanche et tout aussi parisienne de se rendre compte de certaines réalités (le racisme systémique, les violences faites aux femmes, les discriminations au travail, l’homophobie, les maltraitances infantiles, etc, etc.). C’est compréhensible, car notre perception des choses s’arrête souvent aux confins de la sphère étroite dans laquelle nous évoluons. Mais cela ne justifie pas cette paresse intellectuelle qui consiste à nier les réalités auxquelles nous ne sommes jamais confronté.e.s.

Je vis dans un environnement relativement ouvert, j’ai été peu confrontée aux violences sexistes et sexuelles, je ne connais aucun homme (ouvertement) misogyne ou violent. Cela ne m’empêche pas d’être capable de voir au-delà de ma réalité personnelle, qui ne vaut pour ainsi dire rien. Ma conscience féministe ne s’arrête pas à ma petite expérience subjective. Ainsi, ce n’est pas parce que je ne connais aucune femme battue que les violences faites aux femmes n’existent pas. De même, ce n’est pas parce qu’on est un homme « bien » que cela annule l’existence de tous les autres salopards. Ni le fait que 225 000 femmes subissent chaque année des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint. Non, cela n’annule pas non plus le fait qu’une centaine de femmes meurt chaque année sous les coups de son partenaire. Cela n’annule pas le fait que, par la force des statistiques, vous connaissiez forcément une ou plusieurs femmes victimes de violences sexuelles. Cela n’annule pas le fait que les femmes restent encore discriminées sur le marché du travail et perçoivent une rémunération moindre que leurs homologues masculins, à compétences égales. Cela n’annule pas le fait que la masculinité se construit encore souvent sur des valeurs toxiques – l’autorité, le contrôle, l’égocentrisme, le manque d’empathie.

C’est cette réalité que le féminisme dénonce, et s’évertue à changer : une réalité globale, systémique. Il ne pointe pas du doigt votre réalité.

Lors d’une récente émission sur les violences faites aux femmes sur France Inter, un auditeur a appelé pour protester qu’il ne « fallait quand même pas trop exagérer », car « les hommes bien existent » et que d’ailleurs lui est « en train de cuisiner un risotto pour sa femme qui va bientôt rentrer du boulot ». Un moment lunaire. J’ai beau aimer le risotto, il me semble que ce n’est pas vraiment le sujet dans une émission consacrée aux violences sexistes.

On sort de l’analyse sociale et politique quand on se place sur le terrain de l’expérience individuelle (moi je respecte, moi je fais cela, moi je constate….). Notre expérience, forcément lacunaire et subjective, n’invalide pas des milliers d’année de culture patriarcale, ni une réalité systémique dans laquelle les femmes restent discriminées sur une pluralité d’aspects. De même, on ne met pas dans le même panier « tous les hommes » quand on dénonce des tendances majoritaires dans un groupe social. La volonté de se justifier, de mettre des limites aux combats politiques menés par les femmes et d’expliquer à celles-ci ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas dire est un comportement sexiste. En outre, les justifications individuelles n’apportent rien, et ne font que mettre en lumière un déni collectif de la réalité. Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous savez que le débat ne vous concerne pas. Et que votre place se trouve alors aux côtés des femmes, et non contre elles.

Le piège du sexisme bienveillant

Il nous reste à nous attaquer au « respect des femmes » et à ses rejetons, la galanterie et le paternalisme, qui sont le véritable parent pauvre de l’égalité des sexes. Pourquoi ? Parce qu’en plus d’essentialiser les femmes et donc de les réduire à un rôle unique, ils constituent une forme de sexisme bienveillant. Au contraire du sexisme hostile, le sexisme bienveillant avance masqué, mais il diffuse les mêmes idées toxiques. On peut le définir comme une « attitude subjectivement positive, qui décrit les femmes comme des créatures pures, qui doivent être protégées et adorées par les hommes, et dont l’amour est nécessaire à ces derniers pour qu’ils se sentent complets ». Le sexisme bienveillant est donc « une attitude sexiste plus implicite, teintée de chevalerie, qui a une apparence anodine et qui semble même différencier favorablement les femmes en les décrivant comme chaleureuses et sociables ». (Marie Sarlet et Benoît Dardenne, Le sexisme bienveillant comme processus de maintien des inégalités sociales entre les genres)

Le sexisme bienveillant a ceci d’insidieux et de trompeur qu’il semble a priori positif. Il glorifie une nature féminine aux atours agréables : « Vous les femmes, vous êtes tellement plus douces et compatissantes ! » ; « Les femmes sont si pures…. » ; « Un monde gouverné par les femmes serait bien meilleur », « Les femmes sont des princesses dont il faut prendre soin », etc. A priori, ces éloges sont plutôt flatteurs. Cependant, présenter les femmes comme des êtres naturellement purs, doux et aimants, c’est aussi entériner leur (supposée) faiblesse, et donc justifier leur (supposée) infériorité. Admettre qu’il existe une essence féminine complémentaire à celle de l’homme, c’est justifier la place lacunaire des femmes dans la société et les injustices dont elles sont victimes. C’est refuser que les femmes occupent des rôles différents, parce que leur « nature » les condamne à une forme d’existence unique.

« La femme », « l’essence féminine », et toutes ces dénominations uniques qui ignorent l’immense pluralité – d’âge, d’expérience, de corps, de milieu, de tempérament, de rêves, d’envies – des femmes ne signifient rien. Les femmes ne sont pas un bloc monolithique dotées de caractéristiques uniques. Elles ne sont pas des robots qu’il suffirait de programmer pour obtenir la réaction attendue. Parle-t-on de l’essence masculine ? Entend-on souvent des femmes dire qu’elles « respectent les hommes » ? Est-on souvent exhorté.e à adorer le « masculin » ? La construction d’une identité féminine stéréotypée sert d’assise au sexisme et à la misogynie. Aujourd’hui, il est plus que temps de s’en débarrasser.

Nous n’attendons pas la commisération mouillée et le « respect » opportuniste des hommes qui n’ont pas compris que le combat féministe se situait ailleurs. C’est-à-dire dans le fait de traiter les deux sexes de manière strictement égale, dans tous les domaines.

L’égalité des sexes se loge dans la considération, l’estime et l’écoute de l’autre, dans l’absence de stéréotypes, dans le refus des rôles genrés, dans la remise en question de ses propres comportements. Elle ne se situe pas dans une douteuse altérité femme-homme, avec d’un côté le prétendu « universel » masculin, et de l’autre « l’éternel » féminin pour lequel on se targue, grand prince, d’avoir le plus grand respect !

Les femmes représentent aujourd’hui 52% de la population mondiale. Elles ne sont pas une minorité. Elles ne sont pas annexes. L’égalité des sexes n’est pas une histoire de concessions faites aux femmes, pas plus qu’elle ne fonctionne sur un système de points (« Je cuisine du risotto pour ma femme ? J’ai passé le balai jeudi dernier ? J’ai le droit à une récompense !). Elle doit être pleine et entière, et ne pas s’embarrasser de l’ignorance de certains hommes qui pensent que leur expérience personnelle résume à elle seule la condition des femmes.

2 réflexions sur “Le degré zéro de l’égalité

  1. Je n’ai qu’une seule chose à dire

    BRAVO !!

    Toute ma vie on m’a vu comme une femme douce, aimante, empathique pour ne pas dire asservie ! C’est une condition que l’on m’a enseignée dès ma plus tendre enfance et aujourd’hui alors que je termine en beauté mon second divorce et parce que j’ai osé dire NON je ne suis pas comme ça, alors je suis folle et je devrais me faire soigner !! la bonne blague.

    C’est grâce à ma fille qui a 25 ans et qui est féministe depuis toujours qui m’a dirigée vers votre site et je la remercie de tout coeur, car sans elle je n’aurai toujours pas compris que sommes égales aux hommes.

    Merci pour vos articles qui sont d’une force incroyable.

    Cécile

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s