Image

Des mots, rien que des mots

Capture
Crédit illustration : Artem Pozdniakov ©

 

Comment le langage invisibilise les femmes, et pourquoi la règle du « masculin neutre »… n’a rien de neutre

 

On a beaucoup entendu parler, ces derniers temps, de l’écriture inclusive (aussi appelée langage épicène, ou langage non-sexiste). Novlangue illisible ou nécessaire outil d’inclusion pour les un.e.s, « péril mortel » pour les autres, le sujet ne laisse personne indifférent. Son pouvoir de crispation semble même dépasser celui des discussions sur la politique : c’est dire à quel point son potentiel d’agacement collectif est élevé.

Mais pourquoi ce sujet provoque-t-il des réactions aussi viscérales ? D’ailleurs… qu’est-ce que l’écriture inclusive exactement ?

Le point « écriture inclusive pour les nul.les » :

L’hystérisation des débats sur le fameux « point médian » ne doit pas faire oublier que l’écriture inclusive vise avant tout, comme son nom l’indique… à inclure les femmes dans la langue parlée et écrite. Elle consiste en des règles relativement simples :

♥ Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres (« présidente », « directrice », « avocate », « préfète »…), et de manière générale, féminiser les mots

Veiller à utiliser de manière équitable le féminin et le masculin

♥ Utiliser le point médian ou la double flexion (« elles et ils », « les Français et les Françaises », « les femmes et les hommes »…)

♥ Préférer l’utilisation de termes épicènes (« les personnes », « les membres », « les élèves », « les droits humains »…), plutôt que l’utilisation de la règle du masculin neutre

 

Une brève histoire de la misogynie

Comme on le voit, l’écriture inclusive va bien plus loin que l’utilisation du point médian, à laquelle elle a été très injustement réduite. Elle n’est pas non plus une nouveauté : quand Charles de Gaulle commençait ses discours par « Françaises, Français », il utilisait le langage inclusif. Pareillement, les noms et adjectifs n’ont pas attendu le XXIe siècle pour se doter d’une forme féminine. Bien au contraire.

Autrice, huissière, médecine (le féminin de médecin), procureuse, mairesse, maréchale, officière… Ces mots étaient couramment utilisés entre le XIII et XVIIe siècle, car il existait alors une version féminine et masculine pour chaque titre ou profession. S’ils ont ensuite été effacés de la langue, c’est en raison d’une volonté politique de faire primer le masculin sur le féminin, tant dans la métaphore que dans la pratique. De fait, la règle du « masculin neutre » que nous opposent rageusement certaines personnes, n’existe en français que depuis le XVIIe siècle, époque à laquelle le primat du masculin dans le langage a été établi. À l’époque, Nicolas Beauzée écrit dans « La grammaire générale » (1767) que « le masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle ». Bon sang mais c’est bien sûr ! CQFD.

On le voit, le masculin (soi-disant) neutre ne se base donc sur aucune considération objective ni logique particulière : il est simplement le résultat d’une instrumentalisation de la langue à des fins politiques.

En plus de l’utilisation du féminin et de la double flexion, l’accord de proximité (qui vise à accorder les adjectifs avec le nom le plus proche, comme dans « les garçons et les filles sont belles ») a également été l’usage dans la langue française pendant des siècles, jusqu’à disparaître progressivement à partir du XVIIe siècle. Au nom de la même idéologie misogyne.

En 1789, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est adoptée en France. Comme son nom le laisse supposer, les femmes en sont purement et simplement écartées. La militante Olympe de Gouges répliqua alors avec une version féminine – et féministe – intitulée « La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». Le premier article en est le suivant : « La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. » En 1793, soit deux ans après la publication de cette déclaration, Olympe de Gouges est guillotinée pour ses écrits politiques. Triste fin pour cette visionnaire qui avait déjà perçu l’étroitesse du lien entre la grammaire et la façon dont sont considérées les femmes.

Aujourd’hui encore, nous continuons à évoquer fièrement la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (qui a valeur constitutionnelle dans notre droit), alors même qu’elle écarte sciemment de sa portée la moitié de la population.

Il y a plus de 200 ans, les femmes qui réclamaient des droits ainsi qu’une plus grande visibilité étaient menées à la guillotine. Aujourd’hui, on se « contente » de leur asséner de petites tapes sur la tête en leur disant qu’elles se trompent de combat et qu’elles feraient mieux de retourner à des occupations moins frivoles. La forme a (heureusement) changé, mais le fond reste le même.

 

Pourquoi la langue n’est pas un détail

Plusieurs siècles ont passé depuis que la domination masculine dans le langage a été instituée. Depuis, les femmes ont largement pris (ou repris ?) leur place dans la société, mais la langue actuelle ne reflète pas ces évolutions et tout le chemin que nous avons parcouru depuis des années. Ou plutôt, elle refuse de redonner aux femmes tout ce qu’elle leur a enlevé.

Certain.e.s prétendront qu’il y a « plus urgent » que ces histoires d’écriture ; qu’il y a des femmes qui sont violentées, bafouées, privées des droits les plus élémentaires partout dans le monde et qu’il importe de ne pas « se tromper de combat ». Comme si l’avis ultra-objectif des adversaires de notre cause avait une quelconque valeur. Ce qu’il faut comprendre une bonne fois pour toutes, c’est que les inégalités femme-homme sont un continuum.

0cc4650b01132a10f5911e07449117f6

Les violences faites aux femmes existent notamment parce que l’infériorité de celles-ci a été entérinée par la langue – entre autres outils symboliques. Elles s’inscrivent dans la continuité d’un processus d’invisibilisation des femmes, que l’on place dans l’ombre pour bien signifier leur caractère accessoire. Si l’on écarte les femmes de la langue, on les bannit aussi, de manière métaphorique, de toutes les autres sphères.

L’effacement du féminin dans le langage est un symbole fort. Pourquoi inclurait-on les femmes dans la vie politique, culturelle et sociale si nous n’admettons déjà pas qu’elles existent au travers de la langue ?

Le langage qui exclue, c’est la partie immergée de l’iceberg.

Si l’on doit commencer à établir une hiérarchie des priorités dans le combat féministe, rien ne sera jamais fait. Jamais. Parce qu’il y a trop de boulot. Par ailleurs, l’argument qui vise à décrédibiliser un combat en le faisant passer pour futile au regard de tous les autres ne tient pas en matière de féminisme. Parce que le féminisme, c’est comme les Lego : toutes les luttes, grandes ou petites, s’imbriquent. Aucune n’est moins importante qu’un autre, puisqu’elles forment un seul et même bloc, puisqu’elles sont reliées entre elles comme par un cordon ombilical. Si l’on change la langue, on change aussi les mentalités. Si l’on change les mentalités, on fait reculer les inégalités femme-homme. La bête immonde qu’est le sexisme cesse d’être alimentée dès lors qu’on inclue, représente et met en évidence les femmes, dès lors qu’on admet leur importance.

*

Pourquoi vouloir confiner la langue à l’anecdotique, pourquoi la réduire à un pion microscopique sur l’échiquier de l’égalité des sexes lorsqu’elle charrie tant de symboles et de messages sous-jacents ?

Nous savons que son aspect politique ne peut pas être occulté. Car le langage ne nous sert pas juste à désigner des objets ou à communiquer avec autrui : il est aussi et surtout un puissant outil de transmission de nos représentations sociales. Nous l’utilisons tous les jours pour dire, penser, rêver, conceptualiser des idées. Il est le véhicule de notre culture, de nos lois, de nos concepts, de nos valeurs, de nos codes sociaux. Il transmet une grille de lecture de notre société en traduisant par des signes nos perceptions, nos schémas de pensée et nos rôles sociaux. Il est le reflet de chaque culture : c’est la raison pour laquelle des mots existent dans certaines langues et sont inconnus dans d’autres.

Mais si le langage a le pouvoir de renforcer les stéréotypes, il possède aussi celui de les déconstruire. Ainsi, plus nous accordons au féminin la place qui lui revient dans la langue, jusqu’à ce que les mots autrice, docteure, cheffe, ingénieure deviennent des passagers ordinaires, et plus il devient facile de casser nos préjugés et idées reçues.

Je ne sais pas vous, mais personnellement les mots « chef », « ingénieur » et « directeur » ne m’évoquent… que des hommes. Je ne pense quasiment jamais à une femme lorsque je les lis – et pourtant, je suis féministe ! Voilà pourquoi la langue n’est pas un détail : à force de les employer uniquement sous leur forme masculine, nous finissons par associer certains titres et métiers à la population homme, et à chaque fois que nous utilisons ces mots, nous renforçons les stéréotypes et les biais de genre, nous les engraissons jusqu’à la nausée.

Que dirait-on d’une langue qui utilise le féminin comme l’élément (soi-disant) neutre ? Que dirait-on d’une langue qui relègue les hommes dans l’ombre, qui les nomme « directrice » et « avocate » en niant leur identité propre ? Absurde, dites-vous ? Mais cela n’a pas plus de sens que de demander aux femmes de se satisfaire d’une langue qui les efface et leur demande d’être des hommes à la place.

Malheureusement, la gratitude humide que l’on a toujours exigée des femmes ne fait pas exception en la matière. Vous pourriez vous montrer satisfaites de votre sort, après tout il y a pire ailleurs ! Vous au moins vous avez des droits, c’est déjà pas si mal ? Vous n’auriez pas l’audace de demander plus, tout de même ? Un peu de reconnaissance serait la bienvenue – et puis un sourire aussi, tant qu’on y est !

Mais je le dis haut et fort : je n’ai aucune envie d’être assimilée au masculin. Le masculin ne dit pas qui je suis, il m’efface et me réduit au silence. Me demander de me fondre dans le masculin est tout aussi aberrant que de demander à un homme de parler de lui au féminin.

Résistance collective

Ne nous leurrons pas : les résistances provoquées par la dilution du féminin dans la langue française n’expriment pas autre chose que le refus de l’égalité. Doit-on vraiment s’en étonner ? Nous sommes les légataires d’un héritage politique profondément misogyne, qui a laissé sa trace poisseuse à de nombreux endroits.

Si les plus hautes fonctions ne peuvent être déclinées au féminin, c’est au nom de l’infériorité sociale et politique des femmes. Cette réticence est le signe que l’égalité fait encore peur, et plus généralement n’est pas admise. On veut bien que les hommes et les femmes aient chacun.e leur pré carré, leur domaine réservé, mais pas qu’ils et elles se mélangent. Ni, surtout, que les femmes aient du pouvoir. Si l’on tient tant à garder la règle du masculin neutre, c’est avant tout pour préserver la supériorité de celui-ci, car cette règle que fait que sceller dans le langage l’existence d’une domination masculine réglementaire.

Il faut revoir cette séquence datant de 2015 pendant laquelle un député du Vaucluse persiste à appeler la présidente de séance « Madame le président », malgré plusieurs rappels à l’ordre (l’histoire ne dit pas ce qu’il est devenu) (j’avoue que je n’ai pas cherché à savoir) (parce que je m’en fous). C’est ainsi que l’aspect politique de la langue, et la façon dont des règles de grammaire arbitraires peuvent servir à légitimer la misogynie la plus crasse apparaissent au grand jour.  

 

DavidAbikerAutrice-1-610x366
Ce qu’il faut lire en filigrane : touche pas à ma domination masculine !

 

Les fervents défenseurs de la langue française auraient-ils avant tout un problème avec… l’égalité des sexes ? En effet, on ne les entend jamais s’offusquer qu’il existe une version féminine des fonctions peu valorisées : infirmière, assistante, secrétaire, poissonnière, institutrice, pour n’en citer que quelques-unes. Étrangement, point de crispations quand il s’agit d’accorder au féminin des titres peu prestigieux, dont les hommes eux-mêmes n’ont jamais voulu. Mais une femme présidente directrice générale ? Une femme ingénieure ? Une femme écrivaine (pire : autrice) ? Une femme qui se ferait appeler Madame la maire ? Horrible, offensant, insupportable ! 

Elle et lui

Personnellement, je comprends que tout le monde n’ait pas envie d’utiliser l’écriture inclusive dans sa forme la plus poussée – je ne le fais pas moi-même. Soyons parfaitement honnêtes, l’écriture inclusive peut être aussi lourde qu’un triple cheeseburger.

En revanche, l’effort d’inclusion des femmes dans la langue française ne devrait pas être matière à débat. Refuser que les femmes soient représentées de manière équitable dans la langue, c’est se positionner clairement contre l’égalité des sexes. Refuser de décliner le titre de Directeur ou Président au féminin, c’est arguer que les femmes ne sont pas légitimes à occuper ces professions. Utiliser la règle du « masculin neutre », c’est accepter l’idée que les hommes représentent l’universel, la norme, le tout. Et que les femmes n’en sont, par extension, que les annexes.

Il semble pourtant logique d’inclure la moitié de la population dans le langage. Quel message politique véhicule une langue qui nie l’existence des femmes ?

Le masculin neutre, qui engloberait autant les hommes que les femmes, n’est plus une règle recevable au XXIe siècle. Je suis une femme, je suis « elle » et pas « lui ». Si j’écris, je ne suis pas écrivain, mais écrivaine. Que j’existe dans ma propre langue, que je sois représentée et reconnue par les mots me semble relever de la logique la plus primaire. Je refuse de disparaître derrière le masculin, qui est aussi universel qu’une taille XS. Si le genre féminin existe, ce n’est pas pour décorer en de rares occasions : il doit être utilisé. C’est tout.

Rappelons qu’au Québec, l’écriture inclusive est utilisée quasiment partout, sans que cela ne suscite de réactions outragées. Peut-être faudrait-il s’interroger, au-delà de notre héritage sexiste, sur cette résistance au changement qui est devenue pour nous une sorte de réflexe primaire, un automatisme abêtissant.

Des femmes au masculin

Dans les entreprises et les sphères politiques, qui sont rarement à la pointe de l’égalité des sexes (ceci est un euphémisme), les titres et fonctions se déclinent péniblement au féminin. Le masculin constitue le mode par défaut : combien de femmes sont-elles encore « adjoint », « directeur », « ingénieur », « avocat » ? Parfois, ce sont les femmes elles-mêmes qui rechignent à genrer leur métier au féminin. Je m’arrache les cheveux tous les jours en me heurtant à des femmes « délégué », « directeur » et « conseiller ». Sexisme intériorisé ou peur de faire des vagues ? Les justifications varient : « Ça n’a pas d’importance », « ce sont des détails », « ça fait plus prestigieux »… Il faut s’interroger sur cette assimilation du masculin au prestige, au pouvoir, à la prestance. Plus nous propagerons cette idée et plus nous contribuerons à faire du féminin un sous-genre, presque un objet de honte. Or, le genre féminin n’est pas moins prestigieux que le genre masculin, si ce n’est que nous l’avons institué comme tel. Il ne revient qu’à nous, par notre utilisation de la langue, de révoquer ce stéréotype. Car utiliser le masculin quand on est une femme, c’est renforcer l’idée selon laquelle le genre masculin n’est en réalité pas neutre… mais supérieur.

Le langage non sexiste, c’est aussi une question d’habitude. Moins nous serons exposé.e.s aux mots et fonctions déclinées au féminin et plus leurs sonorités nous apparaîtront étranges, comme des écorchures à nos oreilles. Il suffit de les dire, de les répéter, de jouer avec du bout de la langue, jusqu’à se les approprier une bonne fois pour toutes. Comme beaucoup d’autres choses, la langue et l’écriture s’apprivoisent avec le temps.

Les réacs ont beau resserrer leurs mains griffues sur des règles obsolètes et misogynes vieilles de trois siècles, comme si une idéologie en vogue au XVIIe siècle pouvait justifier que l’on continue à invisibiliser les femmes de manière aveugle, la société a déjà pris le train en marche. C’est un fait : l’écriture inclusive est de plus en plus utilisée, à tous les niveaux de la société. Quelle ne fut pas ma surprise – et ma satisfaction ! – lorsque j’ai constaté que même ma modeste boulangerie de quartier s’y était mise, via une pancarte affichée en vitrine sur laquelle était écrit : « Recherche vendeur.se expérimenté.e ». Ça n’a l’air de rien, mais ce sont toutes ces micro-initiatives qui, mises bout à bout, parviendront à faire changer les mentalités. Est-ce un hasard si l’écriture inclusive rencontre autant de succès, à une époque où le féminisme n’a jamais été aussi populaire et où les individus n’ont jamais autant pris la mesure des inégalités femme-homme ?

La bonne nouvelle, c’est qu’on n’est pas obligé.e.s d’utiliser le kit complet, ni même de faire du zèle avec ce point médian qui rend tout le monde dingue : l’important reste d’inclure, autant que possible, les femmes dans le langage écrit et parlé. Une femme n’est pas directeur, elle est directrice. Une femme n’est pas écrivain, elle est écrivaine, auteure ou autrice. Etc, etc.

C’est cela qu’il faut retenir, et c’est de cela dont nous devons nous réjouir : nous avons toutes et tous un rôle à jouer dans le grand combat pour l’égalité.

3 réflexions sur “Des mots, rien que des mots

  1. Sujet hautement important et très bien traité !

    Benoite Groult déjà, avait dénoncé le fait que les professions peu prestigieuses connaissent une désignation au féminin (poissonnière, infirmière, etc.) tandis que les professions prestigieuses n’ont pas d’équivalent féminin. Elle s’est donc engagée pour la féminisation (qui est en fait une re-féminisation comme l’indique l’histoire) des mots et la lutte n’est pas finie donc merci encore pour cet article.

    Ce que je trouve intéressant de mettre en perspective, c’est que Olympes de Gouges s’est engagée dans le prolongement de la Révolution française et on voit à quel point les révolutionnaires étaient loin de prendre en compte les intérêts des femmes, alors qu’elles se sont massivement mobilisées durant la Révolution (cf. La marche des femmes).

    Un grand MERCI pour l’image de l’iceberg que je découvre, qui est vraiment très claire et parlante.

    Dans le cadre de mon Travail de Bachelor, j’ai moi-même décidé, en introduisant explicitement cette décision dans mon travail, d’utiliser le langage épicène. J’ai ainsi contribué, certes à une minuscule échelle, à l’égalité. Ça demande des efforts c’est vrai, surtout pour tourner les phrases, mais j’ai trouvé ça formateur et ça m’a pris de l’énergie au même titre que celle que je mets pour capter des concepts issus de savoirs culturellement masculins. Autrement dit, toute ma vie j’ai mobilisé de l’énergie pour aller dans la direction du patriarcat, aux hommes maintenant de faire un pas dans la direction des femmes.

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s