Image

L’amour et la violence

julia_geiser_004
Illustration : Julia Geiser ©

À l’heure où j’écris ces lignes, en France, depuis le début de l’année, 75 femmes ont péri sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.
Terrible décompte, qui marque le paroxysme d’une domination masculine à l’œuvre jusque dans les relations amoureuses.

La partie immergée de l’iceberg, ce sont ces centaines de milliers de femmes qui subissent, chaque année, des violences conjugales (en 2017, 219 000 femmes majeures ont déclaré avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint sur une année).

En Île de France, 88% des victimes de violences commises par le partenaire enregistrées par les services de police sont des femmes ; 96% des personnes condamnées pour des faits de violences (de toute nature) entre partenaires sont des hommes.

Une femme sur huit est victime de violences psychologiques dans son couple (INSEE).

Les femmes sont ainsi plus exposées que les hommes au risque d’être l’objet de violences psychologiques. Elles sont aussi plus souvent victimes de violences physiques ou sexuelles, ces violences s’accompagnant plus fréquemment d’atteintes psychologiques ou d’agressions verbales.

Au-delà de ces froides statistiques, nous avons toutes et tous dans notre entourage des femmes malmenées (physiquement ou psychologiquement) par leur partenaire, et qui pourtant restent obstinément enfermées dans cette boucle de l’enfer. Nous connaissons toutes et tous cette femme qui ne tombe que sur des « connards » et enchaîne les relations toxiques ; cette femme qui souffre de dépendance affective, et préférera toujours être mal accompagnée plutôt que seule. Nous avons toutes et tous eu au moins une amie dont le partenaire contrôlait la tenue, les sorties, les loisirs, les horaires ; dont la laide jalousie passait pour une « preuve d’amour » ; dont les remarques froides et humiliantes ont laissé des traces profondes. Nous avons toutes et tous en tête ce stéréotype de la « femme blessée », qui n’a pas d’autre choix, croit-on, que d’accepter son sort avec fatalité.

Et parfois, cette femme, c’est nous.

*

Je ne suis pas une parfaite féministe – de toute façon, une telle chose n’existe pas. Ainsi, je l’avoue, je me pose souvent cette question : mais pourquoi tant de femmes sont-elles victimes de violences conjugales (violences psychologiques incluses) ? Pourquoi tant de femmes se retrouvent-elles sous l’emprise d’un conjoint qui les contrôle ou les maltraite ? Pourquoi, comble du pire, font-elles même parfois des enfants avec ?

Je ne me demande pas pourquoi les femmes restent – ça, je le sais. Je connais le phénomène d’emprise, la difficulté de partir quand on est dépendante financièrement et/ou quand on a des enfants, le danger qu’accompagne la fuite (la rupture étant l’un des principaux facteurs déclenchants du féminicide). Non : je me demande pourquoi elles acceptent, dès le départ, d’entrer dans ce type de relation.

Si le féminisme part du postulat que les femmes ne sont pas par nature plus faibles, plus timorées ni plus « soumises » que les hommes, alors il doit s’interroger sur la manière dont cette faiblesse se construit, sur la manière dont elle créé une porosité à la violence masculine, et surtout : sur la façon dont les femmes peuvent y échapper.
Car les chiffres des violences conjugales ne procèdent pas d’un malheureux hasard, ni d’une triste fatalité.

A la source, se trouvent la masculinité toxique mais aussi la féminité traditionnelle, cette construction sociale qui prépare et asservit les femmes à un destin prétendument inéluctable. Ce que nous avons fait du genre masculin est un problème, mais il n’est pas le seul. La construction du féminin, entre insatisfaction de soi, vulnérabilité et recherche permanente de protection, en est un autre.

Et ce que nous avons créé, nous pouvons maintenant le défaire.

 

La violence, une expression de la domination masculine

Les violences conjugales (1) sont un continuum. Elles ne commencent ni ne finissent pas toutes par des coups, des cris, du sang. Il faut avant tout les voir comme une échelle, une sorte de verre gradué qui commence avec la violence psychologique et/ou verbale.

Mais qu’est-ce que la violence psychologique ? Nous en avons souvent une image distordue, « fantasmée », alors même qu’elle possède de nombreux visages. Certaines manifestations peuvent à ce titre paraître anodines, parce qu’elles sont banalisées, voire romantisées par la société : par exemple, la jalousie, le contrôle de l’autre, le paternalisme ou la possessivité. Pourtant, elles s’inscrivent pleinement dans le cadre de la domination masculine – dont elles sont d’ailleurs l’un des symptômes. Ainsi, certains hommes commettent des violences parce qu’ils considèrent que les femmes (leurs femmes) sont des choses, qui peuvent à ce titre être contrôlées, muselées et mises sous tutelle.

Dévaloriser l’autre, le critiquer, l’humilier, lui imposer des contraintes (ne sors pas après telle heure, ne porte pas tel vêtement, n’achète pas tel objet, arrête de voir cette amie, ne parle pas aux hommes…), le tirer vers le bas, lui parler mal voire l’insulter, lui faire du chantage, outrepasser son consentement, contrôler ses allées et venues, ses conversations, son téléphone, son compte en banque, son historique Internet… constituent des violences psychologiques. Bien évidemment, un reproche ou un mot plus haut que l’autre ne constituent pas en tant que tels des violences. C’est la récurrence de la situation, notamment, qui permet de les qualifier.

Lisez cet article éclairant sur les cyberviolences, que l’on connaît finalement mal.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la violence psychologique procède du même mécanisme que la violence physique : toutes deux composent les facettes d’une même pièce. Même si la première ne débouche pas nécessairement sur la seconde, elles sont interdépendantes.

violences-couple-violentometre
Cartographie des comportements violents dans le couple

 

*

Constat terrible, mais réel : les femmes sont conditionnées à tolérer la violence masculine. Par exemple, les romances auxquelles nous sommes biberonnées depuis le plus jeune âge nous donnent souvent à fantasmer sur des comportements problématiques, comme le contrôle et la possessivité – deux éléments qui n’ont rien à faire dans une relation saine. De Twilight à 50 nuances de Grey en passant par After, les romances pour adolescentes et jeunes adultes sont la plupart du temps coulées sur le même modèle hétéro-patriarcal, avec un héros « viril » qui domine de manière décomplexée sa partenaire, et une jeune femme naïve et inexpérimentée qui se soumet entièrement à lui – tout en étant censée aimer ça.

Ou comment notre environnement façonne des fantasmes et des désirs qui, sur le long terme, peuvent s’avérer dangereux.

(1) Les violences conjugales sont protéiformes : elles ne sont pas seulement physiques mais peuvent aussi être verbales, sexuelles, psychologiques, économiques… (voir tableau plus bas)

 

Victime, nom féminin

On rappelle souvent les chiffres des féminicides ou les statistiques des violences conjugales sans vraiment se préoccuper du cadre dans lesquelles elles s’exercent. Pourtant, les violences faites aux femmes sont indissociables du système patriarcal : elles n’existent que parce que la domination masculine a encore cours.

Depuis quelques années, nous remettons de plus en plus en cause la masculinité toxique et ses fruits pourris. C’est une excellente chose – et une première étape. Mais nous ne devons pas seulement éduquer les hommes. Nous devons aussi donner du pouvoir aux femmes.

J’entre maintenant sur un terrain miné. Le sujet est délicat, voire tabou. Et pourtant : impossible de dissocier le pouvoir exercé par les hommes sur les femmes de la soumission de celles-ci. Les hommes ne peuvent dominer que parce que les femmes acceptent, de manière tacite, d’être dominées. Et c’est particulièrement vrai dans le cadre du couple, lieu « sanctuarisé » s’il en est. 

Le but n’est évidemment pas de dire que de nombreuses femmes sont violentées parce qu’elles l’ont bien cherché ou parce qu’elles l’ont voulu. Il n’y a qu’un seul coupable, et ce sera TOUJOURS l’agresseur. Néanmoins, beaucoup trop de femmes « acceptent » encore d’être dominées au nom de l’amour. Comme s’il s’agissait d’une fatalité inhérente à leur condition de femme, une sorte d’héritage immatériel venu du fond des siècles. Subir. Se persuader que c’est « normal ». C’est comme ça. On finit par s’y habituer.

Les femmes n’entrent pas dans des relations abusives de manière consciente, parce qu’elles aiment être brimées, qu’elles sont naturellement soumises ou un peu maso sur les bords. Elles ne se disent pas : « chouette ! encore un sombre connard » lorsqu’elles se mettent en couple avec un homme toxique. Tout cela s’opère de manière inconsciente, parce que la société les a éduquées à avoir un seuil de tolérance particulièrement haut et un niveau d’exigence corollairement bas. À voir dans des comportements abusifs de l’amour. À être dépendante des autres – particulièrement des hommes. À se détester en silence. À ne pas pouvoir se suffire à elles-mêmes (la dépendance émotionnelle des femmes est une manne formidable pour le patriarcat). Et, par-dessous-tout, à considérer le célibat comme la pire des humiliations – tout, plutôt que d’être seule.

Et cela donne pléthore d’articles dans les magazines féminins (du style : « Pourquoi vous ne tombez que sur des connards » ou, version plus poétique, « Comment être enfin heureuse en amour »), faisant ainsi passer un problème politique pour une simple problématique individuelle.

 

Redonner du pouvoir

Nous ne saurions évoquer le système patriarcal (et ses conséquences) sans pointer du doigt l’une des branches sur lesquels il est assis : la dévalorisation du féminin.

À ce titre, la confiance en soi est un sujet politique pour les femmes.

Jusqu’à il y a peu, je levais les yeux au ciel lorsque j’entendais dire qu’il est « difficile d’avoir confiance en soi quand on est une femme ». Victimisation inutile, me disais-je. Je ne voyais pas le rapport. Et puis j’ai fini par comprendre. Quand l’élément féminin est dévalorisé par la société, quand les femmes sont sommées dès le plus jeune âge d’être belles, douces, minces, parfaites, quand leur physique est régulièrement scruté, quand elles reçoivent des remarques sexistes, quand leurs décisions sont remises en cause, leurs trajectoires strictement codifiées (quoi ? à 35 ans, tu n’es toujours pas mariée ?) ou leurs accomplissements dévalués (tu as obtenu une promotion ? c’est bien ma chérie, mais quand est-ce que tu fais un enfant ?), la confiance en soi peut être difficile à acquérir.

Dévalorisées par la société, les femmes finissent alors, par un effet miroir, à se dévaloriser elles-mêmes. À penser qu’elles ne sont pas assez, qu’elles ont peu de mérite, qu’elles ne doivent pas trop en demander. C’est dans cette vulnérabilité construite de toutes pièces que se trouve la faille.

Ne pas s’aimer est un risque. Il y a, j’en suis convaincue, une forte corrélation entre l’estime que l’on se porte et la qualité de nos relations amoureuses.

Le début de ma vie amoureuse fut à ce titre largement insatisfaisant : aucun abus (on en viendrait presque à se trouver chanceuse pour ça), mais une constellation de mini-relations ayant l’intérêt et la saveur d’un cornet de frites molles. Mes besoins, mes envies n’étaient pas respectées – par les autres, certes, mais avant tout par moi-même. J’étais cette fille qui tapait « comment faire tomber amoureux un homme » dans Google et prenait de bon cœur les miettes qu’un type médiocre consentait à lui offrir.
Est-ce un hasard si, à l’époque, encore conditionnée par les injonctions à la féminité traditionnelle, je manquais de confiance en moi ?

Je suis convaincue que non.

 

Amour, genre et violences

Par peur de culpabiliser les victimes, nous détournons le regard.

Nous le dirigeons uniquement vers les hommes – et c’est une nécessité puisqu’ils représentent l’immense majorité des auteurs de violence, mais ce n’est pas suffisant. La lutte restera vaine si nous ne donnons pas du pouvoir aux femmes ; si nous ne leur fournissons pas les outils pour s’émanciper. Si nous ne nous saisissons pas des attendus de la féminité traditionnelle, si nous ne concédons pas qu’ils puissent représenter un danger.

La masculinité et la féminité en tant que constructions sociales agissent comme des vases communicants. Nous apprenons aux hommes à être des agresseurs, et aux femmes à se faire proies. C’est dans cette « dualité » socialement construite que les genres se nourrissent l’un de l’autre. Et c’est pour cette raison que nous devons sortir de la rhétorique fataliste, qui sous-entend que nous sommes dépourvu.es de toute marge de manœuvre, pour nous intéresser à la façon dont nous devons enfin armer les femmes. De savoir ; de confiance ; de connaissances ; de pouvoir.

Car nous n’expliquons pas aux femmes ce qu’est une histoire d’amour « normale », c’est à dire saine et équilibrée.

Nous ne leur apprenons pas à repérer les signaux d’alarme dans une relation amoureuse. Nous les gavons dès la naissance d’une vision sexiste et distordue de l’amour hétérosexuel, censé justifier les pires comportements.

La complaisance de la société envers les hommes dominateurs et violents joue également un rôle : de manière collective, nous finissons par considérer des situations abusives comme des « histoires de couple » ou de banals conflits conjugaux. Ignorant les mécanismes systémiques – et réversibles – qu’il y a derrière.

Maintenir les femmes dans l’exaltation d’une féminité obéissante, désarmée, dépendante, dans cette vulnérabilité construite de toutes pièces, et dans l’ignorance de ce qu’est l’amour et le respect, permet la pérennisation de ces violences.

 

*

Que faire maintenant ?

Nous devons éduquer les femmes à prendre confiance et à trouver le pouvoir en elles, à repérer les « red flags » (drapeaux rouges, en anglais) qui annoncent une relation toxique, et à exiger le respect et le bonheur qu’elles méritent. Une relation amoureuse bascule très rarement dans la violence d’un seul coup, comme on actionnerait un interrupteur. Les signes « avant-coureurs » sont connus : apprenons aux femmes à les repérer. Et à les refuser.

Les normes sociales qui enferment les femmes dans des trajectoires rigides doivent également être remises en cause : cessons de faire du couple hétérosexuel l’aboutissement suprême, arrêtons d’abreuver les filles de contes de fées puis de romances toxiques, cessons de voir les femmes comme de futures épouses en puissance pour les considérer enfin comme des êtres à part entière, cessons de glorifier les relations amoureuses et le mariage, cessons d’en faire les indispensables jalons de toute vie de femme réussie. N’oublions pas que le couple ne met pas les femmes à l’abri : en fait, c’est même le contraire. Statistiquement, les femmes sont plus en danger dans leur propre foyer que partout ailleurs.

À ce titre, l’entourage a un rôle important à jouer : trop de proches des victimes les culpabilisent encore, les enjoignent à se montrer « plus conciliantes » et « moins exigeantes » lorsqu’elles rapportent des abus, balaient le problème en proposant des solutions stériles (« allez voir un psy », « essaye de rallumer la flamme avec de la lingerie sexy », « prenez du temps à deux »…), voire se montrent complaisants à l’égard des hommes violents.

Souvenons-nous enfin qu’il n’y a pas de déterminisme : la violence et la volonté de dominer ne sont pas intrinsèques aux hommes, tout comme la soumission n’est pas inhérente aux femmes. Nous ne faisons que reproduire des modèles genrés, fruits d’un conditionnement vieux de plusieurs milliers d’années.

Enfermer les femmes dans un rôle de victime « par essence » (impuissante, inerte, dépourvue de libre arbitre), comme le font de nombreux mouvements féministes, ne résoudra jamais rien – nous jouons cette partition depuis des années, et les chiffres des violences, tout comme ceux des féminicides, ne baissent pas. Les femmes ne tombent pas dans le piège des violences conjugales comme on tomberait dans un trou, sans préambule, sans conditionnement préalable, au gré d’un hasard inéluctable.

Éduquons donc les hommes à ne pas dominer, et les femmes à n’accepter aucun abus.

C’est certainement dans cette recherche d’un équilibre nouveau, que se niche l’un des combats contre les violences conjugales.

 

Image

Pères encensés, mères épuisées

Capture
360brain ©

 

Papa, maman : un double standard particulièrement prégnant

L’idée de cet article m’est venue alors que je lisais Voici dans la salle d’attente du dentiste sur mon canapé. En une du magazine, des photos du comédien Gad Elmaleh se promenant au parc avec son fils : « Gad Elmaleh : un papa solo qui assure ». Jusque-là, tout va bien.

Mais en lisant cet article dithyrambique, une sensation d’agacement a commencé à m’envahir. Déjà, l’expression « papa solo » est à relativiser puisque G.E n’a pas la charge exclusive de son fils, et qu’il vit en plus… à 9000 km de celui-ci. Mais la véritable question est celle-ci : est-on si en retard que nous en sommes encore à nous extasier d’un père qui emmène jouer son fils au parc ? A-t-on jamais vu un magazine people tomber en pâmoison devant une star qui emmènerait sa fille manger une glace ?

Je n’ai rien contre Gad Elmaleh, mais il est temps de dénoncer ce double standard parental qui consiste à glorifier les pères qui font une fois ce que les mères font tous les jours. 

Loue-t-on fréquemment la dévotion des mères qui préparent des purées de carotte à leur enfant ? A-t-on l’habitude de se pâmer devant une femme qui promène un landau dans la rue ? (diantre ! elle s’occupe de son enfant !) Qualifie-t-on « d’héroïnes » ces femmes qui mènent tout de front à la maison, de la préparation des repas à l’aide aux devoirs, en passant par les trajets école-maison et le récurage de la salle de bains ? (alors même que leur conjoint, pourtant tout aussi responsable en théorie, sirote tranquillement son café sur le canapé) (désolée pour le cliché) (qui se vérifie souvent)

Bien sûr, ces questions sont purement rhétoriques. Dans l’inconscient collectif, l’idée que les femmes doivent se vouer à leurs enfants est une évidence, tandis qu’il n’est attendu des hommes qu’un investissement minimal.

*

Pour illustrer ce double standard, prenons un exemple simple. Imaginons un couple lambda, doté de deux charmants enfants, et mettons les en situation. Supposons que le travail de papa l’emmène en voyage professionnel pour quelques jours : personne ne s’extasiera sur le fait que sa conjointe s’occupe entièrement des mômes pendant ce temps-là. En fait, tout le monde considérera cette situation comme normale, bêtement évidente. C’est son rôle, après tout, non ?

Maintenant, inversons les rôles. Imaginons que maman parte en voyage d’affaires ou pire ! en week-end entre copines. Le pauvre papa écope de la charge des enfants, et les réactions se font tout d’un coup différentes, allant de la pitié (elle le laisse seul avec les gamins ?) à l’admiration (il a réussi à survivre à une soirée couches et coquillettes ?). À la fin, le bonhomme se fait acclamer par la foule en délire comme s’il venait de mettre au point un vaccin contre le sida.

« Si je sors une fois en la laissant à son père, c’est un père courage, et moi je suis une mère pas assez impliquée (pensez-vous : je suis sortie sans mon enfant pour aller au cinéma !) » écrit ainsi une jeune mère sur Internet…

 

Oui, nous en sommes encore là : une mère qui s’absente une ou deux soirées par semaine pour se consacrer à ses loisirs est un monstre en puissance, mais un père qui s’occupe de son nourrisson une fois par mois mérite une médaille. C’est qu’il est un homme, voyez-vous, et les hommes ont autre chose à faire que de torcher des fesses pleines de caca (tandis que les femmes accèdent à une forme de transcendance en manipulant de la merde, c’est bien connu).

Et de fait, ils sont nombreux, ces hommes, à s’absenter dans la semaine ou à rentrer très tard du travail, laissant leur compagne se débrouiller avec l’intendance domestique et enchaîner les « doubles journées » comme une coureuse de marathon. Une situation qui peut vite conduire à des rancœurs larvées et des conflits… puis à l’explosion.

La « faute » ne revient pas aux hommes pris dans leur individualité (même si certains profitent à n’en pas douter d’une situation dans laquelle ils sont de facto avantagés), mais à un système inégalitaire qui infériorise, dans la théorie comme dans la pratique, le féminin.

L’équation est simple à résoudre : si les femmes sont globalement moins payées, si leurs carrières sont considérées comme moins importantes, si l’option « rester à la maison » leur revient par une sorte d’automatisme alors même qu’elle n’est jamais conçue comme une possibilité pour leur conjoint, si l’éducation des enfants continue d’être vue comme une tâche naturellement « féminine », alors il n’est guère étonnant que les femmes continuent à prendre en charge les deux tiers du temps parental (un déséquilibre qui s’accroît avec le nombre d’enfants).

Avant d’être un problème individuel, c’est un problème sociétal et systémique.

 

Infographie-taches-menageres_width545

 

Mon père, ce héros

L’existence de ce double standard se révèle particulièrement dans la sémantique : un homme qui s’occupe de ses enfants est un héros, une femme qui fait la même chose est juste… une mère.

Et les petites phrases du quotidien en disent long sur nos représentations collectives des rôles parentaux :

« Mon mari garde les enfants ce soir » (variante : « mon mari fait du baby-sitting »)

« Je culpabilise de lui avoir laissé les enfants pour le week-end » (comme s’il s’agissait de lui refourguer un colis encombrant dont il n’avait jamais fait la commande)

« Il ne m’aide pas beaucoup à la maison » (le verbe « aider » sous-entendant qu’il revient aux femmes de se taper l’ensemble des tâches ménagères et que les hommes n’ont qu’une fonction accessoire dans l’affaire : or, un homme n’a pas à « aider », mais simplement à faire sa part, celle qui lui revient de fait)

 

s-l300
L’héroïsme à géométrie variable

 

Papa change les couches ? Cuisine des petits pots maison ? Se lève la nuit pour donner le biberon ? C’est un HÉROS.

Mais quand maman fait la même chose, point de regards attendris. Elle ne fait qu’accomplir son « devoir » : la société n’attend pas autre chose de sa part. En revanche, qu’elle faillisse à sa mission, ne serait-ce que pour un jour, et le monde entier lui tombera dessus.

Il y a tout de même quelque chose de fascinant dans ce système patriarcal qui se débrouille toujours pour retourner les choses à son avantage. Ainsi, les activités estampillées « féminines » comme la cuisine, la couture ou l’éducation des enfants sont dévalorisées quand elles sont exercées par des femmes, mais elles gagnent instantanément en prestige dès lors que des hommes s’en emparent.

 

(Dé)charge mentale

L’investissement des pères, même minimal, même gratifiant – j’emmène ma fille jouer au cerf-volant plutôt que de me taper la réunion parents-profs – est donc un peu comme certains mots au Scrabble : il compte triple. De fait, il reste considéré comme une singularité qu’il convient de pointer du doigt et de récompenser, alors même que l’investissement des mères est considéré comme allant de soi. 

Le problème vient du fait que nous continuons à genrer la parentalité au féminin.

Ironie de l’histoire, cependant, plus la tâche à effectuer est intéressante et/ou valorisante (partager des loisirs, régler un conflit, imposer son autorité, inculquer des savoirs …), plus nous consentons à inclure les pères.

Selon une étude de 2013 de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), les activités parentales restent une prérogative féminine : les femmes passent 2,1 fois plus de temps que les hommes à s’occuper des enfants. Mais il n’y a pas qu’une différence de durée : les activités réalisées ne sont pas non plus les mêmes.

Ainsi, les temps parentaux liés aux soins et aux déplacements sont plutôt réalisés par les femmes, tandis que les temps parentaux liés aux loisirs incombent plutôt aux hommes.

En résumé, les mères s’occupent de la logistique pénible du quotidien (prendre les rendez-vous médicaux, donner à manger, changer les couches, faire la lessive, etc) tandis que les pères écopent de la partie plus « fun » de la parentalité, à savoir les jeux, la détente et la transmission des savoirs.

Sans oublier la fameuse charge mentale, ce nuage invisible qui vient se greffer à l’intendance tangible du foyer et dont les femmes écopent en grande majorité : penser aux courses à faire, au rendez-vous à prendre, au pantalon à recoudre, au dîner à préparer, au rappel de vaccin à faire, aux cadeaux d’anniversaire à acheter, etc.

 

1116587
« Fallait demander », Emma ©

 

Cette division inégalitaire des tâches n’est pas le fruit d’un processus « naturel ». Ce qui est en cause, c’est un modèle culturel séculaire qui fait de la mère le parent et référent principal et du père un élément accessoire, presque décoratif. Une sorte d’arrière-plan aux lignes floues : on sait qu’il est là, on sait qu’il existe, mais son rôle reste indéfini. Plusieurs éléments sont à blâmer :

  • L’absence de représentations des pères dans les médias – ou en tout cas le manque de variété de celles-ci, le modèle « standard » restant le père occupé par sa carrière et peu impliqué dans l’éducation de ses enfants
  • Le peu d’informations disponibles sur la paternité, qu’il s’agisse de livres, de magazines, de sites Internet ou d’émissions télé
  • L’encadrement insuffisant des pères à la maternité
  • La durée ridiculement courte du congé paternité.

Mais aussi une culture et une tradition sexiste bien ancrée, qui associe les femmes à une maternité omnipotente, totale et instinctive, comme si celles-ci avaient le maniement de la couche Pampers et l’expertise en prise de rendez-vous médicaux dans le sang.

Ainsi, lorsque j’étais enfant, dans les années 90/2000, la fin de la journée d’école était nommée « l’heure des mamans ». J’ignore ce qu’il en est désormais, mais lorsque je passe devant l’école de mon quartier, les personnes qui attendent devant sont quasiment toutes… des femmes.

Cette inégale répartition de la charge parentale se traduit notamment par l’existence de nombreux forums et blogs de « mamans » et par une avalanche de magazines, livres et manuels d’éducation qui ne s’adressent pas aux parents, mais aux mères.

Comment s’étonner que les hommes se n’investissent pas dans leur rôle de père, si on omet de les inclure dans les discussions sur la parentalité ? Nous avons un effort colossal à faire pour apposer un caractère neutre à la parentalité, et redonner aux pères la place qui leur incombe. 

 

La soumission consentie des femmes à un destin maternel

Un problème demeure : la soumission volontaire des femmes à leur (unique) rôle de mère. Beaucoup se complaisent en effet dans cette fonction, y trouvant une identité pour laquelle elles seront socialement reconnues et valorisées.

Si les femmes sont toujours perdantes à ce jeu, et si d’ailleurs beaucoup souffrent des sacrifices qu’elles ont dû faire à la naissance de leurs enfants, il reste qu’endosser le rôle de la « mère de famille parfaite », le nez dans ses petits pots maison et sa poussette high-tech, est souvent l’option la plus facile – plus facile, en tout cas, que de revendiquer son droit à une carrière épanouissante, du temps pour soi ET une vie de famille.

La pression sociale, ce monstre aux crocs acérés, veille en effet au grain…

 

A l’occasion de la Fête des mères, la marque Playtex – pensant sans doute faire une bonne action – a publié sur son compte Facebook la phrase suivante : « Maman (n.f) : Femme accomplissant bénévolement les tâches de 20 personnes au quotidien »

Dans les commentaires, personne ou presque n’a relevé le fait que cette phrase en apparence innocente contribuait à banaliser l’exploitation domestique des femmes, celle-ci étant supposée, en plus, faire tendrement sourire – ah ! être une esclave, dans la joie et la bonne humeur

De manière tout à fait sournoise, ce genre de petite phrase peut en effet passer pour une valorisation émue des « qualités » dites féminines, comme l’esprit de sacrifice, la dévotion, la patience et la minutie. Qu’on ne tombe pas dans le piège : la fameuse glorification de « l’essence féminine » ne sert qu’à nous asservir un peu plus.

En effet, ces qualités ne sont pas innées : elles sont savamment inculquées, au travers d’une éducation qui prépare les femmes à leur futur rôle d’épouse et de mère. En outre, l’assignation des femmes au travail domestique ne peut fonctionner sans son corollaire, à savoir l’exclusion de ces dernières des sphères du pouvoir.

Tant que les femmes continueront à consentir avec bonne humeur à leur propre servitude, rien ne changera – les lois pourront nous aider, mais sans le changement de mentalité qui doit les accompagner, elles resteront d’un piètre secours.

Prenons conscience de ceci : romantiser ou même tourner en dérision l’exploitation domestique des femmes n’apportera jamais rien, si ce n’est toujours plus d’exploitation.

 

5acd568ebf4d1bc128e277e3d5e53482

 

*

Plus je lis à ce sujet, plus je suis convaincue que la maternité est la principale entrave à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. La première étape est donc de changer les mentalités : la seconde, de modifier les structures existantes.

Le but étant que les hommes et les femmes s’occupent des enfants et des tâches ménagères à part égale, et que les femmes, en conséquence, ne souffrent plus d’un « malus maternité » sur leur carrière (et leur temps de loisir, et leur liberté) en mettant au monde un enfant.

C’est pour cela que nous devons militer pour une modification substantielle du congé paternité (il s’élève aujourd’hui à 11 misérables jours et n’est pas obligatoire). Las, le gouvernement paraît s’en tamponner comme de son premier conseil des ministres : Emmanuel Macron s’est récemment opposé à un projet de directive européenne prévoyant d’instaurer dans chaque pays membre un congé parental de quatre mois, dont deux non transférables d’un parent à l’autre.

En attendant, la naissance d’un enfant continue à creuser les inégalités dans les couples hétérosexuels – et par extension, entre les femmes et les hommes. Comment lutter aujourd’hui contre l’asservissement progressif des jeunes mères, elles qui se retrouvent très souvent seules à la maison pendant plusieurs semaines ou mois, tandis que leur conjoint retourne vaquer à ses occupations extérieures ? Une fois que les premières habitudes sont prises, une fois que chaque parent s’est installé dans son rôle « traditionnel » (avec le manque de temps, de sommeil, d’énergie, il est en effet plus facile d’aller vers le stéréotype), il est difficile d’impulser un changement de dynamique.

En 1981, l’écrivaine Annie Ernaux décrivait déjà dans « La femme gelée » sa condition de femme et de mère enchaînée au travail domestique.

Trente-huit ans plus tard, quels progrès avons-nous réellement fait ?

 

Nota Bene : Évidemment, il existe aussi de nombreux de pères impliqués, qui ne se reposent pas éhontément sur leur compagne et prennent leur part de manière égale.  Certains font même le choix de rester au foyer. Et pour ces hommes, un autre problème se pose : le mépris social qu’engendre leur « inactivité », et les soupçons de « démasculinité » qui pèsent sur eux, faute de correspondre au modèle archaïque de l’homme alpha qui sue toute la journée pour ramener le bifteck à la maison. Mais c’est encore un autre sujet…
Image

Il faut sourire pour être belle

trophy-wife-barbie-8
@Trophy Wife Barbie ©

 

Souris !
Alors, on a perdu son sourire ?
Tu serais tellement plus jolie si tu souriais…

Quelle femme n’a jamais fait les frais de cette fameuse injonction à sourire, qu’elle émane d’un.e proche ou d’un.e inconnu.e ?

En tant qu’individus de sexe féminin, notre fonction première est esthétique. Nous devons être décoratives, avenantes, d’un abord agréable. Nous devons occuper l’espace avec grâce et harmonie, à la manière d’un philodendron astucieusement placé dans un coin de la salle à manger.

Au départ, personne n’attend de nous que nous fassions de grandes choses ; que nous nous réalisions par le travail, la passion, l’aventure ; que nous nous consacrions d’abord à nous-mêmes, à nos vies, à nos désirs et à nos ambitions. Personne n’attend de nous des réalisations, des opinions, des œuvres, des réflexions, des colères, des positions tenues fermement.

Nous naissons avec la lourde tâche de plaire, non pas à nous-mêmes mais aux autres – c’est-à-dire les hommes.

Et les hommes ne nous veulent pas seulement souriantes. Le sourire n’est pas une fin en soi, mais un moyen ; un symbole de la soumission, de l’obéissance et de la politesse servile qui est attendue de nous. Il est aussi, plus encore, un gage d’inoffensivité. L’assurance que nous resterons bien à « notre » place, sans causer de vagues ni brandir aucune revendication.

Quel signe d’obédience est en effet plus fort qu’un sourire, accroché aux lèvres en toutes circonstances, même lorsque la douleur et la colère sourdent ?

 

*

Le sourire des femmes se serait popularisé à la fin du 19ème siècle, lors de l’avènement de la publicité. Il était alors utilisé pour présenter et valoriser les produits, constituant ainsi un nouvel argument de vente. Avant cela, le sourire féminin était considéré comme suspicieux, voire immoral  – particulièrement lorsqu’il s’affichait dans l’espace public.

38bd76c76909d3d17821986e52836d7cbeauty-is-my-business-career

Depuis, les sphères de la publicité, des médias et de la culture continuent gaiement sur cette lancée, en cantonnant les femmes à un rôle de bibelot destiné à égayer le paysage, et distraire un regard masculin conçu comme unité de mesure universelle.   

Mais les femmes ne doivent pas seulement être plaisantes à regarder : elles doivent aussi être accortes, serviables, dociles. On pense aux hôtesses d’accueil, déployées dans les entreprises, les salons et autres raouts médiatiques pour accueillir le visiteur avec un sourire décoratif. On pense également aux intelligences artificielles, qui sont la plupart du temps genrées au féminin. De Cortana (Microsoft) à Alexa (Amazon), en passant par le GPS programmé avec une voix féminine par défaut, les assistants vocaux renforcent les stéréotypes de genre en associant automatiquement le féminin à l’assistanat. Pensés et programmés par des ingénieurs, ces robots genrés sont la transcription matérielle du droit que les hommes pensent détenir sur les femmes : celui d’être assisté, bichonné et diverti par elles.

 

*

Dans la « vraie vie », l’injonction à sourire nous dépouille pernicieusement de notre droit à être une personne à part entière, avec une humeur variable et des émotions propres. Elle nous contraint à délégitimer et mettre à distance nos sentiments, puisque nous ne serions de toute façon pas importantes – moins, en tout cas, que le bien-être et la satisfaction d’autrui.

Mais elle met aussi en exergue, peut-être plus encore que d’autres injonctions sexistes, la façon dont les femmes sont (encore) considérées.

Lorsque certains hommes se permettent d’exiger que de totales inconnues (ou même des proches) leur sourient, ils les réduisent au statut de biens publics, manœuvrables à loisir et disponibles pour le tout-venant. Elles ne sont pas des personnes à part entière, mais des objets ayant pour fonction première de divertir, enjoliver, décorer.

Imaginerait-on un homme se faire interpeller par un.e illustre inconnu.e pendant sa balade du dimanche, pour le sommer de « faire un p’tit sourire » ? Ce scénario paraît presque relever de la science-fiction, car personne n’attend des hommes qu’ils se montrent disponibles pour répondre aux exigences du premier péquenaud croisé dans la rue, ni qu’ils décorent agréablement l’espace.

En sommant les femmes de sourire, les hommes expriment publiquement le droit qu’ils pensent détenir sur le corps de celles-ci. Le corps : celui de toutes et de personne à la fois, une chose publique indifférenciée.

En réalité, l’injonction à sourire est une forme de contrôle social de la féminité, au même titre que ces artefacts esthétiques que sont le maquillage, les talons hauts ou les soutiens-gorges. Ce n’est pas un hasard si la poupée Barbie affiche un sourire XXL en toutes circonstances. Ni si les magazines féminins publient régulièrement des articles dans lesquels on peut lire que « le sourire, c’est l’accessoire le plus important ! » – assimilant ainsi une manifestation humaine de joie ou de bien-être à un sac à main en cuir souple. Enfin, ce n’est pas non plus un hasard si la publicité montre en permanence des femmes au bord de l’orgasme, confites dans une béatitude presque idiote, même lorsqu’elles ne font que manger un yaourt ou programmer une machine.

Le message sous-jacent est clair : sois belle et tais-toi.  

 

*

Il y a donc deux volets à cette problématique : l’injonction à sourire en tant que telle, mais aussi l’injonction plus globale à être agréable, accorte, divertissante. Prendre en charge, arrondir les angles, apaiser, soulager, adoucir, décorer, enjoliver. Prouver que l’on vient en paix, qu’on est par conséquent inoffensive, obéissante, dépourvue de griefs, de pouvoir, de colère. De toutes ces choses dont la société ne sait jamais que faire lorsqu’elles émanent des femmes.

Les métiers de service, souvent occupés par des femmes (hôtesses d’accueil, serveuse, opératrice en centre d’appel, hôtesse de l’air…) sont particulièrement touchés par l’injonction à afficher un sourire en toutes circonstances. La sociologue Arlie Hochschild a ainsi théorisé le concept de « charge émotionnelle », en étudiant les domaines professionnels dans lesquels les salarié.e.s doivent porter un masque et réprimer ou moduler leurs émotions pour favoriser le bien-être de leurs client.e.s.

Sur ce sujet, une étude américaine récente a d’ailleurs montré un lien entre consommation d’alcool et métiers nécessitant d’afficher un visage jovial en toutes circonstances. Selon cette étude, les personnes travaillant au contact du public – et devant passer une partie non négligeable de leur temps à sourire – consomment plus d’alcool que les autres, et ressentent plus le besoin de boire un verre ou plusieurs à la sortie du travail. En cause, notamment, le stress induit par le fait de devoir réprimer ses émotions et de porter un « masque » au travail.

Cette charge émotionnelle se retrouve aussi dans le couple, lorsque les femmes prennent en charge le bien-être physique et mental de leur partenaire… au détriment du leur.

Mais les injonctions à sourire et à être agréable ne touchent pas que les métiers de service. Quel que soit le poste qu’elles occupent, nous attendons de toutes les femmes qu’elles se montrent attentives, souriantes et pleines de sollicitude. Politiques, vendeuses,  artistes, dirigeantes ou employées de bureau, les femmes sont perpétuellement sommées d’afficher un visage affable, qu’importe que les circonstances s’y prêtent ou non : et si elles échouent à se conformer à ce code de la « bonne » féminité, les sanctions sociales ne tardent pas à tomber. 

Jennifer Pierce, une sociologue américaine, a ainsi démontré dans une étude que s’il est attendu des avocats qu’ils se montrent « dominants » et « agressifs », les avocates tendent à être pénalisées si elles adoptent le même comportement que leurs homologues masculins.

En somme, nous ne tolérons pas que les femmes sortent de ce carcan de la féminité traditionnelle fait de politesse, de charme et d’aménité, ni qu’elles transgressent le rôle de genre qui leur a été dévolu à la naissance. Les doubles standards sur la beauté nous le montrent bien : une femme, c’est fait pour être joli et accommodant, pas pour afficher des opinions fortes et des émotions propres.

Elle est sommée de paraître pour le bon plaisir et le divertissement des autres, mais sa liberté d’être passe en second.

À côté, les hommes ont toute latitude pour être qui ils veulent, dans les conditions qu’ils veulent, et cela inclut notamment de ressentir des émotions négatives, d’opposer au monde un visage neutre, ou tout simplement de faire la gueule.

« Les femmes, qui doivent se montrer polies à la fois dans leurs actes et dans leurs paroles, sont enjointes plus que les hommes à sourire. Quand elle écoute quelqu’un, une femme hochera souvent la tête en souriant pour exprimer son attention. Si elle ne sourit pas, elle pourra être perçue comme étant « en colère » explique ainsi l’historienne américaine Londa Schiebinger.

 

Dans un article du magazine Bustle, une femme témoigne de la mésaventure qu’elle a vécue à l’aéroport. Alors qu’elle venait d’écourter un voyage suite au décès de sa grand-mère, elle demande de l’aide à un agent… qui lui répond : « d’abord, vous devez me faire un sourire ».

« Je venais de prendre un vol de dernière minute, je voyageais depuis dieu sait combien de temps à ce moment-là, je voulais simplement me rendre à mon prochain vol sans me mettre à pleurer en public, et ce connard a exigé que je lui fasse un sourire avant même de répondre à ma question. […] Alors je lui ai fait un putain de sourire et j’ai pleuré dans le métro, parce que j’étais humiliée et en colère. J’avais des marques et des poches bien visibles sous les yeux après avoir passé des jours à pleurer, mais la seule chose dont se souciait cet homme, c’était que je ne lui avais pas demandé de l’aide assez gracieusement à son goût ». 

Personnellement, je ne compte plus les fois où l’on m’a demandé de sourire – fait intéressant, la requête provenait aussi bien d’hommes que de femmes (jamais les dernières quand il s’agit de sexisme intériorisé). Quand j’étais enfant, mon visage neutre n’était apparemment pas assez conforme à ce qu’on attend d’une petite fille – se montrer exquise, sémillante, perpétuellement rieuse – puisque j’étais très régulièrement rappelée à l’ordre… Jusqu’à ce que mon deuxième prénom devienne presque « Souris ». N’ayant pas conscience de la dimension sexiste de la chose, il m’arrivait de m’exécuter à contrecœur. Mais au fond de moi, je trouvais tout de même étrange que des personnes que je ne connaissais pas plus que ça puissent se permettre d’exiger de moi quelque chose d’aussi intime, subjectif et personnel qu’un sourire. Depuis que je suis adulte, ce genre de sommation s’est considérablement raréfié – bien qu’elle n’ait pas, rassurez-vous, totalement disparue. De là à établir un lien entre la malléabilité inhérente à l’enfance et l’exercice décomplexé du sexisme qu’elle permet, il n’y a qu’un pas… que je franchirais allégrement.

Et puisqu’on y est, le saviez-vous ? Marcher dans la rue, acheter des tampons au supermarché du coin ou manger une salade – aussi goûteuse soit-elle – ne sont pas des situations qui provoquent spontanément le sourire humain.

0bYfSqpMj3lm0ACHh
Quoi qu’en dise ce genre de publicité débile.

 

Non, nous ne vous ferons pas un grand ni un petit sourire et non, vous ne demanderiez jamais la même chose à un homme.

Ce n’est pas un secret que le sexisme se cristallise largement sur le corps des femmes. En exigeant d’elles qu’elles se comportent en permanence comme des androïdes souriants,  on leur dénie le droit à la colère, aux émotions, à la liberté de disposer de soi-même. 

Le droit de faire la gueule, d’être moche, énervée, fatiguée, ou tout simplement de ne rien ressentir de spécial.

Le droit d’être une personne à part entière, dotée d’une autonomie et d’une volonté propres.

 

*

Votre sourire n’appartient qu’à vous : vous ne le devez à personne, que l’individu qui pense pouvoir l’exiger de vous soit un.e proche ou bien un.e illustre inconnu.e. Sachez que la seule réponse qu’amène un « souris ! » arbitraire, qui n’est rien de plus qu’une injonction sexiste à remplir convenablement votre rôle de femme, est un simple regard vide pouvant aisément se traduire par « je t’emmerde ».

Quant à vous, les mecs, sachez que la femme à laquelle vous tentez d’extorquer un sourire ne vous doit rien, si ce n’est la plus belle des indifférences.

 

giphy

Image

Championnes de l'(in)égalité

rtt

 

Depuis le 1er mars 2019, les entreprises françaises de plus de 1000 salarié.e.s doivent publier sur leur site Internet leur « index de l’égalité homme-femme », un outil créé par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, qui permet d’évaluer les différences de rémunération dans chaque entreprise – et de les corriger, le cas échéant. Il s’agit de passer d’une obligation de moyen à une obligation de résultat en matière d’égalité salariale.

Cet index attribue une note globale sur 100 qui se base sur cinq critères différents : écart de rémunération entre les femmes et les hommes, écart dans les augmentations annuelles et dans les promotions, augmentation des salariées au retour de congé maternité et présence d’au moins 4 femmes parmi les plus 10 hautes rémunérations de l’entreprise. La note minimum à atteindre est de 75/100 : en dessous de ce seuil, les entreprises disposent d’un délai de 3 ans pour résorber les écarts.  

Parmi les entreprises qui ont dévoilé leur note, on constate avec surprise que la majorité brille par ses superbes résultats : la Maif obtient par exemple une note de 99/100, Sodexo Hygiène et Propreté 100/100, Alstom 95/100, L’Oréal 90/100 et Monoprix, 98/100. Étonnant, dans une société où les inégalités au travail sont une réalité minutieusement documentée. 

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Nous serions-nous rapproché.e.s de l’égalité pleine et entière ces dernières années, sans même nous en être rendu compte ?

Eh bien en fait… non.

Tout d’abord, si les notes affichées paraissent aussi exemplaires, c’est parce que l’index  de l’égalité hommes-femmes présente des biais importants :

  • L’existence de seuils de pertinence de 5 points pour le calcul des écarts de rémunération. Si l’écart est de 15 % entre les femmes et les hommes cadres dans une entreprise donnée, on n’en retiendra donc que 10 %. Et à âge et poste comparable, un écart de 5% entre les femmes et les hommes sera considéré comme inexistant (!).
  • Un manque de transparence : en effet, les entreprises sont uniquement tenues de publier la note globale de leur index, et non le calcul détaillé. Des contrôles sont certes prévus par l’inspection du travail, mais cela n’empêchera probablement pas quelques petits arrangements avec la réalité… Par ailleurs, pour avoir vu de l’intérieur comment une entreprise calcule son index, je peux affirmer qu’elle ne le fait pas en se demandant comment elle pourrait profiter de l’occasion pour résorber les écarts de salaire existants, mais comment elle pourrait bidouiller pour obtenir le plus haut score possible et s’éviter ainsi 1) de payer une pénalité financière, 2) de se taper la honte auprès du grand public.
  • Il n’existe pas de critère sur le nombre de femmes dirigeantes. Or, le plafond de verre est une réalité tenace, qui constitue le paroxysme des inégalités au travail et participe – entre autres – de la moindre rémunération des femmes sur le marché du travail. Les femmes ne veulent pas seulement des salaires égaux : elles veulent aussi, et cela va avec, des évolutions de carrière égales.
  • Comme dit plus haut, le score minimum à atteindre est de 75/100 (en dessous, les entreprises s’exposent à une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 1% de la masse salariale). Ces dernières ne sont donc pas incitées à atteindre l’égalité réelle, le 100/100 qui ne s’accommode d’aucun seuil de « tolérance » –  comme si l’on pouvait tolérer un petit peu d’inégalités. L’égalité salariale n’aurait-elle qu’une importance relative, puisque certaines insuffisances sont acceptables en la matière ?

Enfin, cet index est également biaisé en ce qu’il ne propose aucun outil pour mesurer – et corriger – la division sexuée du travail, c’est-à-dire le cloisonnement des filières par genre. Il se contente de mesurer des niveaux de « responsabilité » équivalents. Or, certains postes ne sont pas comparables, tant en termes de contenu que d’évolution de carrière. Par exemple, un poste de technicien de maintenance ne saurait être comparé à un poste d’assistante administrative (je genre volontairement au masculin et au féminin), même si les niveaux de responsabilité sont en théorie similaires. On sait que la division sexuée du travail contribue fortement à la persistance des inégalités salariales. Tant que les femmes resteront majoritairement cantonnées aux fonctions les moins valorisées et les moins rémunératrices des entreprises, l’égalité restera un vain mot.

Une fois qu’on a dit tout cela, on se rend compte que même des entreprises « bien notées » pourront donc, en réalité, cacher des disparités de salaire – et de carrière – importantes.

Prenons le cas de LVMH, par exemple, qui affiche une note de 90/100 à l’index de l’égalité hommes-femmes. Au premier abord, on pourrait avoir envie de saluer la performance –  d’autant que 65 % de ses cadres sont des femmes.

Mais quelle est la réalité en interne ? Que cachent ces chiffres – a priori – positifs ?

Il suffit de se pencher sur la composition des instances dirigeantes de l’entreprise pour déchanter : son conseil d’administration ne compte que 40 % de femmes (elles étaient 23,5% en 2015) et son comité exécutif, haut lieu de décision stratégique par excellence, ne compte que deux femmes sur douze membres. En matière d’égalité, on a vu mieux.

Quant à l’entreprise Alstom, qui se targue d’avoir obtenu une note de 95/100, elle ne compte pourtant qu’une seule femme sur les 17 membres de son équipe de direction !

Y a t-il vraiment de quoi se féliciter ? Est-ce cela qu’on entend par « égalité entre les femmes et les hommes au travail » ?

À moins, bien sûr, que notre société n’ait de cette égalité une conception particulière – qui serait satisfaisante même sous la forme d’une égalité relative, partielle, incomplète (liste d’oxymores non exhaustive), il est difficile de se réjouir du tableau offert par le paysage des entreprises françaises.

Et si l’idée de départ était intéressante, force est de constater que ce nouvel index fait flop. Incomplet et paresseux dans ses ambitions, instrumentalisé par les entreprises à des fins de communication, il n’engendre pour l’instant que des discussions superficielles et des distributions de bons points non mérités – tout en évitant les profondeurs d’un débat qui mériterait pourtant plus de sérieux.

 

sd

Une entreprise dont le conseil d’administration est présidé par un homme, dont 2 vice-président.e.s sur 3 sont des hommes, tout comme les 3 administrateurs délégués auprès du président, obtient un score « maximal »

 

yy

Que ferions-nous sans cet acteur majeur, dont l’équipe de direction ne compte qu’une femme sur 8 membres ¯\_(ツ)_/¯

 

*

Ouvrons le débat, justement.

On justifie souvent les inégalités au travail par l’autocensure des femmes, qui « n’oseraient pas », « limiteraient leurs ambitions », « manqueraient de confiance en elles ». Assurément, l’autocensure (et le manque d’assurance) des femmes est une réalité, qui découle en partie de la façon dont elles sont éduquées. Mais elle ne saurait justifier à elle seule l’ensemble des inégalités au travail. Rejeter la responsabilité d’une domination structurelle sur les sujets dominés (en l’occurrence les femmes) est certes commode – rien de mieux pour clore la discussion – mais c’est aussi particulièrement malhonnête.

Il suffit de se pencher sur les études qui ont été menées sur le sujet des inégalités professionnelles pour s’en rendre compte : ce qui est à l’œuvre, ce n’est pas une timidité féminine « naturelle » ou un manque d’appétence des femmes pour les postes de pouvoir, mais bien un système de domination qui dépasse largement la sphère de la responsabilité individuelle.

Par exemple, plusieurs études ont montré que les femmes sont aussi ambitieuses que les hommes lorsqu’elles débutent leur carrière et ce, quel que soit le poste qu’elles occupent. Mais leur ambition décroît au fil des années à cause des obstacles auxquels elles doivent faire face au travail. Fatiguées de composer avec les aléas de la misogynie ordinaire, les femmes finissent (souvent) par se décourager. La professeure de psychologie sociale Michelle Ryan, qui a longuement travaillé sur le sujet, explique que la baisse graduelle d’ambition des femmes serait due « au manque de soutien, de mentors ou de modèles féminins auxquels s’identifier, mais aussi aux préjugés auxquels [les femmes] sont régulièrement confrontées ».  Fait intéressant : par comparaison, l’ambition des hommes… augmente avec le temps !

Dans la même veine, le cabinet de conseil Bain & Company a interrogé plus de 1000 femmes et hommes sur leurs ambitions futures, en leur posant les questions suivantes : « Aspirez-vous à obtenir un haut poste dans une grande entreprise ? » et « Avez-vous confiance dans le fait d’obtenir un jour un tel poste ? ». Les femmes ayant moins de 2 ans d’expérience professionnelle répondaient positivement, leurs ambitions dépassant même légèrement celles des hommes. Mais les femmes ayant plus de 2 ans d’expérience voyaient leurs aspirations et leur confiance chuter de respectivement 60 et 50%, ce déclin étant indépendant des changements personnels comme le mariage ou la maternité. Par comparaison, les hommes voyaient leurs ambitions baisser de 10% seulement.

De là à dire que seules 2 années d’expérience professionnelle suffisent pour saper l’ambition et la confiance des femmes en leurs capacités… il n’y a qu’un pas !

 

 « Oui mais quand même, les femmes ont tendance à manquer d’assurance », nous rétorquera-t-on. « Elles osent moins, demandent moins d’augmentations et de promotions que les hommes. Au travail, il faut savoir s’imposer ».

Eh bien, permettez-moi de vous suggérer d’aller jeter un œil à cette étude parue en 2018  dans la Harvard Business Review. 

On y apprend que, contrairement à une idée reçue tenace, les femmes demandent autant d’augmentations que les hommes… mais sont moins susceptibles de les obtenir que leurs homologues masculins.

Une autre étude confirme ces résultats, tout en montrant que les femmes tendent à être jugées (et récompensées) pour leurs résultats effectifs, tandis que les hommes le sont pour leur potentiel présumé.

De quoi mettre à mal ce cliché qu’on nous ressert souvent comme une mauvaise soupe, selon lequel les inégalités au travail trouveraient leur source principale dans les innombrables « manques » (de confiance, de volonté, d’assurance, d’ambition…) des femmes. 

 

*

La rhétorique égalitaire des entreprises – qui procède avant tout d’un certain opportunisme, comme une leçon apprise par cœur – ne doit pas nous faire oublier que de nombreuses inégalités perdurent en matière de qualification des emplois, de carrière, de rémunération, de temps et de conditions de travail.

En France, aucune femme n’est PDG d’une entreprise du CAC 40, et l’on continue à parler des « grands patrons », une précision langagière qui, pour paraître anodine, n’en demeure pas moins révélatrice. Seules Isabelle Kocher et Sophie Bellon, qui sont respectivement directrice générale d’Engie et présidente du conseil d’administration de Sodexo, dirigent de grandes entreprises. Fait notable, cette dernière est aussi la fille de Pierre Bellon, fondateur du groupe Sodexo. Sans remettre en cause ses compétences, ne peut-on pas s’interroger sur le fait que le népotisme soit souvent l’une des seules portes d’accès des femmes à des postes de pouvoir ?

À l’autre bout du spectre hiérarchique, les postes d’assistante et de secrétaire restent très majoritairement occupés par des femmes. Le schéma archaïque des petites mains féminines qui soutiennent et épaulent le travail réalisé par les hommes demeure, comme gravé dans la pierre. À quand une généralisation des hommes assistant des femmes de pouvoir ?

C’est ce que l’on appelle la ségrégation verticale. Ainsi, dans les plus hautes strates de ce mille-feuilles qu’est l’entreprise, les femmes sont comme l’oxygène au sommet : elles se raréfient.  Leur part dans les instances de direction des grandes entreprises est en effet très faible : au total, elles représentent 13,9 % des membres de ces instances et 11,9% des membres des comités exécutifs.

Historiquement, le pouvoir a toujours été considéré comme intrinsèquement masculin. De fait, l’incursion massive des femmes dans le monde professionnel, bien qu’elle soit aujourd’hui socialement acceptée, ne va pas sans rencontrer de résistances. Des résistances individuelles, bien sûr, mais aussi collectives et structurelles. Invisibles, elles sont plus difficiles à discerner – et donc à combattre.

Mais il n’est plus possible aujourd’hui de trouver normale la (relative) absence des femmes aux plus hauts postes et lieux de décisions ; plus possible de croire que leur mise à l’écart des instances dirigeantes n’est qu’un malheureux hasard, alors même qu’elles sont statistiquement plus diplômées que les hommes. Comment ne pas voir dans cette « éviction » de la moitié de la population mondiale un acte délibéré, qui s’inscrit dans l’héritage consenti d’un système global de domination des hommes sur les femmes ?

En 2019, nous ne pouvons plus trouver « normal » que des entreprises du CAC 40 ne comptent aucune femme au sein de leur comité exécutif (Airbus, Arcelor Mittal, Bouygues, Solvay, STMicroelectronics, Vinci et Vivendi pour ne pas les nommer). Qu’est-ce que cette situation nous dit du pouvoir, et de la façon dont nous le concevons ? Qu’est-ce qu’elle nous dit de nos représentations des femmes ?

Nous devons enfin comprendre que ce différentiel grossier n’est pas la conséquence inévitable d’un ordre « naturel », ni d’un déterminisme qui nous dépasse fâcheusement, mais bien une construction sociale et sexiste qu’il ne tient qu’à nous de renverser.

Non, la rareté des femmes aux postes de pouvoir n’a rien d’une fatalité, ni d’un malheureux concours de circonstances. Elle n’est que l’un des fruits du système patriarcal, qui a donné lieu à cet insidieux mécanisme qu’on appelle « plafond de verre » – soit les barrières invisibles qui excluent les femmes des niveaux hiérarchiques les plus élevés des organisations. Autrement dit, la responsabilité revient aux entreprises de mettre fin à cette phallocratie organisée.

*

Nous avons beaucoup parlé du plafond de verre, mais quelles sont les autres inégalités subies par les femmes sur le marché du travail ?    

Tout d’abord, elles occupent plus souvent que les hommes des emplois en CDD (12,9 % contre 8,8 %) et à temps partiel (30 % contre 8,3 % pour les hommes). Elles constituent aussi 80% des travailleurs pauvres.

En France, elles touchent en moyenne un salaire inférieur de 19 % à celui des hommes (en équivalent temps plein). Un écart qui s’élève à 9% à poste et compétences égales, chiffre considéré comme l’application directe de la discrimination.

On impute souvent les inégalités de salaire aux temps partiels subis, à la division sexuée du travail et à la maternité. Certes, ces éléments ont une influence évidente. Mais ce que l’on dit moins, c’est que le fossé des salaires se créé dès le début de la vie active.

Selon l’INSEE, pendant leurs six premières années de vie active, les hommes ont des salaires médians supérieurs de 10 % à ceux des femmes : 1 380 euros par mois, toutes primes comprises, pour les hommes contre 1 260 euros pour les femmes (chiffres de 2008).

Les écarts de salaire entre hommes et femmes débutants sont les plus élevés aux deux extrémités des niveaux de diplôme (sans diplôme et diplômés du supérieur). En moyenne entre 2003 et 2008, les hommes non diplômés gagnaient en début de vie active 23 % de plus que les femmes de même niveau.

À l’issue des masters et des thèses, enfin, les hommes touchent des salaires supérieurs de 16 % à ceux des femmes. Le temps partiel, peu fréquent chez les jeunes diplômé.e.s, ne peut pas expliquer à lui seul cet écart.

Et les femmes n’ont pas seulement des salaires inférieurs à ceux des hommes : elles sont aussi plus susceptibles d’effectuer dans le cadre de leur travail des tâches « subalternes » ou du moins sans rapport avec leurs compétences professionnelles, comme prendre des notes pendant une réunion, ranger la salle après un pot de départ, poster le courrier ou préparer le café. Il y a comme une transposition de la (supposée) domesticité féminine dans le cadre du travail, comme si l’essence même des femmes les condamnait à la réalisation de tâches accessoires, et ce même lorsqu’elles n’ont pas été embauchées pour ça.

Petite anecdote désespérante :

En poste dans un grand groupe français (pourtant très à cheval sur l’égalité homme-femme, comme quoi), je devais recruter un.e assistant.e juridique. Alors que je proposais le CV d’un candidat à la DRH, celle-ci m’a arrêtée en me disant d’un air gêné : « ah non, on ne peut pas prendre un garçon pour ce poste, il y a des missions d’assistanat, il va s’ennuyer ».  Après une pause de quelques secondes, elle a repris : « quoique, un garçon, ça changerait pour une fois ! », avant d’écarter à nouveau le CV du candidat.

consterné

Et c’est bien sûr une femme – dotée d’un diplôme d’avocate, comme le candidat écarté ! – qui fut embauchée.

Ce micro-évènement est symptomatique de notre culture sexiste, qui ne cesse de cantonner les femmes – même brillantes, même surdiplômées – à des postes subalternes, où elles « aident », « assistent », « secondent », « soulagent ». Elle a un vagin ? Elle fera le café. Sera payée 20% de moins que son homologue masculin. Puis, le moment venu, se heurtera le crâne avec fracas contre le plafond de verre, qui joue les videurs invisibles de cet insupportable boy’s club à la sauce corporate. Un homme, à l’inverse, possède aux yeux de la société un potentiel de leader supposément naturel qui l’exclut de l’assistanat et des tâches élémentaires. Il n’a rien à prouver, quand bien même il serait d’une nullité crasse : son genre le légitime de facto. Cette présomption de légitimité du masculin explique sans doute en partie les carrières plus rapides et plus « ascendantes » des hommes.

Mais la naturalisation des compétences que nous opérons – et reproduisons – avec automatisme ne doit pas nous enfermer dans un fatalisme primaire : elle reste un construit social, tenace certes, mais auquel il est possible de mettre fin.

*

Recours au temps partiel, autocensure, maternité (voire même soupçon de maternité)… On aura beau tenter de justifier les inégalités au travail par une pluralité d’éléments exogènes, il reste que nos propres stéréotypes produisent une part importante des discriminations genrées. Faisons notre examen de conscience, même si c’est inconfortable : toutes et tous autant que nous sommes, nous avons une responsabilité dans la reproduction des inégalités au travail.

Certes, nous vivons au cœur d’un système de domination qui nous dépasse en tant qu’individu. Mais si les obstacles rencontrés par les femmes sur le marché du travail sont structurels, cela ne nous dispense pas d’une réflexion sur nos comportements individuels.

En attendant, ne soyons pas dupes face au feminism washing (1) opéré par les entreprises : si certaines, plus vertueuses que d’autres, ont effectivement à cœur de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, d’autres n’y voient qu’une occasion facile de redorer leur image.

Méfions-nous des belles annonces : entre ce qui est affiché et la réalité en interne, le fossé est parfois immense.

 

(1) Récupération du féminisme par opportunisme et/ou à des fins mercantiles, sans qu’il n’y ait de conviction réelle sur le sujet.

 

 Un podcast à écouter pour aller plus loin 

Image

Le péril du genre

people-2562308_960_720

Ou comment les stéréotypes nous font du mal.

 

24 heures de la vie d’une femme

7h30 – Le réveil sonne. Vous vous traînez jusqu’à la cuisine et allumez la radio. Vous prenez votre petit déjeuner au son d’une blague sexiste, suivie de l’énième interview d’un individu de sexe masculin.

8h30 – Il est temps de partir au boulot. Si vous prenez la voiture pour vous rendre au travail, vous écoutez une seconde blague sexiste à la radio. Vous tentez un sourire vaincu, et remarquez une tache de confiture sur vos dents. Si vous prenez le métro, vos yeux tombent sur une publicité géante pour des compléments alimentaires visant à obtenir le parfait « beach body ». Vous fixez cette paire de fesses en gros plan, dubitative.

9h – Vous arrivez au travail. L’un de vos collègues vous salue d’un « cette robe te met drôlement en valeur, aujourd’hui ».

10h30 – Vous arrivez avec 5 minutes de retard à votre première réunion. Votre collègue (toujours le même) vous gratifie d’un : « bah alors, tu t’es perdue ? » Un autre renchérit avec « en même temps, les femmes sont pas réputées pour avoir le sens de l’orientation ! » Rires gras.

12h – Allez, il est l’heure de se détendre ! Espérant rire un peu, vous accompagnez votre sandwich jambon-beurre d’une vidéo Youtube riche en clichés sexistes. Raté.

14h – Vous passez devant une salle de réunion entrouverte. Les membres du comité de direction de votre entreprise, presque tous de sexe masculin (serait-ce une coïncidence ?) en sortent d’un pas raide.

16h – Vous n’avez plus de thé, vous vous rendez donc au supermarché du coin pour en racheter. Dans les rayons, vous hésitez entre la tisane spéciale « femme » aux délicats pétales de rose et le thé noir de GROS BONHOMME aux arômes boisés. Si vous achetez du thé pour homme, vous demandez-vous, est-ce que quelque chose de grave va se produire ?

18h – Vous sortez du travail. Direction : les magasins. Il est temps de faire un peu de shopping ! Dans le rayon femmes, vous tombez successivement sur un sweat-shirt « Princesse », un pull « Attachiante », un tee-shirt « Boudeuse » et une trousse de toilette « C’est moi la plus belle ». Vous cherchez à tout hasard le modèle « C’est moi la plus intelligente ». Visiblement, il n’existe pas.

18h30 – Vous vous dirigez à présent vers le magasin de jouets pour acheter un cadeau à votre nièce. Le vendeur, très affable, vous dirige vers le rayon filles (c’est aimable à lui, vous auriez pu vous tromper). Vous êtes accueillie par une explosion de rose et de paillettes : dans les rayons, c’est une profusion de poupées, d’aspirateurs et de tables de repassage en plastique. Pas convaincue, vous finissez par acheter un jeu de construction au rayon garçon en ayant l’impression de commettre un acte de rébellion un peu fou.

19h30 – Une fois rentrée chez vous, vous allumez la télé et branchez votre cerveau sur « Touche pas à mon poste », une émission aussi divertissante que riche en culture du viol, en sexisme et en slut-shaming. Un peu dépitée, vous zappez sur une chaîne d’info, où cinq hommes autour d’une table donnent leur avis (dont tout le monde se fout) sur l’actualité. Où sont les femmes, avec leurs gestes plein de charme ? Pas ici, en tout cas.

20h – A la télé, une publicité pour une marque de couches montre une femme radieuse, en train de bercer un marmot potelé. « Élue meilleure marque de couches par les mamans », clame fièrement la voix off. Et les papas ? Visiblement, ils avaient autre chose à foutre. Tiens d’ailleurs, la pub suivante montre un homme en train de conduire une voiture d’une main habile, lunettes de soleil fumées sur le nez. Conduire des bagnoles ou changer les couches : de toute évidence, il faut choisir !

21h – Vous trainez machinalement sur Facebook, l’œil torve. Vous tombez sur la page « Madame Connasse » (suivie par plus de 2,5 millions de personnes), qui vend de charmants tee-shirts « Pupute » entre deux publications de memes sur les chieuses et les femmes qui ne savent jamais ce qu’elles veulent, hihihi. Consternée, vous décidez d’aller plutôt sur Instagram, où vous espérez trouver de belles images et des phrases « inspirantes ». Bien mal vous en a pris : ce n’est là qu’une profusion de corps à l’esthétique irréelle et de mères qui publient les photos des petits déjeuners parfaits de leurs mômes tout aussi parfaits. La maman ou la putain : pour les femmes, en 2019, le choix est encore visiblement restreint.

22h – Allez, stop aux écrans, un peu de lecture ne fera pas de mal ! Vous ouvrez le magazine ELLE « Spécial rajeunir », illustré par des mannequins de 22 ans et demi. Vous le refermez cinq minutes plus tard avec la conviction que vous êtes vieille, moche et que vous ne faites pas assez d’efforts pour gommer votre cellulite.

22h30 – Peut-être vaudrait-il mieux lire un bon bouquin ? D’expérience, vous savez pourtant que la littérature – surtout quand elle est le fait d’hommes – n’est pas forcément plus riche en représentations féminines.

23h – Épuisée, vous décidez d’aller vous coucher. Vous éteignez les lumières et vous glissez dans votre lit. Demain sera un autre jour…

Ou pas.

 

La fabrique du genre

C’est un fait : la représentation des femmes dans les médias, la publicité, la culture et les réseaux sociaux est un frein pour l’égalité.

Il suffit d’ouvrir les yeux pour constater que les mêmes clichés sont toujours à l’œuvre : les femmes y sont continuellement représentées comme superficielles, jalouses, compliquées, vénales, stupides, tournées vers la sphère domestique, en proie à leurs émotions et obsédées par leur apparence. Que ce soit à la télé, à la radio ou sur Youtube, les pseudo différences entre les hommes et les femmes sont perpétuellement exploitées, soulignées et exacerbées sous couvert d’humour. Il y a là un véritable sexisme itératif, d’autant plus difficile à dénoncer qu’il n’a l’air de rien. 

Dans un rapport publié en janvier dernier, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a épinglé le « sexisme ordinaire » des matinales radio et de nombreuses vidéos sur Youtube. Sur l’ensemble des radios écoutées, 71 % des chroniques contenaient des références sexistes. « [Elles] participent à une idéologie qui représente les femmes comme étant inférieures aux hommes », a souligné la présidente du Haut conseil à l’Égalité, Danielle Bousquet.

À cela s’ajoute un autre problème : les femmes sont sous-représentées dans les médias. À la télévision, leurs prises de parole représentent moins d’un tiers du temps de parole total (32,7 %), un taux qui tombe à 32,1% pour la radio. Elles ne représentent que 27% des « invité.e.s politique » à la télé et à la radio, et 35% des expert.e.s invité.e.s dans les médias. Elles sont aussi peu nombreuses à figurer en couverture (et dans les pages) des magazines consacrés à l’économie et à l’entrepreneuriat.

Peut-on atteindre l’égalité dans une société qui se plaît à creuser artificiellement (pour faire rire, mais aussi pour faire vendre) les différences entre les sexes ? Sommes-nous condamné.es à vivre dans une société qui fabrique des femmes et des hommes, sans leur laisser la possibilité de se déterminer librement ?

Et surtout : les femmes sont-elles libres de leur destin, libres de leurs choix et de leurs ambitions dans un monde qui les réduit à une poignée de rôles prédéterminés ?

 

 

La menace du stéréotype

Il nous faut déjà nous demander dans quelle mesure les stéréotypes de genre affectent nos comportements, nos capacités, nos décisions… nos vies.

La notion de « menace du stéréotype » nous donne un premier exemple. Les psychologues américains Claude Steele et Joshua Aronson s’y sont intéressé pour la première fois en 1995, en voulant analyser les causes de l’échec scolaire de certaines catégories ethniques telles que les afro-américains.

La menace du stéréotype représente l’effet psychologique qu’un stéréotype a sur une personne visée par celui-ci. Par exemple, une femme qui prend le volant pourra être (consciemment ou non) affectée par le stéréotype selon lequel les femmes conduisent mal. Elle pourra éprouver la sensation d’être jugée à travers un stéréotype négatif visant son groupe social ou craindre de faire quelque chose qui pourrait confirmer ce stéréotype… ce qui aura pour effet, ironiquement, de provoquer une diminution de ses performances. Le stéréotype créé en effet une pression psychologique qui va avoir notamment pour conséquences une diminution de la confiance en ses capacités – et donc, de la performance.

Même des femmes convaincues de l’absurdité du stéréotype peuvent être amenées à penser qu’elles seront jugées par ce biais… et voir, en conséquence, leurs résultats et performances baisser.

xkcd-385-how-it-works-stereotype-600x282
Stéréotypes en action

Les stéréotypes sexués (ensemble de caractéristiques arbitraires que l’on attribue à un groupe de personnes en fonction de leur sexe) ont donc un impact, en ce qu’ils inhibent les capacités, les inclinations et les ambitions (tant personnelles que professionnelles) des individus, les figent dans des identités immuables et les poussent à suivre des chemins tout tracés qui ne leur conviennent pas forcément.

Par ailleurs, stéréotypes et représentations genrées peuvent agir comme des prophéties auto-réalisatrices. C’est-à-dire, selon le sociologue Robert King Merton qui fut le premier à conceptualiser cette notion, des définitions d’abord erronées d’une situation qui vont finir par devenir vraies en suscitant ou en renforçant un certain comportement. Cette notion confirme l’influence qu’ont les croyances stéréotypées sur les individus, lesquels vont en conséquence adopter de nouveaux comportements ou renforcer des attitudes existantes pour se mettre en conformité avec cette croyance.

Un exemple : à force d’entendre que les femmes ne sont pas douées pour le bricolage, ces dernières vont intégrer ce stéréotype et finir par se persuader qu’elles sont incapables de changer une roue, utiliser une perceuse ou même installer un appareil électrique seules. Leurs potentielles compétences en la matière seront inhibées, un peu à la manière d’un bulbe qui, faute d’eau pour se nourrir, meurt avant même d’avoir éclos. Pourtant, les femmes ne sont pas moins prédisposées génétiquement au bricolage que les hommes ! Elles ont simplement été conditionnées depuis leur plus jeune âge à se désintéresser de ces tâches, les déléguant automatiquement aux hommes de leur entourage et échouant de fait à développer leurs compétences en la matière.

*

De manière globale, le partage des tâches s’acquiert très tôt ; il devient vite un automatisme, un impensé du quotidien. « C’est comme ça et pas autrement ». Si elle perdure, c’est parce que la division du travail domestique apparaît encore souvent comme un ordre « naturel ». Combien de femmes elles-mêmes sont persuadées d’avoir une sorte de compétence innée pour les tâches domestiques ? Or, si cette division sexuée est bel et bien inscrite dans notre héritage culturel, elle n’a rien de naturel ni d’évident. Elle est en réalité un construit social – aussi profondément incrusté qu’une tache de sang – qui se transmet de génération en génération, mais qu’il ne tient qu’à nous de renverser.

Même aujourd’hui où nous sommes beaucoup plus sensibilisé.e.s à ces questions, nous continuons à accoler au genre des caractéristiques vieilles de plusieurs siècles, et à déduire l’existence (ou la non-existence) des capacités et compétences d’un individu sur la simple base de son sexe. Ces raccourcis produisent des effets souvent dommageables sur les individus.

Ainsi, les petites filles sont très tôt dispensées de faire usage de leur force physique (« laisse, papa va porter les cartons »), et écartées des activités extérieures ou requérant l’utilisation d’outils/d’une certaine technique (bricolage, jardinage, électronique…). Les petits garçons, quant à eux, sont écartés des tâches à accomplir à l’intérieur du foyer pour apprendre à s’occuper de la voiture ou du jardin avec papa. Conséquence pour les filles : l’inhibition de leurs compétences techniques et de leur autonomie à l’extérieur du foyer. Pour les garçons, ce sera l’inhibition de leurs compétences « domestiques » et de leur autonomie à l’intérieur du foyer.  L’éducation genrée conditionne donc les destins des enfants en les incitant à développer une seule partie de leurs compétences, mais aussi à ne considérer qu’une seule dimension de l’horizon des possibles.

On sait qu’avant même la naissance de leur futur enfant, les parents réagissent différemment en fonction de son sexe et lui assignent des caractéristiques différentes selon que le fœtus ait un sexe masculin ou féminin. Le conditionnement commence donc in utero ; il se poursuit avec la socialisation genrée et l’influence de l’école, de la culture, des médias, des pairs. Sur ce sujet, des études ont d’ailleurs montré que, dès la crèche, les enfants jouent avec les jouets « conformes » à leur genre dès qu’ils se sentent observés.

Une étude de Rubin, Provenzano, et Luria de 1974 a également montré que les parents ont des attentes différentes en fonction du sexe de l’enfant, et ce dès 24 heures après la naissance. À un groupe de pères et de mères auxquels on demandait leurs impressions sur leur bébé, le lendemain de sa naissance, les réponses étaient presque toujours stéréotypées. Ainsi, les parents décrivaient les garçons comme « grands et solides », tandis que les filles étaient « belles, mignonnes, gentilles ».

Dans la même veine, des études ont montré que les bébés de sexe masculin sont portés plus « vigoureusement » que les bébés de sexe féminin. Les adultes qui les entourent auront par ailleurs  tendance à leur prêter des qualités dites « viriles », comme la force et la détermination.

L’apprentissage du genre, qui peut être comparé à la répétition d’une pièce de théâtre, commence donc… avant la naissance.  On comprend que le conditionnement en soit d’autant plus puissant.

 

*

J’ai eu de la « chance » : j’ai été éduquée exactement comme mon frère, c’est-à-dire à ne strictement rien foutre à la maison. Ma mère s’occupait de tout.

Quand je suis partie de la maison, à 18 ans, je ne savais pas me faire cuire des pâtes. J’étais exactement comme ces hommes qu’on assiste toute leur vie durant, à qui on donne la becquée tout en lavant, pliant et repassant leur linge. Mes compétences en matière de cuisine et de nettoyage avaient été inhibées par mon éducation, par le fait d’avoir été continuellement assistée par ma mère qui me préparait mes repas et coupait ma viande, lavait mes vêtements, mes draps, ma chambre, et la maison dans laquelle je vivais.

J’ai fini par apprendre à me débrouiller seule, en prenant mon autonomie. Rien de tout cela n’était inscrit dans mes gènes – ce serait si commode… ! La réalité, c’est que quand plus personne n’est là pour laver vos culottes ni préparer votre dîner, on apprend assez miraculeusement à se sortir les doigts du cul – si je puis dire.

Mais en tant que fille, j’ai aussi été victime du syndrome du « laisse, papa va s’en occuper » dès que j’essayais de faire marcher un appareil électrique ou de résoudre un problème « technique ». Je ne bronchais pas, laissant effectivement papa s’en occuper. Résultat : mes compétences en bricolage se réduisent aujourd’hui à changer des ampoules, brancher des appareils électriques, planter des clous et monter des jouets Kinder – ce qui a indubitablement ses limites.

*

Le fait d’être une femme ou un homme détermine un certain nombre de paramètres – notamment biologiques. Néanmoins, la nature n’a qu’un rôle accessoire à jouer dans la détermination de nos identités de genre : c’est bien la culture et le poids de son lourd héritage qui, aujourd’hui, fabrique des femmes et des hommes en masse. Par culture, il faut entendre la société dans laquelle nous vivons, avec son lot de représentations (1), de symboles, de stéréotypes (2), de préjugés (3), de croyances, d’idées reçues et de biais de genre.

Et si naître femme n’a aujourd’hui plus rien d’une tragédie, le sexe est encore un déterminant dans la définition de l’avenir de chacun.e. Même si nous n’en avons pas toujours conscience, il conditionne les choix, les rêves, les prises de décision, les peurs, les ambitions… et donc la vie des individus tout entière. Exemples en plusieurs points :

  • L’orientation scolaire : les filles restent massivement orientées vers les filières du care (santé, social, aide à la personne) et les professions administratives (dont l’assistanat). À l’université, elles composent 74 % des étudiant.e.s en langues, 70 % en lettres et 68 % en sciences humaines et sociales, contre 38,7 % des effectifs des formations scientifiques de l’université, hors DUT. Par ailleurs, selon les données 2015-2016 du Ministère de l’Éducation Nationale, 60% des étudiant.e.s dans les filières scientifiques et techniques sont de sexe masculin. Si les inégalités de salaire sont multifactorielles, elles commencent donc dès le collège ou le lycée, au moment où il faut choisir son orientation.
  • La division sexuelle du travail : conséquence de l’orientation scolaire genrée, 97 % des aides à domicile et des secrétaires, 90 % des aides-soignants, 73 % des employés administratifs de la fonction publique et 66 % des enseignants sont des femmes. Des métiers peu valorisés socialement… mais aussi et surtout peu rémunérés. Cette présence massive des femmes dans des filières peu valorisées et peu stratégiques pour les entreprises aboutit à ce phénomène que l’on nomme paroi de verre, soit le cloisonnement des carrières professionnelles qui freine l’accès des femmes aux plus hauts postes, souvent préemptés par les filières dites « opérationnelles ».
  • La parentalité : préparées dès leur plus jeune âge à une « carrière » maternelle (poupées, baby-sitting, responsabilités vis-à-vis des frères et sœurs…), les femmes se retrouvent souvent cantonnées par leur entourage familial à la sphère domestique. Plus tard, si elles ont des enfants, elles deviendront « naturellement » le parent principal – celui dont on attend qu’il s’occupe des enfants, mais aussi sacrifie sa carrière si besoin est. Par ailleurs, nombreuses sont les jeunes filles qui anticipent le déroulé de leur carrière en fonction de leurs (futures) obligations familiales, ou qui limitent leurs rêves parce qu’elles craignent de ne pouvoir concilier leur vie privée avec leur vie professionnelle.
  • Les ambitions : les attentes de la société et les modèles auxquels les enfants ont accès conditionnent encore largement leurs ambitions. Ainsi, plus les jeunes filles auront à voir des modèles de femmes libres, fortes et indépendantes, qui sortent du moule restreint de la féminité « traditionnelle », plus elles seront libres de choisir leur avenir. Quant aux petits garçons, ils doivent pouvoir bénéficier de cette même liberté et s’envisager autant en pilote de ligne qu’en danseur étoile ou en puériculteur.

 

L’effet délétère des stéréotypes sexués

Un chercheur belge a récemment publié une étude montrant que les images de corps féminins sexualisés ont un effet direct sur notre manière de nous représenter les femmes.

Les recherches de Philippe Bernard menées à l’Université Libre de Bruxelles en collaboration avec des neurophysiologistes ont nettement mis en évidence « l’objectification des corps sexualisés via des mesures cognitives et neurophysiologiques ». C’est-à-dire que les images de corps féminins sexualisés dont nous sommes abreuvé.e.s promeuvent une vision « morcelée » des femmes, qui ne sont plus des individus à part entière mais des objets laissés à la libre disposition des autres. « Cette perception « fragmentée » est habituellement observée lorsque les individus perçoivent des objets », explique Philippe Bernard.

À un autre niveau, l’exposition aux images sexualisées favorise le sexisme: « Par exemple, l’une de nos études réalisées à l’ULB indique que l’exposition à des clips dans lesquels des chanteuses sont représentées de façon sexualisée modifie les attitudes à l’égard du harcèlement sexuel. Les participants de notre étude qui furent exposés à ces vidéoclips avaient plus tendance à blâmer une femme victime de harcèlement sexuel que les participants ayant visionné des clips représentant ces mêmes chanteuses de façon non-sexualisée ».

Des représentations stéréotypées à la culture du viol, il n’y a donc qu’un pas.

 

Mais point besoin d’études poussées pour se rendre compte que les femmes sont continuellement représentées de manière stéréotypée dans les médias : passe-plats en robe longue à la télé, vipères vénales et hypersexuelles dans les clips vidéo, chieuses frivoles et stupides dans les sketchs et les programmes télé, mères et femmes au foyer dans les séries et les publicités…

Comment se défaire d’un conditionnement qui commence dès les premiers jours de la vie ? Il suffit de poser le pied dans un magasin de jouets pour se rendre compte de la segmentation que nous entretenons entre les sexes, et ce dès le plus jeune âge. Aux petites filles les paillettes, les poupées, les dînettes et autres aspirateurs en plastique qui les cantonnent aux sphères esthétiques et domestiques, aux petits garçons les jeux d’aventure et de réflexion qui les préparent à une vie tournée vers l’extérieur.

 

700469-la-grande-recree-a-saint-quentin-en-yvelines
Le genre dans les magasins de jouet

Mais le plus incroyable, c’est que cette division continue à l’âge adulte. Même des objets aussi « neutres » que le gel douche, le thé, les rasoirs ou le dentifrice ont une version féminine (rose, poudrée, délicate) et masculine (noire, ténébreuse, avec des morceaux de GROSSE VIRILITÉ dedans). C’est ce que l’on appelle le marketing genré – une bien belle invention qui profite au système capitaliste, tout en assurant le maintien des normes sexuées et sexistes.  

31723 SIGNAL Dentifrice WNMen 75ml SuperPure
Du dentifrice pour mâle

 

La division que l’on entretient entre les genres est donc réelle : elle permet d’assurer, entre autres, la pérennité des stéréotypes sexués. Il est vrai que le recours à ces derniers permet d’appréhender le monde avec plus de facilité : les recherches en neurosciences montrent en effet que le cerveau humain est conditionné pour adhérer aux stéréotypes, en ce qu’il lui permet d’opérer des raccourcis utiles pour appréhender une réalité souvent complexe et nuancée.

On pourrait se dire que tout ça n’a pas grande importance, qu’après tout il suffit d’en rire.  Pourtant, les représentations genrées ont un impact direct sur la société, en ce qu’elles pénètrent et conditionnent notre cerveau collectif, et nous incitent à voir le monde sans nuance, de façon binaire et stéréotypée. Comme nous l’avons vu plus haut, elles limitent aussi l’horizon des possibles en sous-entendant qu’il existe des activités, des ambitions et des compétences propres à chaque sexe – et pas question de sortir de son compartiment réservé, sous peine de sanctions sociales (exclusion du groupe, moqueries, humiliations, etc).

Elles réduisent les personnes à des caractéristiques stéréotypées, tout en les condamnant à des trajectoires déjà préparées. Une recette parfaite pour ne pas s’épanouir dans la vie, en somme.  

*

La représentation des femmes dans la culture et les médias joue également un rôle sur la façon dont celles-ci sont considérées dans la société. À force de représenter les femmes comme des êtres sournois, perfides, compliqués (c’est le cas dans bon nombre de productions culturelles, notamment les plus anciennes), nous finissons par intégrer ces stéréotypes. Comme le souligne l’autrice Valérie Rey-Robert dans son ouvrage « Une culture du viol à la française », ces représentations nourrissent notamment la culture du viol, en légitimant la figure de la femme vengeresse, hystérique, inconstante et animée de bas instincts, qui n’hésite pas à mentir pour parvenir à ses fins. Elles légitiment aussi l’idée selon laquelle les femmes seraient « compliquées », ne sauraient pas vraiment ce qu’elles veulent, ont tendance à exagérer, pensent oui tout en disant non – et donc, méritent en quelque sorte les violences sexuelles dont elles sont victimes.

 

*

Alors, que faire ? Comment contrer cette « malédiction » du genre ? Surtout, comment se sortir de nos conditionnements primaires ? Comment reconquérir la liberté de devenir autre chose qu’une « femme » ou un « homme » : une personne à part entière ?

La réponse la plus évidente est : l’éducation. On pense à celle des enfants, bien sûr, mais il n’est jamais trop tard pour s’éduquer, s’informer, se libérer de ses conditionnements.

Lire, apprendre, écouter. S’autoriser la liberté d’aller là où les autres ne nous attendent pas. Mais ne pas culpabiliser non plus de se sentir bien dans les « cases » auxquelles notre genre nous assigne.

Oser questionner nos préférences, nos décisions, nos choix – qui n’en sont pas toujours. Effacer nos idées reçues. Se rappeler que nous sommes des êtres humains avant d’être des femmes et des hommes. Que la société n’a pas à décider pour nous. Oser se libérer des contraintes du genre : pour soi, mais aussi pour les autres.

 

(1) Les représentations sont des images « toutes faites », qui réduisent autrui à une ou plusieurs caractéristique(s) stigmatisante(s).
(2) Les stéréotypes sont des caractéristiques et/ou des idées toutes faites que l’on associe par « réflexe » à des groupes de personnes. Notre cerveau en raffole, car ils nous permettent de simplifier la compréhension de notre environnement.
(3) Les préjugés sont des attitudes, des appréciations, des prédispositions à agir envers une personne ou un groupe de personnes sur la base d’un stéréotype.