Image

Le mythe des fausses accusations de viol

Le fantasme

C’est un bruit de fond bien connu, comme le bourdonnement d’un moustique agaçant. Comme un disque qu’on enclenche sitôt que la conversation dérive sur les violences sexuelles faites aux femmes. Presque un réflexe pavlovien.

Parlez de viol à la machine à café (non pas que je vous encourage à le faire), et vous verrez que dans 99% des cas, votre interlocuteur.trice vous répondra, comme par automatisme : « fausse accusation ». Attention, sale temps pour les hommes, grand complot féministe, danger à chaque coin de rue, hystérie collective, etc, etc. C’est un peu comme appuyer sur un interrupteur : dans la grande majorité des cas, on sait que la lumière va s’allumer.

Dans notre société, le viol est l’un des seuls crimes, si ce n’est LE seul crime pour lequel le poids de la culpabilité retombe presque systématiquement sur la victime. Qu’on la soupçonne de mentir, d’exagérer ou de vouloir briser la vie de son agresseur, elle subit la réprobation sociale pour avoir dénoncé… des faits incriminés par la justice.

Cela n’a pourtant pas plus de sens que d’ostraciser, stigmatiser, culpabiliser les victimes de tentatives d’homicide. Ou de vols aggravés.

De quoi, alors, cette inversion de la culpabilité est-elle le nom ? De notre système patriarcal, tout simplement. D’autant que le viol n’est pas n’importe quel crime. Loin d’être une réponse à une pulsion sexuelle impérieuse, il est un outil de contrôle et de domination des femmes.

Instiller l’idée que les fausses accusations de viol seraient répandues participe donc d’une stratégie pour maintenir en place le système patriarcal, en perpétuant l’idée que les femmes qui portent plainte pour viol ne le font pas pour des raisons évidentes de justice sociale, mais par vengeance et haine du sexe masculin. Les féministes ne chercheraient donc pas seulement l’égalité entre les sexes, mais aussi – et surtout – le chaos dans les rapports entre les hommes et les femmes.

C’est aussi une manière habile de faire taire les victimes, celles qui ont le courage de dénoncer la domination masculine. Celles qui parlent. Agiter le spectre des fausses accusations, aussi fallacieux soit-il, est un moyen de contrôler la parole des femmes. Mais aussi, peut-être, dans certains cas, un mécanisme psychologique pour tenir à distance une réalité qu’on ne veut pas voir. Nous sommes tant abreuvé.e.s de mythes sur le viol (qui serait le fait d’un déséquilibré caché dans un parking glauque et non d’un Monsieur Tout le monde bien inséré dans la société) que nous refusons de voir, de croire à une réalité qui est beaucoup plus crue et beaucoup moins fantasmatique. Dans ce cas, il est beaucoup plus simple de disqualifier la victime (« elle ment ») que de prendre acte de la réalité qu’elle met à nu. Une réalité qui est la suivante : les violeurs sont, la plupart du temps, des hommes tout à fait « normaux » et bien intégrés socialement. Ce sont nos voisins, nos collègues, nos amis, nos frères, nos maris. Des hommes a priori bien sous tous rapports. Le viol n’a pas besoin d’être accompagné d’un couteau tranchant, d’une musique de film d’horreur et d’une nuit de pleine lune pour être qualifié. Il peut parfaitement avoir lieu dans votre lit, un samedi matin par ailleurs agréable, avec votre conjoint. De fait, 85% des viols sont commis par une personne connue de la victime (enquête INED 2016).

Selon les derniers chiffres, plus d’une femme sur dix a été victime d’un ou plusieurs viols au cours de sa vie. 

Cela fait beaucoup de femmes. Et, fatalement, beaucoup de violeurs.
Statistiquement, nous connaissons forcément des femmes qui ont subi un viol. Nous connaissons donc aussi des violeurs – même s’ils ne correspondent pas du tout à l’idée que nous nous en faisons.

 

Les chiffres

Les fausses accusations de viol existent. Comme les fraudes à l’assurance, les fraudes à l’indemnisation pour les victimes d’attentats, les fausses déclarations de vol, les fausses accusations de maltraitance, etc.

Néanmoins, le fait de partir du principe qu’une victime ment forcément lorsqu’elle dénonce un viol n’est basé sur aucune logique – si ce n’est la logique patriarcale. L’idée communément admise selon laquelle il existerait des vagues de fausses accusations ne repose sur rien. C’est un fantasme qui se nourrit et s’engraisse tout seul comme un foie malade, à mille lieux d’une réalité beaucoup plus brute. Mais rentrons donc dans le vif du sujet.

Il existe peu d’études sur les fausses accusations de viol. Les statistiques existantes sont imprécises, souvent calculées sur de petits échantillons. En France, à ma connaissance, aucune étude n’a été menée sur le sujet. Pour trouver quelques chiffres, il faut surtout regarder du côté des Etats-Unis.

Commençons par une étude du National Sexual Violence Resource Center de 2012, qui estime que les fausses accusations de viol représentent 2 à 10% des accusations.

Cette étude précise que les chiffres des fausses accusations de viol tendent à être « gonflés », du en partie à des définitions peu claires et des protocoles lacunaires. Par exemple, un juge d’instruction peut très bien qualifier de « fausse » une plainte pour viol parce qu’il ne dispose pas de preuves suffisantes pour engager des poursuites, ou parce que les déclarations de la victime présentent des incohérences. Or, une plainte ayant résulté en un non-lieu ne signifie pas pour autant qu’elle est infondée, ni inventée de toutes pièces.

Dans son livre « Sans consentement », l’auteur Jon Krakauer rapporte les résultats d’une enquête qu’il a menée dans la ville universitaire de Missoula, située dans le Montana. 350 plaintes pour viols et/ou agressions sexuelles y ont été enregistrées entre 2010 et 2012. Un chiffre important. Or, sur ces centaines de plaintes, quelques-unes seulement feront l’objet d’une enquête, les autres étant opportunément classées sans suite – même en l’existence de preuves tangibles. En cause : la volonté pour les autorités judiciaires de préserver la tranquillité de cette petite ville, et surtout de protéger les agresseurs – principalement des étudiants, membres de la prestigieuse équipe de football américain « les Grizzly » et promis à une brillante carrière sportive. Edifiant ? Oui, mais surtout très parlant. Ce livre démontre avec brio qu’un « non-lieu » n’est pas nécessairement synonyme de « ces faits n’ont jamais été commis ». Ce peut être aussi le résultat d’une carence des autorités judiciaires, qui pour des raisons politiques préfèrent protéger les agresseurs.

Le FBI, quant à lui, estime à environ 8% le nombre « d’accusations infondées ». A noter tout de même que cette étude date de 1996.

Deux autres études basées sur des analyses quantitatives et qualitatives – toujours aux Etats-Unis – font respectivement état d’un taux de 5,9% de fausses accusations (Lisak et al., 2010) et de 2,1% (Heenan & Murray 2006).

Voilà pour les chiffres venus des Etats-Unis. En calculant le ratio entre le nombre d’hommes vivant sur le territoire américain et le pourcentage de fausses accusations de viol (en utilisant les estimations les plus élevées), on aboutit donc à un tonitruant pourcentage de 0,005% d’hommes américains faussement accusés chaque année. Un véritable complot, en effet.

Allons maintenant voir du côté du Royaume-Uni, où le Crown Prosecution Service a estimé qu’il existe un cas de poursuites judiciaires pour fausse accusation de viol pour 161 cas de poursuites judiciaires pour viol. Soit une estimation de 0,62% de fausses accusations.

Une étude menée en 2005 par le Home Office estime quant à elle que les fausses accusations de violences sexuelles seraient de 4%.

Du côté de l’Australie, une étude menée entre 2000 et 2003 par les services de police de Victoria a estimé que sur 850 plaintes pour viol enregistrées, 2,1% avaient été classées comme « fausses ».

Enfin, terminons par une étude de plus grande envergure qui estime entre 2% et 6% les fausses accusations de viol dans toute l’Europe.

 

TheEnlivenProject
Une infographie très parlante – The Enliven Project.

 

A noter qu’en l’absence de consensus sur ce qu’est une « fausse » accusation, il est difficile d’aboutir à des chiffres solides et précis. Dans certaines études, seules les plaintes qui s’avèrent fallacieuses (après enquête ou aveu de la plaignante) sont prises en compte. Dans d’autres études, en revanche, sont aussi prises en compte les affaires ayant résulté en un non-lieu faute d’éléments probatoires, mais aussi les plaintes ayant été retirées par les victimes présumées. Or, le fait qu’une plainte soit retirée ne signifie pas que les faits incriminés n’ont pas eu lieu. De nombreuses victimes retirent leur plainte parce qu’elles ont subi des pressions extérieures, ont été découragées par leurs proches ou parce qu’elles n’ont pas la force de se lancer dans une procédure judiciaire longue et difficile.

En consolidant ces chiffres, certes approximatifs, il faut donc retenir que 2 à 8% des accusations de viol reportées à la police seraient fausses.

Rapporté au nombre de viols effectivement commis (plus tous ceux qui n’ont jamais été dénoncés, car rappelons que plus d’un viol sur dix n’est pas reporté aux autorités judiciaires), c’est insignifiant.

La réalité

La réalité crue, celle que l’on préfère ignorer, c’est que les victimes n’ont aucun intérêt à porter plainte – même lorsque les faits ont bien été commis, c’est-à-dire dans l’immense majorité des cas. Et encore moins à porter de fausses accusations. Bien sûr, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas porter plainte en cas de violences sexuelles : au contraire. Cela ne signifie pas non plus que les fausses accusations de viol n’existent pas. Mais la réalité actuelle est la suivante :

1) Un procès pour viol est très long, coûteux et éreintant psychologiquement. Du dépôt de plainte à un éventuel procès, il se passe en général plusieurs années, pendant lesquelles il faudra raconter et donc revivre son histoire des dizaines de fois, devant des dizaines de personnes différentes. Des personnes qui souvent doutent de ce que vous avancez, vous poussent dans vos retranchements et manient votre traumatisme avec la délicatesse d’un conducteur poids lourd. Pour les victimes, c’est une double peine. Mais la majorité des plaignantes n’iront pas jusqu’aux Assises, puisqu’on estime que 60 à 80% des viols sont requalifiés en délit – et donc jugés en correctionnelle, où la procédure est certes plus rapide, mais les peines prononcées bien moindres. Au total, seuls 3 % des viols ayant donné lieu à un dépôt de plainte débouchent sur un procès en cour d’assises.

2) Comme nous l’avons dit plus haut, le viol est l’un des seuls crimes où la victime est blâmée pour ce qu’elle a subi. Dénoncer un viol n’a rien d’une virée à Disneyland : c’est un parcours du combattant, qui commence dès le dépôt de plainte. Soyez-en sûr.e.s : personne n’a envie de s’infliger une telle épreuve, ni de devenir riche et célèbre pour avoir « dénoncé un viol ». De toute façon, ça tombe bien – ça n’est jamais arrivé. Il suffit de lire les commentaires sous les articles relatant des affaires de viol, ou d’engager la discussion avec Tonton Jean-Claude (quoique on peut aussi s’épargner cette épreuve) : la victime est quasiment toujours soupçonnée de mentir ou de vouloir attirer l’attention sur elle, au contraire de l’agresseur que l’on tient ironiquement à « préserver ». Le soupçon jeté sur la victime de chercher la « célébrité » est pourtant un fantasme d’une mauvaise foi crasse. Dans la quasi-totalité des cas, point de célébrité, de pognon en masse ni de félicitations collectives pour la victime, mais plutôt des intimidations, des insultes, des menaces, et un traumatisme ravivé. Aux Etats-Unis, la professeure Christine Ford, qui a récemment accusé le juge Brett Kavanaugh de tentative de viol, a été obligée de déménager avec sa famille après avoir reçu des menaces de mort. Elle a subi un harcèlement continu ; sa boite mail a été plusieurs fois piratée. Ça fait rêver, n’est-ce pas ? Qui ne voudrait pas vivre ça au moins une fois dans sa vie ?

3) Statistiquement, la justice est du côté des agresseurs. Je ne fais pas du « féminisme victimaire » en affirmant cela, je me range simplement du côté des chiffres. En France, chaque année, 84 000 femmes et 14 000 hommes disent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol dans les enquêtes de victimation. Pourtant, les cours d’assises ne prononcent qu’environ 1 500 condamnations par an pour viol. Le reste sera classé sans suite (le cas le plus fréquent) ou résultera dans une condamnation pour agression sexuelle. Et cela ne va pas en s’arrangeant. Ainsi, le nombre de condamnations pour viol par la justice française a chuté de quelque 40 % en dix ans, selon le service statistiques de la chancellerie. Cela serait dû en partie au « phénomène » de la correctionnalisation des viols – le fait de déqualifier un viol (donc un crime), en agression sexuelle (c’est-à-dire un délit), très utilisé par les juges d’instruction pour éviter l’engorgement des tribunaux. On a donc la preuve que le viol reste majoritairement impuni… lorsqu’il est dénoncé. Or, neuf fois sur dix, il ne l’est même pas.

Le manque de moyens est un problème, mais ce n’est pas le seul. Il y a aussi le fait que la Justice a été créée pour les hommes, par les hommes. Les femmes sont aujourd’hui majoritaires à l’ENM (l’Ecole nationale de la Magistrature, qui forme les futur.e.s magistrat.e.s) et cela devrait être une bonne nouvelle, mais n’oublions pas que les femmes elles aussi intériorisent le système patriarcal. De fait, la misogynie et les préjugés sexistes ne s’arrêtent pas à la porte des tribunaux. On a tendance à imaginer une Justice éthérée, irréprochable, décorrélée des basses considérations et injustices de la vie réelle. Qui traiterait ses victimes avec respect et intégrité, punirait les agresseurs à la mesure de leurs actes, aurait toujours raison, ne ferait jamais d’erreur. N’oublions pas cependant que cette fameuse Justice n’est pas une entité désincarnée, mais un groupe d’hommes et de femmes tout aussi perclus de préjugés sexistes que le pékin ordinaire. Se reposer sur la « Justice » et attendre d’elle qu’elle répare toutes les injustices de la société est donc illusoire, puisqu’elle est la société.

En conclusion

Il n’y a donc pas, contrairement à une légende tenace, beaucoup de fausses accusations de viol. Il y a en revanche beaucoup trop de viols qui restent impunis, mais cet aspect est étrangement moins discuté.

Evoquer de manière systématique les « fausses accusations » quand une femme ose dénoncer un viol est donc non seulement faux d’un point de vue statistique, c’est aussi outrancier. Les faits sont là : les fausses accusations sont rares. Quant aux vrais violeurs, ils restent majoritairement impunis.

Nous ne sommes pas dans un système judiciaire où la parole des femmes compte autant que celle des hommes. En revanche, nous sommes bien dans un système patriarcal qui influence la manière dont est rendue – ou pas – la Justice. Où le manque de moyens, la crainte d’une erreur judiciaire, l’absence de sensibilisation à la problématique des violences faites aux femmes et le sexisme institutionnalisé imbibe une justice boiteuse qui peine à offrir réparation aux victimes.

Commençons déjà par nous occuper des centaines de milliers de victimes laissées sur le carreau chaque année. Après, seulement, nous pourrons nous concentrer sur le (faible) pourcentage restant de fausses accusations.

Image

Campagne contre les violences sexistes et sexuelles : une occasion manquée

Reagir-peut-tout-changer-Lutte-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles_large
Ne pas agresser aussi.

 

Depuis le 30 septembre, le gouvernement a lancé une campagne pour sensibiliser aux violences sexistes et sexuelles, intitulée « Réagir peut tout changer ».
Jusqu’au 14 octobre, quatre spots seront diffusés à la télévision et sur Internet, pour illustrer la diversité des violences (physiques, sexuelles, verbales…) et du cadre dans lequel elles s’inscrivent (sphère privée, sphère professionnelle, espace public, etc).

Chaque spot met en scène une femme victime de violences sexistes et/ou sexuelles et un.e témoin qui vient à son secours, le but étant d’inciter les gens à réagir lorsqu’ils assistent à un tel incident, au lieu de simplement détourner le regard. « Dénoncer ne suffit plus, il faut désormais changer les comportements et inciter chacun à réagir », explique ainsi le communiqué officiel.

Inciter chacun à réagir face aux violences sexistes et sexuelles : c’est effectivement une bonne idée. Pour une fois qu’on parle de sexisme à la télé, ne faisons pas la fine bouche, n’est-ce pas ? Mais on ne règle pas un problème en évitant sa cible. En n’adressant son message qu’aux témoins, c’est-à-dire des personnes qui n’ont aucune responsabilité dans la commission de telles violences, le gouvernement donne un coup d’épée dans l’eau. Un peu comme s’il lançait une campagne contre la fraude fiscale en s’adressant aux enfants des fraudeurs et fraudeuses : « Attention ! Si vous voyez vos parents détourner du fric, surtout, réagissez ! ».

Depuis quelques années, on assiste à de nombreux tâtonnements en matière de prévention des violences sexistes. On pense par exemple à la récente campagne contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans les transports en Ile-de-France, mettant en scène des femmes menacées par des ours ou des loups.

 

http___o.aolcdn.com_hss_storage_midas_abe0d208bdc1858f681042eb8b84b399_206182370_harcelement+transports

 

Outre un manque de crédibilité évident, cette campagne péchait par son refus de s’adresser directement aux agresseurs. Victimes ou témoins, donnez l’alerte ! Le message est identique à celui de la campagne actuelle, et s’accompagne du même déplacement de la responsabilité des agresseurs vers les (potentiels) témoins. En 2018 encore, on marche sur la pointe des pieds, on hésite, on tâtonne, on tourne autour du pot, comme si s’adresser directement aux personnes concernées  – les hommes auteurs de violences – n’était pas une solution envisageable. Regarder la réalité en face ? Prendre acte du fait que, dans un système patriarcal, les violences sont en majorité commises par des hommes, et qui plus est des hommes normaux ? Expliquer à ces mêmes hommes que leur comportement est intolérable ? On n’y arrive toujours pas. Parce que le sujet gêne, irrite, parce qu’il a une dimension un peu trop militante, un peu trop féministe peut-être, parce que les violences sexistes et sexuelles sont encore largement admises dans notre société (le coup de la main aux fesses qu’il faudrait prendre comme un compliment, du « joli petit cul » de Michel de la compta qui est censé être un éloge et du pauvre frotteur victime de sa misère sexuelle), il est encore manié avec force maladresse. Ainsi, l’on continue à proposer des visuels à côté de la plaque, à faire croire que les violences sexuelles ne peuvent être le fait que de quelques individus marginaux et échevelés (1), et à décharger la responsabilité des agresseurs sur les hypothétiques témoins de leurs agissements.

Est-il si compliqué de dire aux agresseurs… qu’il ne faut pas agresser ? Bien entendu, le gouvernement n’est pas le seul acteur influent dans ce combat – loin s’en faut. C’est aussi toute notre culture populaire, tous nos mythes culturels, tous nos stéréotypes souterrains qu’il faut réformer. Mais quitte à lancer une campagne de sensibilisation aux violences sexistes et sexuelles : pourquoi ne pas s’adresser en premier lieu à ceux qui les commettent ?

Nous aurons progressé lorsque nous oserons enfin dire, de manière claire et non équivoque, que certains comportements ne sont pas tolérables. Lorsque nous nous adresserons pour cela aux agresseurs et non à ceux qui les entourent. Lorsque nous cesserons de tourner autour du pot, de trouver des excuses, de s’emberlificoter dans des messages confus et sans résonance.

Les violences faites aux femmes ne cesseront pas si l’on se contente de demander aux témoins de « réagir ». C’est leur faire porter une responsabilité qu’ils et elles n’ont pas, tout en excusant discrètement les agresseurs – et les défaillances de notre système judiciaire. De la même manière qu’on n’éradique pas une maladie en agissant uniquement sur ses symptômes, on ne peut prétendre combattre les violences sexistes et sexuelles en agissant uniquement sur ses conséquences.

Cette manière de faire est d’autant plus inefficace qu’une réaction n’entraîne en aucun cas la garantie pour la victime de trouver réparation. Combien de plaintes pour violences sont-elles classées sans suite ? Combien de femmes sont-elles ignorées, snobées, humiliées, lorsqu’elles se décident enfin à pousser la porte d’une gendarmerie ? Combien d’agresseurs sont-ils effectivement condamnés chaque année ? (réponse : très peu)

Ce n’est pas comme si l’on pouvait se targuer d’avoir une justice efficace, impartiale et sensibilisée à la problématique des violences faites aux femmes. Pour bien des femmes, une confrontation avec le système judiciaire ne sera rien d’autre qu’une énième occasion de se prendre dans la gueule le sexisme endémique de notre société. 

Le message que le gouvernement aurait dû faire passer est un message simple, que l’on considère pourtant avec une étrange frilosité : le respect dû aux femmes doit être exactement le même que celui dû aux hommes. Point barre.

Ce que vous ne feriez pas à un homme, ne le faites pas à une femme. Ce n’est pas compliqué. Quant aux témoins, s’ils existent, ils ne sont pas là pour réparer les erreurs des hommes sexistes et/ou violents : c’est à ces hommes, et à eux seuls, qu’incombe la responsabilité de modifier leur comportement.

(1) Pourtant, les agresseurs, les harceleurs sexuels, les violeurs, et d’une manière générale les auteurs de violences sexistes (qu’elles soient physiques ou verbales, explicites ou souterraines) sont la plupart du temps des Monsieur Tout le monde. Ce sont nos employeurs, nos voisins, nos pères, nos frères, nos amis, nos collègues. Ainsi, dans 8 cas sur 10, l’auteur d’un viol fait partie de l’entourage de la victime. Il est donc temps de tordre le cou au mythe de l’agresseur marginal et désocialisé, qui erre à la recherche de ses prochaines victimes entre rues sombres et rames de métro bondées.

Emmanuel Macron, ou l’instrumentalisation politique de l’égalité femme-homme

Emmanuel Macron, ou l’instrumentalisation politique de l’égalité femme-homme

C’est un fait : le féminisme ne fait plus peur. Mieux encore, il s’impose de plus en plus comme un objet de désir pour de nombreux acteurs politiques et économiques (voir mon article à ce sujet). La prise de conscience est loin d’être toujours motivée par un intérêt sincère, mais les faits sont là : il faut aujourd’hui compter avec les femmes, qui représentent 52% de la population mondiale. Des femmes qui consomment, qui observent, qui agissent, qui se renseignent, qui votent, qui peuvent faire ou défaire une élection. Pour ces raisons notamment, il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer les questions relatives aux droits des femmes. Ainsi la sphère politique, haut lieu de récupération des préoccupations contemporaines, ne pouvait décemment pas tourner le dos à la révolution qui est en train de se produire. C’est pour cette raison que Marine le Pen, candidate FN malheureuse au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017, n’a pas hésité à se qualifier de « féministe », malgré le ridicule évident de cette déclaration.

De même, pendant la campagne présidentielle, l’actuel Président Emmanuel Macron n’a pas hésité à dévoiler au grand public sa (prétendue) conscience féministe. « I am a feminist », a-t-il ainsi lancé le 2 décembre 2016, lors du Women’s Forum for the Economy & Society. Aveu sincère ou simple manipulation politique ? A quoi ressemble donc le féminisme d’Emmanuel Macron ?

Dans cet article, je ne souhaite pas revenir point par point sur les différents engagements pris par le président (pour cela, je vous renvoie vers cet article très complet : https://www.deuxiemepage.fr/2017/12/04/le-feminisme-opportuniste-d-emmanuel-macron/), mais plutôt sur son attitude générale au regard de l’égalité femme-homme. Car, tout autant que les actes (ou l’absence d’actes), les gestes comptent lorsqu’on s’attelle à ce difficile travail qu’est la déconstruction des inégalités de genre.

Le 25 novembre 2017, journée consacrée à l’élimination des violences faites aux femmes, Emmanuel Macron a déclaré l’égalité entre les femmes et les hommes grande cause nationale du quinquennat. Une excellente nouvelle, a priori, supposée annoncer la prise de mesures politiques longtemps attendues. Réforme du congé parental, mise en place de séances de sensibilisation aux stéréotypes de genre et aux violences sexistes dans les écoles, moyens supplémentaires alloués à la Justice, mise en place d’un plan national pour l’égalité salariale, mise en place d’actions de sensibilisation aux violences faites aux femmes auprès des magistrat.e.s et des agent.e.s de police… Enfin, peut-être, nous allions voir le début d’un frémissement au plus haut sommet de l’Etat. Nous avions confiance : sans attendre une révolution, nous espérions au moins un glissement ferme vers les terres promises de l’égalité.

Hélas, un an après son élection, l’intérêt que porte Emmanuel Macron aux droits des femmes semble déjà dégonflé comme un ballon de baudruche après la fête. Démasqué ! Par-delà les promesses et les belles déclarations, la vision qui s’impose n’est en effet pas des plus réjouissantes, car le féminisme autoproclamé de notre Président… semble surtout être un bel effet d’optique.

Analyse d’une habile récupération politique.

emmanuel-macron-s-est-fixe-une-echeance-de-18-mois-a-deux_2616231_667x333

The boy’s club

C’est un fait que l’on ne peut pas nier : au gouvernement, la parité est respectée. En outre, deux femmes ont été nommées à la tête de ministères régaliens : Nicole Belloubet à la Justice et Florence Parly aux Armées. Pas de Première Ministre, cependant, malgré ce qu’avait laissé entendre Emmanuel Macron avant d’être élu. La révolution, mais pas trop quand même ?
A l’Assemblée Nationale, il y a du mieux également. La part des femmes députées est ainsi passée de 27% à 39%, ce qui constitue une évidente amélioration.

Voilà pour les bons points. Car le reste n’est pas à l’avenant : les postes clés restent occupés par des hommes, qu’il s’agisse du Premier Ministre, du porte-parole du Gouvernement, du président de l’Assemblée Nationale ou du président du groupe majoritaire LREM. Sur sept groupes constitués à l’Assemblée, sept hommes en sont présidents. Les ministères les plus exposés médiatiquement sont occupés par des hommes : Intérieur, Education Nationale, Affaires Etrangères, Economie…

Quant à l’actuel Premier Ministre, Edouard Philippe, à qui le secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes est ironiquement rattaché, il ne brille pas par son engagement envers les droits des femmes – et c’est un euphémisme. Député de la 7e circonscription de Seine-Maritime élu en 2012 sous la présidence Hollande, Edouard Philippe s’est abstenu de voter la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Cette loi prévoyait, entre autres, le renforcement de la protection des femmes victimes de violences conjugales, l’instauration de protections minimales pour les mères isolées subissant des impayés de pension alimentaire, le conditionnement de l’accès aux marchés publics par les entreprises au respect de l’égalité professionnelle, ainsi que certaines modifications au congé parental. Il s’est également abstenu sur la loi pour le « mariage pour tous », et s’est publiquement opposé à la PMA pour les couples homosexuels féminins. Enfin, il s’est fait épingler pour ses écrits sexistes dans son roman « Dans l’ombre », publié en 2011 : « Elle avait en elle cette imperceptible sécheresse des femmes qui ne seraient jamais mères, ce qui en faisait, assurément, une redoutable politique : un cœur d’homme dans un corps de femme », ou encore, à propos d’une femme que le narrateur tente de séduire « Tout le monde se demandait quel serait le premier député à pouvoir faire état de ce trophée ». La grande classe, non ?

Ce n’est pas tout. La garde rapprochée d’Emmanuel Macron est en effet à grande majorité masculine : sur les 53 membres de son cabinet, on compte seulement 13 femmes, soit un piteux 22%. On est bien loin de la parité qui semble si chère – au moins publiquement – au Président. Une situation dénoncée le 8 mars dernier, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, par la sénatrice LR Céline Boulay-Espéronnier.

Enfin, comment ne pas évoquer les deux interviews officielles accordées par le Président en avril dernier ? Jean-Pierre Pernaut d’un côté, Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel de l’autre : ce sont trois hommes blancs sexagénaires qui ont été choisis pour orchestrer les deux grand-messes des 12 et 15 avril. Pour la diversité et le renouveau, on repassera. Bien que l’égalité femme-homme ait été érigée en « grande cause du quinquennat », aucune femme n’a donc pu bénéficier de l’immense privilège d’interviewer le Président. Une occasion volontairement manquée ? 

Toujours est-il que le malaise aurait peut-être été moins important si ces interviews officielles ne s’étaient pas fait l’énième symbole d’un ordre séculaire dans lequel le pouvoir et la visibilité médiatique sont dévolues aux hommes. Mises en scène de l’entre-soi masculin, démonstrations de virilité traditionnelle, elles n’ont fait que mettre en exergue – de manière bien peu subtile – la véritable vision qu’a Emmanuel Macron des rapports entre les hommes et les femmes. Est-il d’ailleurs utile de préciser que, lors de ces deux interviews, quasiment aucun mot n’a été prononcé sur la « grande cause du quinquennat » ? Cela laisse à s’interroger sur l’intérêt véritable que lui porte Emmanuel Macron.

Si le discours de Macron sur l’égalité entre les femmes et les hommes peut paraître novateur (a-t-on jamais vu auparavant un Président de la République se qualifier de féministe, avec toute l’odeur de soufre que charrie ce terme ?), ses actes ne font que perpétuer un ordre vieux de plusieurs siècles, où les hommes devisent entre eux, prennent des décisions importantes et occupent le devant de la scène pendant que les femmes restent dans l’ombre. Un ordre structurel où les hommes détiennent la plus grosse part du gâteau, tout en daignant parfois, grand princes, offrir à leurs collègues féminines les miettes restantes. Et faire semblant que tout est normal.

La litanie des occasions manquées

A la grande cause du quinquennat, Emmanuel Macron a décidé d’allouer de petits moyens. Le budget du secrétariat d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes – qui, on le rappelle, devait être un Ministère de plein droit – est en effet passé de 26,9 million d’euros en 2016 à 19,4 millions d’euros en 2017, soit une coupe de 7,5 millions d’euros. Certes, le budget a progressé en 2018, jusqu’à atteindre les 30 millions d’euros. Il n’en reste pas moins que l’Etat ne consacre que 0,0066% de son enveloppe annuelle à la lutte pour l’égalité entre les sexes.

Au-delà du manque de moyens financiers, on lit au travers d’une certaine inertie – d’actes et de paroles – la mollesse des convictions du gouvernement en ce qui concerne l’égalité femme-homme. Si la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa bénéficie d’une importante présence médiatique, sa liberté de parole est nécessairement limitée par les usages de sa profession. Son mutisme initial sur les affaires Darmanin et Hulot, tous deux accusés de viol, en est le symptôme éclatant. Pour rappel, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a été visé en début d’année par deux plaintes, l’une pour viol, l’autre pour abus de faiblesse. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a quant à lui été visé par des accusations de viol et de harcèlement sexuel. Maintien des deux hommes à leur poste et silence déterminé du gouvernement, qui a préféré laisser la secrétaire d’Etat à l’égalité femme-homme essuyer les plâtres face à la fronde. D’où la publication par celle-ci d’une tribune dans le JDD, dans laquelle elle reproche étrangement aux accusateurs de Nicolas Hulot de « bafouer la parole des femmes ». Et à déplorer que la justice se rende dans les médias, et non dans les tribunaux. Tout en avouant que « ce que cherche le gouvernement, c’est à faire condamner les 9 violeurs sur 10 qui actuellement ne le sont pas ». Parce que les tribunaux peinent à rendre la justice, sans doute ?

Autre occasion manquée, plus récente celle-ci : l’opposition d’Emmanuel Macron au projet de directive européenne dite « Vie privée – Vie professionnelle » ayant pour but d’élargir le cadre des congés parentaux dans les pays membres. Une directive qui permettrait notamment d’équilibrer le recours aux congés parentaux entre les hommes et les femmes en prévoyant plusieurs mesures, notamment l’instauration d’un congé parental de quatre mois pour chaque parent indemnisé sur la base d’un arrêt maladie (soit 50% du salaire journalier de base, un montant nettement plus élevé qu’aujourd’hui). Si les inégalités (de salaires, de responsabilités parentales, de répartition des tâches ménagères, de développement des carrières) se creusent entre les femmes et les hommes à l’arrivée d’un enfant, et si ce projet de directive permettrait justement de combattre les inégalités à la source, Emmanuel Macron s’y oppose : « J’en approuve le principe, a-t-il précisé au Parlement Européen le 18 avril dernier. Mais les modalités ont un coût qui est potentiellement explosif ». C’est un argument recevable. Mais pourquoi ne pas profiter de cette belle occasion pour engager la discussion sur une potentielle réforme du congé parental, et plus encore du congé paternité ? Pourquoi clore le débat de manière aussi péremptoire – circulez, on s’en fout ?

Sur ce front, les progrès se font donc attendre… Et l’attente risque fort de se prolonger puisque Marlène Schiappa s’est, de manière tout à fait incompréhensible, opposée au fait de rendre obligatoire le congé paternité (d’une durée de 11 jours calendaires, il est aujourd’hui facultatif). Une telle mesure serait pourtant extrêmement bénéfique pour l’égalité des sexes.

Soit. Il reste un front sur lequel il est crucial – et urgent – d’agir, à savoir l’éducation. Alors, va-t-on enfin proposer des modules d’éducation sexuelle et de sensibilisation aux stéréotypes de genre dans les écoles ? Va-t-on déployer un plan national contre les violences sexistes dont sont victimes de plus en plus de jeunes filles au sein même des lieux républicains que sont les collèges et les lycées ?
Sur ce point, Marlène Schiappa a proposé « de créer des référents égalité dans tous les établissements scolaires à partir de la rentrée prochaine » et « de veiller à ce que les trois séances d’éducation par année scolaire prévues par la loi, consacrées, notamment, à l’égalité, soient bien mises en œuvre ». Par quels moyens ? Cela n’est pas précisé. Pendant que les effets d’annonce et les propositions pour un hypothétique futur se multiplient, le sexisme creuse toujours impunément sa voie.

Le véritable « féminisme » d’Emmanuel Macron

Et si, finalement, la conception de l’égalité femme-homme du Président se trouvait résumée dans son discours du 25 novembre 2017, consacrée aux violences faites aux femmes ? Morceaux choisis :
« Il ne s’agit pas à mes yeux de nier la différence entre les sexes ou de vouloir tout confondre, mais il s’agit que cette altérité profonde à laquelle je crois, et qui est notre richesse, ne se traduise pas en une inégalité insupportable qui, elle, est un déterminisme culturel et une construction insupportable de nos histoires. Donc de préserver toute la part féconde d’une altérité réelle entre hommes et femmes pour à chaque fois rappeler, se battre et inculquer l’égalité absolue et non négociable entre les deux sexes. »
« On se met à tout confondre dans ce tourbillon et à dire celui-ci en est, celui-ci en est, passant d’une société en quelque sorte de l’oubli à une société de la délation généralisée. »
« Je ne veux pas d’une société de la délation »

Altérité. Oubli. Délation.

Avec ces trois mots simples, Macron expose sa conception bien à lui de l’égalité des sexes. Tout d’abord, l’emploi du terme « altérité » fait écho à une vision essentialiste des hommes et des femmes, dans laquelle chaque sexe se voit échoir un rôle prédéfini. La fameuse « complémentarité », qui fait depuis des siècles le nid de l’inégalité.
Passons sur l’emploi de l’expression « société de l’oubli », qui sous-entendrait que les actes des agresseurs portent en eux la possibilité d’une irrévocable amnistie. Pas vu, pas pris, en quelque sorte. Une étrange conception de la justice.

La délation, enfin. Beaucoup a déjà été dit sur l’emploi éhonté de ce terme, bien malvenu dans une discussion sur les violences faites aux femmes. Dénoncer son agresseur et demander justice, est-ce cela, la délation ? Soucieux comme toujours de ménager les intérêts divergents, Emmanuel Macron n’hésite pas, à l’intérieur même d’un discours qui se veut féministe, à caresser dans le sens du poil les réactionnaires de tous bords. Et à utiliser, sans ciller, une rhétorique justement construite dans le but de décrédibiliser les combats féministes. Quel message cela renvoie-t-il aux agresseurs ?

On notera le caractère schizophrène de ce discours, puisque Macron affirme également :
« Et c’est pourquoi il est indispensable que la honte change de camp, que la République fasse ce qu’elle doit pour laver la sienne, que les criminels du quotidien qui harcèlent, injurient, touchent, agressent, ne soient plus jamais excusés mais repérés, vilipendés, traduits en justice, condamné avec toute la fermeté requise, sans aucune complaisance, sans aucune excuse ».

On est bien d’accord. Comment, toutefois, « repérer, vilipender et traduire en justice » des agresseurs que l’on protège à mots couverts en sous-entendant qu’ils seraient victimes de « délation » ? N’y a t-il pas là une forme de paradoxe insupportable ?

La grande illusion

Ne nous leurrons pas : malgré sa posture pro-égalité, Emmanuel Macron est l’essence même de la tradition viriliste. Il représente, par sa façon d’être et d’agir, un paradigme ancien voire archaïque, qui sait cependant faire jouer les apparences pour paraître progressiste. C’est la virilité conventionnelle, l’entre-soi comme barricade invisible, la domination masculine satisfaite d’elle-même et qui refuse pourtant de s’assumer. Qui préfère se cacher, avec quelques pirouettes, derrière la tentation du « renouveau ». Parce qu’elle n’a aucunement l’intention, au fond, de réformer un système qui lui est favorable.

En public, le Président affiche une posture égalitariste relativement bien tournée. La parité est respectée dans son gouvernement (même si, on l’a déjà dit, les postes clés restent dévolus aux hommes), le langage inclusif est soigneusement employé, la rhétorique est brillante, la communication est maîtrisée. Dans l’ombre, en revanche, ses véritables convictions se déploient sans honte : les hommes s’exposent, s’expriment, dirigent, pendant que les femmes, au loin, tournent en orbite autour d’eux.

Une nouvelle forme de masculinité dominante est ainsi mise en exergue : la masculinité pacifique, modérée, égalitaire, à l’écoute, loin des débordements autoritaires des mâles « alpha », dont la violence est aujourd’hui regardée avec mépris. Le changement paraît salutaire. Mais qu’on ne s’y laisse pas prendre : si les apparences, si les codes changent, la structure reste exactement la même. Dans ce tableau, les femmes jouent en effet toujours les figures de l’ombre. Or, l’égalité se joue nécessairement sur plusieurs terrains. Ensemble. Si l’on modifie le paradigme de la masculinité sans s’attaquer au paradigme de la féminité, si l’on se contente, pour l’exemple, de saupoudrer quelques femmes sur nos institutions politiques, sans s’attaquer à la structure même de nos schémas de pensée, alors les choses resteront vouées à l’échec.

Sur le terrain de l’égalité entre les femmes et les hommes, la flaccidité des convictions d’Emmanuel Macron se traduit donc sans surprise par un déficit dans l’action.
Si ses promesses électorales en la matière étaient effectivement séduisantes, en ce qu’elles laissaient entrevoir une rupture avec l’ordre ancien, les illusions n’ont mis que peu de temps à se dissiper. En quelques mois seulement, le Président a en effet réussi à dévoiler son vrai visage : celui d’un homme peu concerné par la question des droits des femmes, qui a su toutefois en saisir la puissance évocatrice pour en faire un outil de promotion de soi. Car le « féminisme » de Macron est un féminisme purement marketing, un féminisme d’apparat, de paroles, d’illusions, sorte de ventre mou d’un dogme politique par ailleurs déterminé.

L’opportunisme politique est une réalité qui a toujours existé. Mais dans une ère post-Weinstein, peut-on encore s’emparer d’un sujet aussi grave pour l’instrumentaliser à des fins électorales et politiques ? Alors que le sexisme tue des centaines de femmes chaque année en France – et bien plus dans le monde entier – peut-on d’un point de vue éthique se prétendre concerné par la cause, tout en la laissant prendre la poussière dans un recoin oublié de l’Elysée ? Jusqu’où ira Emmanuel Macron dans son instrumentalisation de la lutte pour le droit des femmes, et combien de temps durera la pantomime ?

Ne nous leurrons pas : il est très facile de se laisser avoir.
A la manière de certains hommes qui ont compris que l’étiquette « féministe » leur rapporterait des points auprès des femmes, Emmanuel Macron a parfaitement su flairer non pas la tendance mais le changement dans l’air, l’atmosphère électrisée par les mutations de la société, le renversement graduel des convictions anciennes.
Mais les masques ne mettent jamais longtemps à tomber. Car ce ne sont pas les paroles qui comptent, mais bien les actes. Et sur ce point précis, le Président s’est jusqu’ici montré défaillant.

S’engager pour l’égalité entre les femmes et les hommes, ce n’est pas seulement affecter, une fois l’an, l’air grave et contrit de celui qui voudrait que les choses changent. Ce n’est pas seulement recourir au langage inclusif : « Bonjour à toutes et tous ! ». Ce n’est pas seulement se parer de belles intentions, comme un paon fait la roue dans une silencieuse velléité de séduction. Ce n’est pas non plus promettre de légiférer, ni même effectivement légiférer, ajoutant à un arsenal législatif déjà obèse des lois supplémentaires qui seront peu ou pas appliquées.

C’est aussi et surtout agir. Donner l’exemple.
C’est être cohérent, dans ses actes et dans ses paroles.
C’est mettre en lumière, promouvoir, aider, encourager, écouter, considérer les femmes.
C’est refuser de voir en elles « l’Autre », par opposition à une supposée universalité masculine.
C’est condamner les agresseurs, et se ranger du côté des victimes.
C’est ne faire aucune concession aux tenants d’un ordre ancien, même quand votre maintien au pouvoir dépend en partie de ces derniers. C’est avancer vers la ligne que l’on s’est fixée, en restant ferme, fidèle et déterminé.
C’est œuvrer pour un changement des mentalités, mais aussi pour une modification de la structure de notre société.
C’est aussi savoir, quand cela est nécessaire, avouer ses manquements.
L’égalité entre les femmes et les hommes est un sujet éminemment politique, qui ne souffre aucune approximation. En la matière, les véritables convictions se révèlent au travers d’une constellation de faits qui échappent parfois à toute maîtrise. Ce sont des mots, des gestes, des regards, des états de fait qui lentement trahissent. Qui disent dans le silence ce qui ne sera jamais dit à voix haute.

« I am a feminist » : sache, cher Emmanuel, que la façon dont tu te qualifies importe peu. Un homme politique ne sera jamais jugé à l’aune de ce qu’il dit, mais bien de ce qu’il fait – et plus encore, de ce qu’il ne fait pas.

Pendant les quatre années à venir, nous resterons vigilantes.