Image

Pourquoi les hommes ne s’occupent-ils toujours pas des tâches ménagères ?

hommes-menage

Au début du confinement, tous les espoirs étaient permis. Les hommes, enfermés dans cette sphère domestique à laquelle ils échappent d’habitude, allaient enfin se rendre compte de la charge de travail que représente la gestion d’un foyer. Ils allaient voir que les repas ne se cuisinent pas tous seuls, que les frigos ne se remplissent pas par eux-mêmes, que les toilettes ne sont pas récurées par un lutin magique, que les enfants sont des êtres exigeants qui doivent être maintenus en vie, etc, etc. Les hommes, tout autant confinés que les femmes, n’allaient plus avoir d’excuses pour ne pas lever le petit doigt chez eux. Plus de « mais je rentre tard, moi ! » Plus de présentéisme opportun, plus de réunions à rallonge, plus de virées entre potes au café du coin.

Las : la révolution ne semble pas avoir eu lieu. De nombreuses femmes rapportent, au contraire, se sentir plus débordées que jamais, et avoir une charge mentale de la taille d’un stade de foot.

Une enquête Harris Interactive destinée à mesurer l’impact du confinement sur les inégalités a même révélé que « 54% des femmes consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35% des hommes ». 63% des femmes interrogées rapportent par ailleurs être celles qui « préparent le plus souvent les repas », et elles sont 56% à estimer passer plus de temps sur l’aide aux devoirs.

Et à côté de ça, aux Etats-Unis, le monde de la recherche voit ses membres masculins soumettre 50% de publications en plus que d’ordinaire, comme s’ils bénéficiaient soudain d’un excès de temps libre.

« J’ai l’impression de vivre la vie d’une femme au foyer des années 1950, entièrement dévouée et dédiée à la maison et aux enfants », rapporte Carole, 38 ans, dans un article publié sur Madame Figaro.

Les femmes interrogées par les médias sont nombreuses à partager ce ressenti : l’impression de crouler sous les tâches domestiques, de voir leur profession passer au second plan, et plus globalement de ne plus avoir une minute à elles – alors même que le temps devrait, en cette période inédite, revenir enfin en leur possession.

*

Depuis trente ans, les chiffres en matière d’inégalités domestiques ne bougent pas. Les femmes réalisent toujours 72% des tâches domestiques et 65% des tâches parentales. En onze ans, le temps moyen consacré par les femmes aux tâches ménagères a baissé de 22 minutes (il est passé de 3h48 en 1999 à 3h26 en 2010), alors que celui des hommes n’a augmenté que d’une minute, passant de 1h59 à 2h.

Et c’est là que se pose la question. LA grande question.

Mais que foutent les hommes ? (OK, j’attrape mes pincettes : la majorité des hommes). Comment se fait-il qu’ils ne prennent toujours pas leur part, même lorsqu’ils passent leurs journées à la maison ? Comment peut-on expliquer le fait que, même retranchés chez eux, ils continuent à dédaigner des tâches domestiques et éducatives qui leur reviennent pourtant de manière égale ?

Face à ce térébrant mystère, voici quelques éléments de réponse. 

I – Nous n’éduquons pas les hommes aux tâches domestiques

Depuis des siècles, il a été décidé que la sphère domestique serait le royaume des femmes. Celles-ci ont été assignées aux tâches ménagères et au soin des enfants, sous la justification bien commode que c’est « dans leurs gènes ». Leurs compétences ainsi naturalisées, il n’est guère étonnant qu’elles se retrouvent assignées d’office aux tâches domestiques au moment de la mise en couple. Des siècles de conditionnement patriarcal nous contemplent…

A l’opposé, les hommes grandissent dans l’idée que leur « place » ne se trouve pas à l’intérieur du foyer, mais à l’extérieur. Le travail, l’esprit, l’aventure, voilà qui est leur domaine – ce à quoi ils sont voués. Bien joué les gars, il est vrai que la sphère publique est un peu plus excitante que la salle à manger ! Le foyer familial est le lieu de reproduction de cette division sociale. Quand on grandit dans un environnement dit « traditionnel » – papa au boulot, maman aux fourneaux – comment ne pas reproduire ensuite le même schéma ? Comment élargir une vision de l’ordre social qui a été cultivée dès la prime enfance ? 

Et d’ailleurs… pourquoi décideraient-ils de changer les choses ? 

Cette attitude n’est finalement que pragmatique. Personne n’aurait idée de remettre en cause un système qui lui confère de confortables prérogatives. Certes, les hommes n’ont pas été éduqués à prendre en charge l’intendance domestique et se retrouvent donc dépourvus des compétences attenantes (1). Mais qu’importe, puisqu’il est attendu que leur compagne s’en chargera à leur place ?

Je ne pense pas que les hommes démissionnaires ne fassent pas exprès, ne se rendent pas compte, ni qu’ils soient, au fond, de bonne volonté. Je pense, au contraire, qu’ils ont parfaitement conscience de la charge qu’ils représentent pour leur conjointe. A moins d’être complètement aveugle, il est facile de voir quand un partage des tâches est inégalitaire – ou qu’il n’y a pas de partage du tout.

La question est : pourquoi modifieraient-ils leur comportement, puisque personne n’attend d’efforts de leur part ? Pourquoi abandonneraient-ils leurs privilèges, quand les femmes de leur vie acceptent – même à contrecœur – de les pérenniser ?

J’ai longtemps été un homme démissionnaire, ce qui fait que je les comprends d’autant mieux. J’ai en effet été éduquée à ne rien faire. Jusqu’à mes 18 ans, âge où j’ai quitté le foyer familial, je ne savais pas me nourrir seule. Je n’avais jamais touché ni machine à laver, ni balai, ni serpillière : la sphère domestique était pour moi une terre inconnue.

répartition-inegale-des-taches
Moi, fut un temps.

 

J’ai tout appris par moi-même. Ce fut long, et fastidieux.

Et si je n’aime toujours pas faire le ménage, j’en suis désormais au point où je cuisine mon propre granola – une magnifique progression, incontestablement.

Mais aurais-je eu la volonté d’acquérir ces compétences si j’avais su que, un jour, quelqu’un se chargerait de cuisiner, balayer, nettoyer, ranger, organiser pour moi ? Si je m’étais dit que cette période n’était que transitoire, jusqu’à ce que je puisse de nouveau mettre les pieds sous la table… ?

(1) Oui, ce sont bien des compétences qui s’acquièrent au fil d’un apprentissage plus ou moins long : personne ne naît avec le gène des courses, de l’aspirateur et du récurage de chiottes.

II- On accepte qu’ils soient des boulets

On connaît toutes et tous le cliché de l’emmanché incapable de faire cuire des pâtes sans mettre le feu à son lotissement, et de laver son gamin sans le noyer dans la baignoire.

C’est un ressort comique usé jusqu’à la corde, que la culture populaire continue pourtant d’exploiter ad nauseam – récemment, nous avons eu droit au film « 10 jours sans maman », dans lequel un DRH campé par Frank Dubosc se retrouve à gérer sa maison et ses quatre enfants pendant 10 jours (terrible – rendez-vous compte !). Capable de mener sa carrière d’une main de maître mais pas de laver ses slips, le pauvre se retrouve démuni devant l’ampleur de la tâche à accomplir. C’est qu’il n’a jamais eu à lever le petit doigt dans son foyer ! Là où une femme aussi incompétente se ferait immoler sur la place publique (monstre ! égoïste ! sorcière !), le papa abruti n’inspire qu’une tendresse amusée. La preuve : on en fait des films – supposément – comiques.

Les hommes bénéficient d’une incroyable indulgence de la société quand il est question de responsabilités domestiques. Certes, ils subissent un autre type de pression, dont il n’est pas question de nier le caractère délétère : ils sont en effet enjoints à jouer les mâles alpha, à surenchérir une virilité surannée qui s’accomplit dans le travail et les gros sous, et à étouffer leur vulnérabilité. Mais là où les hommes sont « uniquement » sommés de travailler, les femmes doivent travailler et faire tourner le foyer et s’occuper des enfants – c’est la fameuse « double journée ». Des injonctions multiples et un empilement des responsabilités qui les mènent parfois droit au burn-out. 

Là encore, pourquoi les hommes décideraient-ils d’endosser leurs responsabilités domestiques quand leur incompétence dans ce domaine est non seulement acceptée, mais aussi encouragée ? Pire encore : quand le travail invisible et gratuit des femmes leur bénéficie directement, en termes de carrière et de finances ? 

Et puis, quel meilleur alibi qu’une nullité supposément génétique pour continuer… à ne rien foutre ?

III- Les compétences « domestiques » sont dévalorisées

Un travail déconsidéré

Les compétences que réclame le travail domestique ont toujours été dévalorisées, précisément parce qu’elles sont considérées comme intrinsèquement « féminines ». Or, si les femmes savent d’instinct préparer les repas et plier le linge, pourquoi attacher une quelconque valeur à ce travail ? D’autant que ce dernier n’a pas vocation à produire quoi que ce soit et doit être répété tous les jours, perpétuant de ce fait un cycle éternel.

Sans aller jusqu’à exalter le travail ménager – chiant, mais nécessaire – nous pourrions au moins nous accorder sur le fait qu’il s’agit d’un savoir-faire indispensable à tout être humain. Je ne parle pas ici de la survie qui consiste à se nourrir quotidiennement de pizzas surgelées et à nettoyer son appartement juste assez pour ne pas mourir enfoui sous la crasse. Je parle de savoir maintenir un espace de vie propre et respirable, cuisiner des repas équilibrés, laver son linge et anticiper les événements de la vie quotidienne – les courses, le paiement des factures, les rendez-vous médicaux, le passage à la Poste, etc.

Car, tout aussi prosaïque qu’il soit, le travail domestique n’en demeure pas moins indispensable. Et c’est bien pour cette raison que de nombreuses personnes le sous-traitent : quelle que soit notre profession et notre position dans la hiérarchie sociale, nous ne pouvons fonctionner sans repas pris à heures régulières, sans draps ni vêtements propres, sans structure et/ou personnel pour gérer nos enfants.

Ce travail est l’ossature invisible de notre existence. Il ne nous sert pas uniquement à survivre, mais bien à vivre, dans les meilleures conditions possibles.

Le prestige de la chaussette sale 

Ce n’est pas nouveau : il existe une division culturelle entre ce qui est « féminin » (considéré comme terre à terre, banal, quotidien) et ce qui est « masculin » (vu à l’inverse comme technique, complexe, élevé).

Prenons l’exemple du père qui change son enfant ou lui cuisine une purée de carottes maison. Alors que, réalisées par des mains féminines, ces activités restent bêtement prosaïques, elles se parent de vertus jusqu’alors insoupçonnées lorsque c’est papa qui s’y colle.

De la même manière, les femmes qui cuisinent tous les jours dans l’intimité de leur foyer n’impressionnent personne : elles ne font que remplir la « fonction » qui leur est dévolue. En revanche, le regard posé sur les hommes qui mitonnent de bons petits plats est bien plus enthousiaste, voire admiratif. Le secteur de la cuisine « professionnelle » reste à cet égard un bastion essentiellement masculin : 75% des cuisiniers professionnels sont des hommes, et seulement 10% de femmes officient dans la restauration gastronomique.

Mais dans l’intimité du foyer, elles sont celles qui préparent les repas.

N’y a t-il pas là un éclatant paradoxe ? Si les hommes cuisinent vraiment mieux que les femmes, pourquoi ne mettent-ils pas leurs compétences à profit au sein de leur foyer ?

Ce serait oublier que deux règles président à la répartition inégale des tâches :

  • toute activité se pare d’un soudain prestige social dès lors qu’elle est exercée par des hommes mais demeure triviale tant qu’elle reste pratiquée par des femmes,
  • les hommes veulent (et peuvent) bien prendre en charge certaines tâches… mais uniquement si cela s’inscrit dans une trajectoire professionnelle socialement valorisée et rémunérée, comme la cuisine. 

Or, on retire bien peu de gloire (et encore moins d’argent) à vider le lave-vaisselle et à ramasser les chaussettes sales. Pourquoi donc investir le champ de la vie domestique – invisible, gratuit, méprisé – quand tant de lauriers attendent ailleurs ?

IV – Education genrée oblige, les femmes partent avec une longueur d’avance

Enfin, les femmes apprennent beaucoup plus tôt que les hommes à s’occuper de l’intendance domestique : dès l’enfance, elles sont plus souvent incitées à débarrasser, faire le ménage, cuisiner ou s’occuper de leurs frères et sœurs. « Surentraînées », conditionnées, elles apprennent très tôt à effectuer les gestes du quotidien et à les considérer comme étant de leur ressort.

Mais au-delà de l’éducation genrée, une autre composante entre en jeu, et elle a tout à voir avec la masculinité toxique

En effet, les hommes ne sont pas incités à prendre soin d’eux, de leur santé, de leur alimentation, de leur intérieur – ce n’est pas « viril », c’est un truc de « fille », donc un sujet de moqueries.

Une négligence qu’ils paient cher : leur espérance de vie est inférieure de 6 ans à celle des femmes, et lorsqu’ils sont célibataires – donc livrés à eux-mêmes – ils se suicident deux fois plus que leurs homologues en couple, tout en étant beaucoup plus exposés aux risques de dépression et de maladie mentale

Il n’y a rien de glorieux à ne pas savoir prendre soin de soi et des autres. La crise que nous traversons en ce moment en est le glaçant rappel : nous avons toutes et tous besoin de vivre dans des conditions décentes, de nous nourrir, de nous soigner, de protéger notre santé, mais aussi de savoir veiller sur nos proches.

Le travail du care n’a rien de cosmétique : si aucun prestige social ne lui est rattaché, il n’en demeure pas moins essentiel puisqu’il est celui qui nous maintient en vie.

Aussi, nous devons à tout prix « dégenrer » ces compétences dont tout être humain a besoin pour vivre décemment.

J’aurais aimé que cette crise nous montre des hommes qui investissent massivement le champ du care – que ce soit pour coudre des masques, cuisiner pour leur famille, s’occuper de leurs enfants ou faire les courses pour leurs voisin-es. Je ne doute pas que ces hommes existent. Mais à l’échelle de la société, ils sont encore trop peu nombreux.

Oui, j’aurais aimé que la solidarité, le soin, le confort, l’intendance ne nous montrent pas qu’un visage féminin. Il nous faudra apprendre de cette épreuve. Commençons par éduquer filles et garçons de la même manière. Cessons de croire à un prétendu « ordre naturel », d’essentialiser les femmes pour obtenir leur soumission. Cessons de reproduire des schémas inégalitaires. Refusons la fatalité.

Un autre monde est possible.

Image

Une impossible quête de sens ?

alexander-milo-HwxVLhLyg2s-unsplash

 

Le confinement nous pousse à faire face à nos choix de vie. Sont-ils vraiment ceux que nous voulions ? Sommes-nous égaux et égales face au destin, ou bien nos trajectoires sont-elles conditionnées… ?

 

En ces temps troublés, je vous ferais grâce de mon journal de confinement ainsi que de mes observations philosophiques sur la beauté du silence et les vertus réparatrices de la solitude (parce qu’on va arrêter de se mentir : s’il est des périodes propices au lyrisme, celle que nous traversons n’en est pas une). En revanche, j’ai pensé qu’il serait intéressant de se pencher sur la question du sens – celui que revêt nos vies, et auquel nous sommes aujourd’hui durement confronté-es.

Car cette crise, et le confinement qui en découle, nous oblige à prendre acte de certaines réalités. Des réalités que, jusqu’ici, nous n’avions pas vues… ou pas voulu voir.

Ainsi, nombre de personnes qui ont la chance de pouvoir télétravailler prennent soudain conscience que leur job n’est de toute évidence pas essentiel au fonctionnement de la société et se retrouvent à cligner des yeux devant leur écran, se demandant si envoyer des e-mails et assister à des réunions contribue vraiment à rendre le monde meilleur.  (Spoiler : non).

Les individus confinés à Paris se demandent pourquoi ils et elles restent dans une ville qui leur soutire un SMIC tous les mois pour vivre dans des conditions à peine salubres.

Les personnes coincées avec des enfants survoltés se demandent, entre ironie et effroi, ce qui les a poussées à se lancer dans la merveilleuse aventure de la parentalité.

Enfin, les couples forcés de passer 24h sur 24 ensemble commencent à se demander ce qui les a initialement attirés l’un chez l’autre, et pourquoi il ne se nourrit que de chips, et qu’est-ce que c’est que cet immonde jogging gris ?!

Cette période d’introspection forcée fera naître, sans aucun doute, des prises de conscience et des révolutions personnelles. Certain-e-s plaqueront rageusement leur bullshit job, tandis que d’autres s’empresseront de remplir les papiers du divorce une fois le confinement levé. Beaucoup réfléchiront à leurs aspirations post-crise, transi-es par l’idée que la vie ne tient bel et bien qu’à un fil. D’autres se poseront également la question des choix qu’ils ont fait jusqu’ici, tout aussi importante, sans doute, que celle de l’avenir.

Que disent nos choix de la société dans laquelle nous évoluons ? Les avons-nous vraiment fait en toute autonomie ? Les modèles que nous suivons veulent-ils vraiment notre épanouissement, ou ne sont-ils que l’expression d’une norme sociale rigide ? Autrement dit : qu’est-ce qui nous a mené-es jusqu’à notre situation actuelle, et en sommes nous satisfait-es ?

(Voilà. Prenez un papier, un crayon, et réfléchissez. De toute façon, vous n’avez que ça à faire).

Un papa, une maman, des enfants, et beaucoup d’emmerdements

Les discussions sur les effets pervers que pourrait avoir le confinement sur les femmes (charge mentale accrue, enfermement avec un conjoint violent, etc) m’ont également amenée à me demander pourquoi nous continuons à révérer le couple hétérosexuel et la famille censée allée avec, alors même qu’il n’est une garantie d’épanouissement pour personne. Il y a quelque chose d’absurde à vouloir faire d’un modèle le seul valable, alors même qu’il est pour de nombreuses personnes source de frustration, d’ennui, d’asservissement, voire pire : de violences.

Cette réflexion, je l’ai entamée en voyant fleurir les memes et autres vidéos « humoristiques » où l’on voit des hommes ironiser sur la cuisine de leur compagne (suggestion amicale : et s’ils faisaient eux-mêmes à bouffer ?), les kilos qu’elles prendront inévitablement après avoir englouti leur poids en Kinder Pingui, la pilosité néanderthalienne qu’elles arboreront à la fin du confinement, les engueulades et agacements du quotidien qui donnent envie de mettre la tête dans le four, le télétravail avec les enfants qui se transforme en épreuve du feu, l’envie de s’enfuir seul à l’autre bout du monde.

Si l’on comprend évidemment que cette situation fasse naître des tensions dans les familles, ou qu’elle exacerbe celles qui existaient déjà, on peut s’interroger sur la persistance de ce stéréotype de l’homme pris au piège de son foyer, martyrisé par une femme psychorigide et épuisé par des enfants qui exigent trop d’attention.

confinement
Haha ! Qu’est-ce qu’on se marre 

Avec peut-être un soupçon de naïveté, on se demande : si tant d’hommes considèrent le couple – et plus globalement la famille – comme une prison, pourquoi continuent-ils à s’y jeter tête baissée ? (Les abonnés à la mauvaise foi répondront sans doute quelque chose comme : « on m’a forcé »)

Pourquoi le modèle de la famille hétéroparentale reste t-il glorifié – ceux qui s’y épanouissent le moins étant souvent ceux qui s’y accrochent le plus – alors même qu’elle échoue à garantir le confort, la sécurité, l’épanouissement et le bonheur de l’ensemble de ses membres ?

Tout cela me fait penser à cet ancien journaliste devenu skipper, parti conquérir sa nouvelle vie en mer juste après la naissance de son troisième enfant – laissant bien sûr à sa femme la charge de la vie domestique et familiale. Déçu par « le rythme métro-dodo-boulot », « appelé par l’océan », il a tout de même pris soin de se marier et de faire trois enfants avant de plaquer sa vie routinière – et d’hypothéquer sa maison, parce que quand même, pourquoi tout plaquer quand on peut aussi mettre sa famille dans la merde ?

Il est intéressant de constater l’existence de ce paradoxe selon lequel la constitution d’une famille constitue un signe de virilité et même une forme de légitimation sociale pour les hommes (l’ombre du chef de famille, quoique dépourvue de toute existence légale depuis 1970, rôde toujours au-dessus de nos têtes), tout en étant considérée comme un emmerdement, la fin des réjouissances, le début de la captivité, un truc pénible qui gêne aux entournures comme un foutu pull en laine.

Mais si les configurations familiales « classiques » échouent à satisfaire tant d’individus, pourquoi perpétuons-nous ce modèle avec insistance ?

S’il est une chose que nous apprennent les sketchs sur les emmerdements de la vie de couple et/ou de famille (outre que le sexisme se porte toujours bien), c’est qu’au fond, nous aurions été tout aussi (voire plus ?) heureux en suivant un autre modèle. Que les schémas que nous sommes habitué-es à suivre depuis la naissance ne sont pas l’oeuvre de notre libre-arbitre, mais celle d’une société qui s’occupe de désirer pour nous.

C’est ainsi que nous avançons dans la vie, cette procession de « suites logiques » comme disent certain-e-s avec une pointe de résignation dans la voix, couple cohabitant – mariage – enfants, comme par un automatisme essoufflé qui, des années plus tard, nous fera dire que rien de tout cela ne nous rend finalement heureux. Qu’autre chose était possible, que l’on n’a pas vu, ou plutôt pas été autorisé-e à voir.

Car dès l’enfance, nous sommes incité-es à envisager la vie comme une course de fond, une succession d’étapes et de cases à cocher pour acquérir ses galons d’adulte respectable. Le mariage et la vie de famille restent des étapes fondatrices, que les femmes sont socialisées à désirer plus que tout, tandis que les hommes s’y dirigent en traînant les pieds, comme contraints par une force extérieure – on leur répète bien assez tôt que l’amour, c’est un truc de meuf. 

Ironie de la situation, ce sont pourtant eux qui en bénéficient le plus, tant sur le plan de la santé physique que de la santé mentale. 

Les femmes, elles, restent les grandes perdantes du couple hétéro – a fortiori s’il y a des enfants.

La professeure de sciences politiques islandaise Anna G. Jonasdottir (citée par Emma dans sa dernière BD « Le pouvoir de l’amour »explique que les femmes sont éduquées à exprimer leur amour en prenant soin des autres (tout en sacrifiant leurs propres besoins), tandis que les hommes se nourrissent de l’amour et de l’attention de leur compagne pour conquérir le monde extérieur. Le couple, tout enfermant qu’il puisse être, leur est littéralement utile. (J’avais déjà abordé une partie de ce sujet ici). 

Mais en cette période de confinement, il n’y a plus de monde extérieur. La vie tourne autour du foyer, la seule fenêtre sur l’ailleurs consistant en un écran d’ordinateur, un téléphone et/ou un tour quotidien du pâté de maison. Il n’est plus possible de mettre à profit l’énergie dont on se nourrit dans son foyer pour la diriger vers l’extérieur. Plus possible, non plus, de s’adonner au présentéisme pour évacuer la corvée des tâches ménagères.

Beaucoup d’hommes comprennent – ou à tout le moins devraient comprendre – ce que vit leur compagne lorsque celle-ci ne travaille pas, ou bien est préposée à la vie domestique en dépit de son activité professionnelle. Un quotidien qui ressemble fort à un jour sans fin, où les miettes, la poussière et les tâches à accomplir réapparaissent chaque matin de manière inéluctable.

C’est là la nouveauté. Les empreintes dans lesquelles nous glissions nos pas ont été effacées ; les schémas que nous suivions d’un œil aveugle détricotés, et les mondes dans lesquels nous évoluions, soudain fusionnés. En ces temps confinés, les inégalités entre les hommes et les femmes ne souffrent plus d’excuses, parce que nous vivons désormais toutes et tous dans les mêmes sphères.

Tout repenser

Maintenant que nous avons du temps, ce temps dont nous sommes d’ordinaire si souvent privés, nous avons désormais toute latitude pour réfléchir à nos aspirations– ce que nous voulons, et non ce que la société veut pour nous.

A quoi rêvons-nous vraiment ? Quelle vie voulons-nous mener, et auprès de qui ? Le couple est-il vraiment le Graal, et avoir des enfants rend t-il nécessairement heureux ? Faut-il obligatoirement être marié-e et avoir des enfants pour être une famille ? Pourquoi le travail devrait-il nous faire souffrir ? Pourquoi la vie devrait être une épreuve dont il faut sortir vainqueur, et non la recherche, égoïste diront certains, profondément humaine rétorqueront les autres, de ce qui nous fait du bien ?

Et si nous profitions de cette crise pour tout foutre en l’air, dézinguer l’ancien monde avec sa course mortifère à la productivité, son aliénation à des jobs inutiles, ses schémas fondés sur des logiques de domination, ses modèles rigides et prétendument inexorables, ses pressions à se conformer à une norme délétère ?

Dans une puissante lettre écrite pour France Inter, l’écrivaine Annie Ernaux, s’adressant directement au président de la République, plaidait pour l’avènement d’un nouveau monde :

« […] C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre ! Pas celui où les décideurs et financiers reprennent déjà sans pudeur l’antienne du « travailler plus », jusqu’à 60 heures par semaine. Nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un monde dont l’épidémie révèle les inégalités criantes, nombreux à vouloir au contraire un monde où les besoins essentiels, se nourrir sainement, se soigner, se loger, s’éduquer, se cultiver soient garantis à tous, un monde dont les solidarités actuelles montrent, justement, la possibilité. »

Ce monde-là, nous pouvons faire plus que le rêver.

Image

Comment le sacrifice des femmes profite aux hommes

71Lll4wGvRL._SX466_

Vous connaissez sans doute l’adage : « derrière chaque grand homme, il y a une femme ».
A première vue flatteuse, cette expression met pourtant en exergue une réalité peu amène : celle du sacrifice féminin.
Un sacrifice que l’on n’a eu de cesse de banaliser, voire romantiser, dans le but non avoué de le rendre désirable aux yeux des femmes.
Et pour cause : le renoncement féminin est l’un des piliers sur lesquels s’appuie le système patriarcal.

 

Les femmes de l’ombre

Dans la bande dessinée « I’m every woman », l’illustratrice Liv Stromquist fait la liste (non exhaustive) des « pires petits amis de l’histoire ». Parmi eux figure le réalisateur suédois Ingmar Bergman, qui a eu six épouses et neuf enfants. Chacune de ses compagnes était douée d’un talent artistique (elles étaient respectivement chorégraphe, pianiste, actrice…), mais la maternité les a condamnées à rester dans l’ombre de leur conjoint, qui pendant qu’elles s’occupaient des enfants avait toute latitude pour s’adonner à son art.

« Pendant que toutes ces femmes s’occupent des enfants d’Ingmar Bergman dans leurs maisons et appartements, Ingmar peut se consacrer à son travail« , écrit ainsi l’illustratrice.

0013

Nul besoin de s’appeler Ingmar Bergman pour bénéficier d’un tel privilège : le schéma de la femme qui sacrifie ses ambitions personnelles pour que son compagnon puisse réaliser les siennes est tout ce qu’il y a de plus classique.

C’est un fait : la plupart des « grands hommes », selon l’expression consacrée, ne peuvent conquérir le monde (ou partir en haute mer, ou écrire des livres, ou sauter d’un avion à un autre, ou peindre des tableaux, ou s’épuiser 12h par jour dans un travail qui leur permettra ensuite de monter dans la hiérarchie) qu’avec le soutien logistique et/ou émotionnel de leur compagne.

Ce soutien peut prendre différentes formes, qu’il s’agisse de prendre en charge l’intendance domestique (éducation des enfants, tâches ménagères et administratives…) (il est vrai que l’on conquiert plus facilement le monde quand on est repu et qu’on a des vêtements propres) ou de prendre une part active dans les réalisations du conjoint, contribuant ainsi à son succès tout en restant dans l’ombre.

Un exemple classique et bien connu est celui de la « femme de l’écrivain ».  Ainsi, l’épouse de l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, Mercedes, soutint financièrement leur famille pendant que ce dernier rédigeait son célèbre livre « Cent ans de solitude ». Lorsque le manuscrit fut rédigé, l’écrivain se rendit compte qu’il n’avait pas assez d’argent pour l’envoyer à un éditeur. Mercedes vendit alors plusieurs appareils ménagers pour permettre à son époux d’envoyer son manuscrit, et de devenir ensuite l’écrivain célèbre que l’on connaît.

Sophia, épouse de l’écrivain Léon Tolstoï, ne cessa quant à elle de soutenir son mari pendant toute sa carrière, jouant tour à tour les « manager, assistante personnelle, infirmière et éditrice ». Elle consacra sa vie à recopier et corriger les manuscrits de son époux – tout en élevant leurs 13 enfants, dont 4 morts en bas âge.

a82388983c8576ae0e7df1b689392b53
Sophia TolstoÏ

Qui a déjà entendu parler de Lee Miller ? Modèle et photographe de talent, l’histoire se souvient surtout d’elle comme la compagne, muse et assistante de Man Ray. Ses propres oeuvres ont été largement oubliées. Pourtant, de nombreuses photos prises à l’époque où le couple vivait à Paris et signées du nom de Man Ray, auraient en réalité été prises par Lee Miller…

Ce sont les femmes des « hommes d’affaires » et autres « capitaines d’industrie », toujours entre deux avions ; ce sont les épouses des artistes, qui sans calme ni silence ne pourraient créer ; ce sont aussi les premières dames, figures mythiques de ce qu’on appelle « la femme de l’ombre », qui consolent, soutiennent, conseillent et veillent sur leur puissant époux. Qui l’aident à se régénérer dans l’ombre, pour qu’il puisse mieux prendre la lumière.

Ce sont les femmes qui abandonnent leur carrière pour que leur conjoint puisse se consacrer pleinement à la sienne.

Ce sont les femmes qui encouragent, soutiennent, conseillent diverses oeuvres et lectures, se transforment en reines du shopping pour relooker leur époux, tapent lettres ou manuscrits à l’ordinateur, prennent les rendez-vous, s’occupent des enfants, gèrent l’intendance domestique, surveillent la santé, le repos et le régime alimentaire dudit époux, écoutent les plaintes et apaisent les blessures. Qui prodiguent ce qu’on a longtemps nommé « le repos du guerrier ». Qui « coachent » et dorlotent leur conjoint pour qu’il puisse recharger ses batteries dans le cocon intime et y puiser toute la force dont il a besoin dans son activité publique.

Ces femmes prennent une part active dans les réalisations de leur conjoint, mais elles ne reçoivent aucune gratification pour cela. Pourtant, peu d’hommes de pouvoir, de leur propre aveu, auraient pu réussir sans le soutien (émotionnel et/ou logistique) de leur compagne. Mais l’Histoire n’a que peu de considération pour celles qui, dans l’ombre, tirent vaillamment les ficelles.

Ainsi, le problème, c’est que les efforts et les talents de ces femmes ne leur profitent pas directement. Elles font offrande de leurs dons à une tierce personne ; elles acceptent tacitement que leur mémoire ne soit jamais célébrée. Pendant que leur conjoint bénéficie des soins qu’elles leur ont prodigué, prend la lumière et reçoit les éloges, elles restent confinées dans la case « femme de » dans laquelle on les a rangées.

En somme, elles vivent au travers d’un homme, à qui elles offrent leurs ambitions et leurs compétences. Elles restent dans l’ombre, dans le silence : leur nom, leurs talents et leur individualité ne seront jamais reconnus.

 

Le sacrifice comme destin

Le cliché sexiste veut que les femmes soient obsédées par le mariage. Mais en réalité, ce sont les hommes qui ont le plus à y gagner.

Des recherches ont en effet montré que les « bénéfices du mariage » (en termes de bonheur, de finances et de santé mentale) allaient tout particulièrement aux hommes. 

Les hommes mariés (note : l’étude a été menée sur une population américaine) sont ainsi en meilleure santé et vivent plus longtemps que les hommes célibataires. Plus un homme reste marié longtemps, plus son espérance de vie augmente. 

Par ailleurs, les hommes seuls se suicident deux fois plus que leurs homologues en couple et sont beaucoup plus exposés à la dépression et aux maladies mentales. Les femmes mariées, en revanche, ne sont pas mieux loties que les femmes célibataires sur le plan de la santé physique et mentale. Elles sont par ailleurs, en majorité, les initiatrices des divorces.

Ou comme écrivait le sociologue américain Jessie Bernard en 1982 dans « The future of marriage » : « Il n’est guère de résultat plus cohérent, plus net, plus convaincant que la supériorité parfois écrasante et toujours impressionnante des hommes mariés sur les hommes seuls dans la plupart des indices démographiques, psychologiques ou sociologiques. Malgré les innombrables plaisanteries et la longue liste de griefs que le mariage suscite chez les hommes, il est le plus grand bienfait qui puisse leur être accordé ».

En effet, dans la mesure où ce sont en grande majorité les femmes qui s’occupent des tâches ménagères et administratives et de l’éducation des enfants (charge mentale je crie ton nom), le mariage ou tout simplement la mise en couple est souvent une aubaine pour les hommes. Libérés des tracas administratifs et de l’intendance du quotidien, tout en étant soutenus émotionnellement, ils ont ainsi toute latitude pour se consacrer à leurs projets.

C’est une évidence : il est plus facile de se lancer dans la politique, l’art ou les affaires quand on est délesté des basses contraintes du quotidien (mine de rien, préparer ses repas, repasser ses chemises, nettoyer régulièrement la baignoire et s’occuper d’éventuels enfants prend du temps) et que l’on peut se permettre de passer de nombreuses nuits loin de chez soi. Quoi de mieux, alors, que de valoriser – ou a minima légitimer – la « nature sacrificielle » de « la femme » ? Les grandes religions monothéistes en ont fait leur cheval de bataille, au travers de textes exaltant le dévouement et l’abnégation féminines. Et la société a suivi.

D’un point de vue structurel, le système patriarcal (en tant que système dans lequel les hommes se partagent le pouvoir) se maintient ainsi sans heurts. Mieux encore, il se maintient avec le consentement de celles qu’il oppresse. Pratique, non ?

Mais pour les femmes, ce sacrifice a un coût. Carrières avortées, difficultés financières, retraites tronquées (en 2017, tous régimes confondus, les pensions des femmes étaient 30% inférieures à celles des hommes, un écart qui grimpe à 42% si on retranche les pensions de réversion versées en cas de décès de leurs maris), mais aussi fatigue, rancoeur, frustration… On connaît tous l’archétype du couple composé d’un homme « qui fait carrière » et d’une femme qui le suit dans ses aventures, au mépris de ses propres désirs et ambitions, ce qui résulte bien souvent en un ressentiment latent.

Pourquoi, alors, les femmes continuent-elles largement à se sacrifier ? Rappelons qu’en France, plus d’une mère sur deux d’enfants de moins de huit ans s’est arrêtée de travailler après la naissance de ses enfants ou a réduit temporairement son temps de travail, c’est-à-dire au moins un mois au-delà de son congé de maternité. Seulement 12 % des pères ont modifié leur temps d’activité au-delà de leur congé de paternité… Enfin, parmi les cinq millions d’emplois à temps partiel, 76% sont occupés par des femmes, qui espèrent ainsi mieux concilier vie de famille et vie professionnelle. Personne n’attend d’un nouveau père qu’il freine ou arrête son activité pour s’occuper de son enfant : en revanche, cette attente pèse lourd sur les femmes.

Il ne faut pas sous-estimer le poids des attentes et des normes sociales, qui diffèrent fortement selon le genre. Une femme avec enfants qui travaille 50h par semaine est une « carriériste » qui apportera misère et infortune à son foyer, mais un homme dans la même situation est un héros qui bosse dur pour le bien de sa famille. Par ailleurs, inégalités salariales et division sexuelle du travail obligent, les femmes sont souvent moins rémunérées que leur conjoint – ou n’ont tout simplement pas les mêmes perspectives de carrière. Le « choix » (qui, on l’aura compris, n’en est pas un) est donc vite fait lorsqu’il s’agit de réorganiser la cellule familiale…

Par ailleurs, on l’a évoqué plus haut, le sacrifice féminin est encore et toujours valorisé – quoique cela tend peu à peu à changer. En tout état de cause, le travail de care échoit encore majoritairement aux femmes qui ont appris depuis leur plus jeune âge à être « serviables » et à se soucier des autres. Nous offrons aux petites filles des poupons à cajoler et des aspirateurs miniatures, qui les préparent lentement mais sûrement à un destin domestique où l’ambition professionnelle est vue comme l’apanage de l’autre : le mari, le conjoint, le partenaire.

Nous apprenons aux femmes à préférer l’ombre à la lumière, à voir dans l’effacement et le sacrifice une preuve d’amour ou de respectabilité, à modérer leurs ambitions ou tout simplement à transcender celles-ci au travers de la vie des autres (leur conjoint, leurs enfants…). Le problème, c’est qu’en faisant cela, elles restent des citoyennes de seconde zone : elles ne se réalisent pas, ne s’émancipent que partiellement. Coincées dans une zone intermédiaire, elles ne disposent pas d’existence autonome. Et pendant ce temps-là, les hommes triomphent… sur le dos de la résignation féminine.

Qui sait ce que les femmes auraient accompli au cours de l’Histoire si les rôles avaient été inversés ? Ou si, à tout le moins, elles avaient aussi bénéficié de ce soutien émotionnel, psychologique et matériel qu’elles ont toujours prodigué aux hommes ?

 

Peut-être, alors, pourrait-on rappeler à nos amies, nos sœurs et nos filles que le sacrifice n’est en rien désirable lorsqu’il est unilatéral ; que dans le cadre du couple, il peut être nécessaire de faire des concessions parfois, à condition qu’elles soient réciproques et ne lèsent personne sur le long-terme.

Leur rappeler qu’elles sont des êtres pleins et entiers, et qu’elles méritent de se réaliser. Mais aussi et surtout, et c’est toute la difficulté dans un monde de plus en plus précaire, qu’il est nécessaire pour les femmes d’avoir cette « chambre à soi » dont parlait l’écrivaine Virginia Woolf dans son livre éponyme: c’est à dire de disposer, dans la limite du possible, de temps, d’argent et de projets personnels qui leur permettent de se réaliser en tant qu’individus.