Image

Les finances d’une féministe : cachez cet argent que je ne saurais voir

thought-catalog-Xeo_7HSwYsA-unsplash

 

Aujourd’hui je laisse ma plume à Juliette, une lectrice du blog, pour un article passionnant sur l’importance (trop souvent tue) de l’égalité économique entre les femmes et les hommes, et la nécessité de dépasser, enfin, le tabou de l’argent. 

Réflexions sur le tabou de l’argent dans les sphères féministes

 

S’il est a priori une seule personne dont nous serons responsables tout au long de notre vie, il s’agit de nous-même. C’est pourquoi l’indépendance financière revêt tant d’importance. Il n’est évidemment pas blâmable de se trouver temporairement à la charge d’une tierce personne à l’âge adulte, comme par exemple à la suite d’une maladie, mais ce genre de cas doit rester aussi exceptionnel que possible, par souci d’autonomie financière, sans laquelle la sécurité personnelle peut se retrouver fortement compromise.

Grâce aux combats féministes de la 1ère vague, notre statut est désormais celui d’un être humain à part entière. Finie l’éternelle dépendance au père ou au mari. La femme n’est plus cette éternelle mineure que seul le veuvage peut éventuellement libérer délivrer. Les droits de travailler, de recevoir un salaire ou d’ouvrir un compte en banque ont contribué à l’affranchissement des femmes au moins autant que l’accès à la contraception et à l’avortement.

Ainsi, à notre époque, en France, la plupart des femmes travaillent et gagnent un revenu. Cependant, lorsqu’on étudie les niveaux de vie, de salaire et de retraite chez les femmes, on constate qu’ils sont très inférieurs en moyenne à ceux des hommes de même génération et au statut social comparable. Quid de cette différence ?

Le mythe de la femme frivole, superficielle, véritable panier percé qui ne vit que pour sa virée shopping du samedi ou ses frénésies d’achat sur ASOS n’est que cela : un mythe. La taxe rose ne saurait non plus expliquer à elle seule pourquoi les femmes disposent de moins d’argent pour leurs loisirs et la construction d’un patrimoine que les hommes. En réalité, les causes de cette inégalité financière sont multi-factorielles, profondes, et systémiques. 

Le féminisme de la 1ère vague est mort, vive le féminisme ! Ainsi, celui d’aujourd’hui ne se voudrait non plus « bourgeois », mais davantage en accord avec les préoccupations des classes non dominantes. Serait-ce pour cette raison que l’argent est un sujet tabou non seulement pour la plupart des femmes, mais aussi dans les sphères féministes mainstream ?

Vous trouverez dans n’importe quel média féministe des articles sur l’épilation et le maquillage (« pour ou contre ? »), la mode (« portez ce que vous voulez ») et le sexe (« faites ce que vous voulez, avec qui vous voulez »). Cette réappropriation du corps et de la sexualité n’est en soi pas une mauvaise chose, qu’elle passe par le rejet ou au contraire la réappropriation des normes patriarcales (oui, je l’ai dit, c’est OK de se maquiller, deal with it). En soi, chaque femme devrait être libre de faire ce qui la rend heureuse, tant que cela ne nuit pas à autrui, non ?

Mais aussi intéressante et importante que soit cette émancipation par le rouge à lèvre mat, le mollet velu et les pratiques sexuelles plus ou moins subversives, sans indépendance financière, il me semble que la fête pourrait être de plus courte durée que prévu.

Qu’on le veuille ou non, Madonna avait raison quand elle chantait « we are living in a material world ». L’argent est le nerf de la guerre. Il est vecteur de pouvoir. « Pouvoir » n’est pas un gros mot, même si l’on conditionne les femmes dès l’enfance à le craindre et à le rejeter, du moins à ne pas trop en vouloir. En réalité, le pouvoir, c’est simplement le fait de disposer de plus d’options et davantage de marge de manœuvre. Si vous n’avez pas de pouvoir sur vous-même et les choix qui concernent les éléments les plus ordinaires et terre à terre de votre existence, c’est très grave, parce que cela ne signifie pas qu’ils ont disparu, mais que c’est quelqu’un d’autre qui détient ce pouvoir. Or, nous parlons ici de choix et de pouvoir sur des choses pouvant avoir impact très fort sur votre existence toute entière, sur votre santé, votre intégrité, votre vie même. Cela renvoie au problème de la dépendance évoqué plus haut et des risques qui y sont liés. 

Retenez-le une fois pour toutes : l’argent n’est pas sale. Il n’est ni une mauvaise ni une bonne chose en soi, l’argent est neutre par essence. C’est simplement l’un des rouages qui permet à la société de fonctionner, que cela vous plaise ou non. Tout dans notre société est basé sur l’argent. Et jusqu’à preuve du contraire, il est impossible de faire comme si de rien n’était car vous ne survivrez pas longtemps en habitant dans une boîte en carton, à vous nourrir d’air plus ou moins pollué et d’eau de pluie. En clair, l’argent joue un rôle majeur dans votre vie, et ce, du début jusqu’à la fin. Votre vie peut être sauvée ou au contraire écourtée grâce ou à cause de vos finances personnelles. Votre qualité de vie et par extension votre bonheur sont indissociables de votre solvabilité et de votre capacité à disposer d’un revenu sinon confortable, au moins suffisant. L’argent que l’on vilipende si facilement en France comme s’il s’agissait d’une quelconque saison des « Marseillais » vous permet de payer votre loyer ou le crédit de votre maison. Vous mangez car vous avez pu payer vos courses en espèces sonnantes et trébuchantes ou grâce au sans contact de votre carte bancaire. Vous ne mourrez pas de froid cet hiver parce que vous vous êtes acheté des vêtements chauds et que vous avez les moyens de régler la facture de votre fournisseur d’énergie.

Complément d’éducation, santé, retraite et plus généralement sécurité quotidienne : je suis la première à la déplorer, mais toutes ces choses si indispensables ne sont pas gratuites ; pour certaines d’entre elles, j’ajouterais même qu’elles s’achètent à prix d’or. Nous vivons dans un système qui contribue effectivement à quelques-unes de ces dépenses. Cependant, il me semble bien naïf et très imprudent de ne compter que sur l’Etat Providence. Nos dirigeants ont déjà prouvé leur désengagement envers la sécurité sociale et le domaine de la santé publique en général, envers l’éducation ou l’ordre public. Et la tendance ne montre pas une amélioration de la situation dans le futur, bien au contraire. 

mirza-babic-eYZpTMc7hno-unsplash

Dans le couple hétérosexuel, les femmes sont dans l’écrasante majorité des cas celles qui mettent leur carrière entre parenthèses lorsqu’un ou plusieurs enfants viennent au monde. Si elles ne le font pas de leur plein gré, c’est la société et l’entreprise pour laquelle elles travaillent qui se chargeront de faire stagner la carrière de la nouvelle mère. De nombreuses études ont montré qu’à diplôme égal, la carrière d’une femme cesse de progresser dès lors qu’elle devient mère, alors qu’un homme dans la même situation a plus de chances de voir sa carrière évoluer. En outre, les femmes sont souvent moins payées que leur conjoint, ou elles exercent un métier dit « féminin ». Sans surprise, ces carrières toutes tracées se déroulent dans des secteurs peu valorisés. Cela se répercute non seulement sur la fiche de paie mais se traduit aussi par le fait qu’au sein du couple, leur emploi sera considéré comme moins important que celui du conjoint. En cas de divorce, c’est bien souvent la femme qui se retrouve lésée, avec une perte de revenu et de niveau de vie, parfois avec encore des enfants à charge. Les pensions alimentaires ne sont pas toujours versées. En cas de remariage du père, la jurisprudence montre que les juges ont tendance à privilégier la nouvelle famille au détriment de l’ancienne. Les hommes, eux, voient leur niveau de vie augmenter en cas de séparation d’avec la mère de leurs enfants. A l’heure de la retraite, les femmes touchent en moyenne 40% de moins que les hommes. Cela s’explique non seulement par la différence de salaires, mais également par les retards et stagnations de carrières dues à la maternité. De plus, les femmes sont surreprésentées parmi les victimes de violences économiques. Ces dernières sont définies à l’article 1143 du Code civil, qui dispose qu’il s’agit d’un abus d’une partie envers une autre lorsque la première se sert de l’état de dépendance de la seconde afin de lui faire accepter des conditions qu’elle n’aurait pas acceptées autrement. Par souci de clarté, voici quelques exemples : 

◊ Dissimulation d’informations importantes sur la situation financière familiale ;

◊  Souscription d’un crédit par l’homme, au nom de la femme ;

◊  Demande à la conjointe de réduire son temps de travail (et donc le salaire allant avec, ainsi que les chances de développement de carrière et d’augmentation de revenus) ;

◊ Les actifs du couple sont inscrits uniquement au nom d’un seul conjoint. 

Cette liste pourrait continuer sur des dizaines, voire des centaines de lignes. Les violences économiques sapent l’autonomie de la victime, qui devient dépendante de son conjoint. Elle se retrouve piégée, incapable de quitter le foyer si nécessaire, et contrainte de subir des situations auxquelles elle n’aurait pas consenti autrement.

 

*

Que faire ? Dans un monde idéal, nous aurions des congés parentaux de longueur et de rémunération égale, quel que soit le parent qui choisirait de s’arrêter. D’ailleurs, les salaires des hommes et des femmes seraient effectivement égaux à diplômes égaux. Le plafond de verre n’existerait pas, ce qui ferait que les postes les plus rémunérateurs ne seraient plus occupés en majorité par les hommes, au détriment des femmes. Quitte à rêver, dans une utopie, chacun-e jouirait dès la naissance d’une indépendance financière et matérielle inaliénable, grâce à des mesures comme l’attribution systématique d’un logement, l’accession généralisée et encouragée à la propriété foncière, ou un revenu universel permettant à tous et toutes de vivre dignement et décemment quelle que soit sa situation personnelle et son statut marital.

Le problème est que nous ne vivons pas dans ce monde. Si nous pouvons continuer à lutter pour l’égalité des sexes en matière d’opportunités d’accès aux ressources financières, il nous faut rester réalistes et garder à l’esprit que Rome ne s’est pas construite en un jour. Or, en attendant que les générations futures réussissent à instaurer une égalité réelle entre les sexes, des personnes sont ou seront en difficulté ; ce ne sont pas de chiffres, de statistiques, mais bien d’êtres humains dont il s’agit. Si l’on veut les sauver, on n’a pas le temps d’attendre la fin du patriarcat. 

Le point commun entre pratiquement toutes ces personnes est qu’elles ont rarement reçu une éducation financière. L’école telle qu’on la connaît est plus prompte à enseigner le théorème de Thalès (très utile au quotidien) (non) que la gestion d’un budget personnel ou d’un foyer. Certaines familles, généralement issues des classes bourgeoises, possèdent d’excellentes connaissances en matière de gestion financière et les transmettent à leurs enfants, mais hélas, plus systématiquement à leurs fils qu’à leurs filles.

Du fait de l’éducation genrée, celle-là même qui transcende toutes les classes sociales, les femmes sont généralement tenues à l’écart des questions d’argent. On ne les pousse pas aussi souvent que leurs frères à poursuivre des études menant à des emplois lucratifs, même si ce point tend à changer. Plus globalement, on les conditionne dès le plus jeune âge à compter (haha) sur un homme pour gérer les finances d’un foyer. Enfin, dans la plupart des milieux, on leur assène que « l’argent ne fait pas le bonheur » et que faire du revenu un des critères de sélection dans le choix d’un partenaire est digne de la pire créature que la Terre ait jamais porté (pas le coronavirus, l’autre : la femme vénale).

En résumé : ne t’instruis pas trop. Ne fais pas de carrière brillante et rémunératrice mais travaille un peu quand même sinon tu es une paresseuse. Et surtout, fie toi à ton Prince Charmant pour ce qui est de l’argent, mais attention, sauras-tu éviter ce piège ? Seules les profiteuses discriminent à la solvabilité : une vraie lafâme, elle, aime son homme dans la richesse et dans la pauvreté.

Fuck l’amour beau et pur et déconnecté de toute réalité matérielle. Fuck l’indulgence et la complaisance envers les violences économiques, et le confort de vie sacrifié des femmes divorcées, des mères célibataires et de leurs enfants. Et fuck également le bon ton de ne pas trop regarder aux finances d’un homme avant de s’engager avec lui! Soyez exigeantes, soyez prévoyantes. Et pour cela, instruisez-vous et construisez vous-même votre indépendance.

 

I – Le savoir, c’est le pouvoir 

10 conseils pour optimiser ses finances (et protéger son indépendance)

1)Ne laissez pas dormir votre argent

Si vous avez un « excédent » d’argent (par rapport à ce dont vous avez besoin pour couvrir vos dépenses mensuelles), ne le laissez surtout pas dormir sur votre compte-courant. Non seulement il ne vous rapporte rien, mais le risque est également de tout perdre en cas de vol ou de fraude bancaire. Placez le plutôt sur un compte rémunéré, sachant que les PEL et autres Livret A ne rapportent quasiment plus rien. Un bon compromis est d’ouvrir une assurance-vie, plus rémunératrice. Attention : les fonds « débloqués » avant une période de 8 ans sont soumis à une taxation plus élevée.

Il est tout à fait possible d’ouvrir plusieurs comptes, par exemple un livret A où l’on dépose des fonds qui ont vocation à être disponibles tout de suite, et une assurance-vie où l’on dépose l’argent qu’on veut faire fructifier sur le long-terme. A noter que certains produits d’épargne, comme les assurances-vie, sont beaucoup plus intéressants dans les banques en ligne. Leur ouverture est en plus très aisée.

Enfin, si vous travaillez dans une grande entreprise, n’hésitez pas à regarder du côté des plans épargne groupe, souvent rémunérateurs. Et pourquoi ne pas ouvrir un Plan épargne en actions (PEA) ? Stop aux idées reçues : investir en bourse est accessible à tout le monde, et en plus, les performances obtenues par les femmes sont supérieures à celles des hommes

2) Eduquez-vous

Oui, pas facile quand les magazines féminins type Femme Actuelle et Cosmopolitan publient plus d’articles sur « comment épiler ses aisselles » que « comment gérer ses finances ». Mais n’hésitez pas à aller voir du côté des médias dits « masculins » ! (C’est malheureusement là où l’on parle gros sous). A ce titre, le fil Reddit consacré au budget et aux finances est une petite mine d’or.

Vous pouvez aussi consulter des sites (ou leur version papier) comme Capital, Challenges ou Le Revenu.

Enfin, si vous parlez anglais, n’hésitez pas à aller voir du côté des médias féminins américains, beaucoup plus détendus – et décomplexés – sur le sujet de l’argent. Refinery 29 est une très bonne ressource. 

3) N’écoutez pas votre banquier/votre banquière

Vous pensiez qu’il ou elle vous voulait du bien (ou au moins le bien de vos finances) ? Détrompez-vous. Les banquiers ne sont ni neutres ni désintéressés : ils doivent avant tout remplir des objectifs de vente. Faites plutôt vos recherches par vous-mêmes, et rappelez-vous que votre conseiller.e n’agit pas pour votre intérêt propre, mais pour celui de sa banque. Spéciale dédicace à cette conseillère de la Caisse d’Epargne qui a réussi à refourguer une assurance décès à mon frère alors âgé de 20 ans…

4) Economisez régulièrement

Bien évidemment, tout le monde ne peut pas le faire. Mais si votre budget vous permet de mettre un peu d’argent de côté, faites-en une priorité. Mettez en place un virement automatique tous les mois, de votre compte-courant au compte épargne de votre choix. Aucun montant n’est trop petit, d’autant que la régularité et les intérêts finissent par (littéralement) payer.

5) Surveillez votre budget

Merci, Captain Obvious ! me direz-vous. Mais lorsqu’on analyse ses comptes de manière précise, on se rend parfois compte qu’il est possible de réduire certaines dépenses. Avez-vous vraiment besoin d’aller chez Starbucks 2 fois par semaine ? D’acheter autant de produits tout faits au supermarché – beaucoup plus chers que les produits frais ? De dépenser autant d’argent chez H&M ? De continuer à souscrire cet abonnement pour une obscure plateforme de vidéos que vous n’utilisez qu’une fois par mois ? Bref, vous voyez l’idée : il y a toujours des moyens de faire des économies.

6) Optimisez votre budget avec des outils dédiés

Il existe de nombreux outils et applications pour vous aider à optimiser votre budget. Profitez-en ! Par exemple, prenez l’habitude de passer par Igraal ou EbuyClub lorsque vous faites des achats en ligne : vous récupérez ensuite un pourcentage du montant de vos achats. C’est particulièrement intéressant pour les gros achats type électroménager.

Pensez aussi à utiliser des applications d’épargne comme Birdycent, qui propose un système d’épargne automatique grâce à l’arrondi, ou Cashbee, qui vous permet de mettre facilement de l’argent de côté sur un compte rémunéré (2% les deux premiers mois, 0,6% ensuite). 

7) Ne pensez pas que les finances ne sont pas de votre ressort

Si vous vivez en couple, la tentation peut être grande de déléguer la question des finances à votre conjoint-e. Mais vous pourriez payer cher (de manière littérale) ce gain de confort en cas de séparation. Sans mettre le nez dans les comptes tous les matins, efforcez-vous de vous tenir régulièrement au courant des finances du foyer (si celles-ci sont communes). Le mot « finances » fait peur, peut-être encore plus que le mot « argent », car il a une connotation austère. Apprenez à ne plus le craindre et à voir vos finances pour ce qu’elles sont : un moyen de vivre, tout simplement.

8) Gardez un compte personnel

Ne mettez JAMAIS tout votre argent sur le compte commun que vous détenez avec votre conjoint-e. Sans argent propre, vous n’avez ni autonomie ni pouvoir. Gardez toujours un compte bancaire à votre nom.

9) Attention à la taxe rose

Par « taxe rose », je n’entends pas seulement la différence de prix entre les « produits pour femmes » et les « produits pour hommes » (vous savez, quand le pack de rasoirs roses coûte 50% plus cher que le pack de rasoirs gris). Je veux aussi parler de tous les produits inutiles que nous sommes, nous femmes, incitées à acheter à longueur de journée. Crèmes hydratantes pour les coudes, tisanes minceur à la poudre de perlimpinpin, 34e paire de chaussures à talons, sérums anti-rides infusés à la chair de baleine, gels anti-capitons… Il y a de grandes chances pour que vous n’ayez pas besoin de ces produits. Résister aux sirènes du marketing n’est pas facile, mais gardez en tête que l’industrie de la beauté ne veut pas votre bien… mais juste votre argent.

10) Apprenez à négocier

A diplôme et compétences strictement égales, les femmes touchent environ 10% de moins que les hommes. C’est pourquoi il est important de négocier son salaire. Ne vous lancez jamais dans une négociation sans avoir étudié les salaires de votre branche. Lorsque vous abordez le sujet, parlez en termes de fourchette : le bas de la fourchette est le montant minimum que vous accepteriez, et le haut de la fourchette votre montant idéal. Vous pouvez aussi négocier votre rémunération mensuelle – et non annuelle, comme le veut la tradition : par un tour de passe-passe psychologique, des chiffres moins élevés peuvent en effet influencer positivement votre interlocuteur… 

fabian-blank-pElSkGRA2NU-unsplash (1)

 

2- La Communauté de l’anneau

Si vous devez un jour vous marier, il est de votre responsabilité d’assurer vos arrières afin d’éviter que cette union ne se transforme en noces funèbres.

Il est une option que je dois vous déconseiller absolument : c’est le régime de la communauté réduite aux acquêts (dit aussi régime de la communauté des biens). Même si les biens acquis avant le mariage vous appartiendront en propre, des ennuis apparaîtront tout de même en cas de divorce et vous pouvez vous retrouver lésée d’énormes sommes d’argent. Il se peut également que vous vous retrouviez contrainte de rembourser des dettes contractées par votre (ex) époux, puisque sous ce régime, les époux sont tenus solidairement au remboursement des créances.

Je ne peux que vous conseiller de consulter un juriste spécialisé dans le droit de la famille afin de bien connaître vos options en matière de contrat de mariage. Utilisez le droit afin de protéger vos intérêts. Ils passent avant tout. Il me semble important de souligner que si votre fiancé exprime sa désapprobation quant à ce projet, voire tente de vous forcer la main afin de mettre tous vos biens en commun, cela constitue un bon indicateur de qui il est vraiment. Un homme qui tient à vous et vous aime réellement voudra toujours ce qui est le meilleur pour vous. Il voudra que vous vous sentiez en sécurité, et que vous soyez réellement à l’abri. Une personne qui tenterait de s’opposer à votre volonté de conserver une certaine indépendance ainsi qu’une sécurité en cas de séparation pourrait ainsi ne pas être animée des meilleures intentions. La société est prompte à pointer du doigt les « femmes vénales » qui « épousent un porte-monnaie », les fameuses « michto » et autres veuves noires tout droit sorties de films hollywoodiens. A contrario, bien que les hommes qui profitent de leur conjointe financièrement et les exploitent sans vergogne sont légion, il n’existe étrangement pas de terme équivalent ni aussi dégradant et déshumanisant pour les désigner. Le fait qu’on ne parle pas de ces tristes personnages ne signifie pas qu’ils n’existent pas. Fuyez ceux que vous démasquez car ils ruineront votre vie, dans tous les sens du terme.

3 – Secret (money) Story

Beaucoup d’hommes ont une fâcheuse tendance à cacher leurs richesses afin de niquer le fisc verser la pension la moins élevée possible à leur future ex-épouse en cas de divorce ultérieur. Ils n’ont jamais de pitié pour nous : pourquoi devrions-nous avoir pitié d’eux ? Rendez-vous ce service : ayez pitié de vous-même et de vos éventuels enfants. Si guerre des sexes et guerre économique il y a, nous n’en sommes certainement pas les instigatrices, et nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour tirer notre épingle du jeu du patriarcat.

Ainsi, en plus de tous les conseils délivrés précédemment dans ce post, je conseille à toutes les femmes, même aux héritières d’une famille très riche ou à celles qui font leur vie aux côtés d’un multi-millionnaire, d’avoir toujours au moins un compte en banque top secret contenant une somme d’argent suffisante pour parer aux besoins les plus urgents en cas de problème, le mot-clé étant « secret ». Personne d’autre que vous ne doit connaître son existence. Cette réserve est un fond d’urgence en cas d’événement grave vous affectant vous et vous uniquement. Vous l’alimentez mais ne puisez jamais dedans. Vous l’entamez si et seulement si une catastrophe vous frappe et / ou que vous avez besoin de prendre la tangente. Cet argent servira à vous aider -ainsi que vos éventuels enfants à charge. Il n’est PAS là pour votre conjoint, ni pour vos autres proches. Je sais que le conditionnement des femmes de penser aux autres avant de penser à soi-même est bien ancré, et que cette idée peut faire tiquer nombre d’entre vous, mais c’est de bonne guerre. Ce compte en banque secret n’est pas une violence économique que vous perpétrez envers votre conjoint : c’est une soupape de sécurité.

Nous vivons dans une société où les femmes constituent 90% des victimes de violences conjugales et sexistes, et l’Etat est totalement défaillant dans la prévention et la répression des féminicides. Considérez ce fonds comme une assurance privée ultra-discrète. De toute façon, vous n’avez rien volé, vous ne privez pas votre foyer de cet argent, c’est le vôtre, vous l’avez gagné. Ce que vous en faites ne regarde personne. Vous ne pouvez pas savoir ce que l’avenir vous réserve, et mieux vaut prévenir que guérir. S’il s’avère que finalement ce fonds d’urgence vous est inutile, alors tant mieux, c’est que votre vie aura été relativement épargnée par nombre de troubles majeurs. Mais mieux vaut avoir cet argent et ne pas en avoir besoin, qu’avoir besoin de l’argent sans l’avoir.

Juliette. 

A lire également : un article éclairant sur les inégalités de patrimoine