Image

Pourquoi les hommes ne s’occupent-ils toujours pas des tâches ménagères ?

hommes-menage

Au début du confinement, tous les espoirs étaient permis. Les hommes, enfermés dans cette sphère domestique à laquelle ils échappent d’habitude, allaient enfin se rendre compte de la charge de travail que représente la gestion d’un foyer. Ils allaient voir que les repas ne se cuisinent pas tous seuls, que les frigos ne se remplissent pas par eux-mêmes, que les toilettes ne sont pas récurées par un lutin magique, que les enfants sont des êtres exigeants qui doivent être maintenus en vie, etc, etc. Les hommes, tout autant confinés que les femmes, n’allaient plus avoir d’excuses pour ne pas lever le petit doigt chez eux. Plus de « mais je rentre tard, moi ! » Plus de présentéisme opportun, plus de réunions à rallonge, plus de virées entre potes au café du coin.

Las : la révolution ne semble pas avoir eu lieu. De nombreuses femmes rapportent, au contraire, se sentir plus débordées que jamais, et avoir une charge mentale de la taille d’un stade de foot.

Une enquête Harris Interactive destinée à mesurer l’impact du confinement sur les inégalités a même révélé que « 54% des femmes consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35% des hommes ». 63% des femmes interrogées rapportent par ailleurs être celles qui « préparent le plus souvent les repas », et elles sont 56% à estimer passer plus de temps sur l’aide aux devoirs.

Et à côté de ça, aux Etats-Unis, le monde de la recherche voit ses membres masculins soumettre 50% de publications en plus que d’ordinaire, comme s’ils bénéficiaient soudain d’un excès de temps libre.

« J’ai l’impression de vivre la vie d’une femme au foyer des années 1950, entièrement dévouée et dédiée à la maison et aux enfants », rapporte Carole, 38 ans, dans un article publié sur Madame Figaro.

Les femmes interrogées par les médias sont nombreuses à partager ce ressenti : l’impression de crouler sous les tâches domestiques, de voir leur profession passer au second plan, et plus globalement de ne plus avoir une minute à elles – alors même que le temps devrait, en cette période inédite, revenir enfin en leur possession.

*

Depuis trente ans, les chiffres en matière d’inégalités domestiques ne bougent pas. Les femmes réalisent toujours 72% des tâches domestiques et 65% des tâches parentales. En onze ans, le temps moyen consacré par les femmes aux tâches ménagères a baissé de 22 minutes (il est passé de 3h48 en 1999 à 3h26 en 2010), alors que celui des hommes n’a augmenté que d’une minute, passant de 1h59 à 2h.

Et c’est là que se pose la question. LA grande question.

Mais que foutent les hommes ? (OK, j’attrape mes pincettes : la majorité des hommes). Comment se fait-il qu’ils ne prennent toujours pas leur part, même lorsqu’ils passent leurs journées à la maison ? Comment peut-on expliquer le fait que, même retranchés chez eux, ils continuent à dédaigner des tâches domestiques et éducatives qui leur reviennent pourtant de manière égale ?

Face à ce térébrant mystère, voici quelques éléments de réponse. 

I – Nous n’éduquons pas les hommes aux tâches domestiques

Depuis des siècles, il a été décidé que la sphère domestique serait le royaume des femmes. Celles-ci ont été assignées aux tâches ménagères et au soin des enfants, sous la justification bien commode que c’est « dans leurs gènes ». Leurs compétences ainsi naturalisées, il n’est guère étonnant qu’elles se retrouvent assignées d’office aux tâches domestiques au moment de la mise en couple. Des siècles de conditionnement patriarcal nous contemplent…

A l’opposé, les hommes grandissent dans l’idée que leur « place » ne se trouve pas à l’intérieur du foyer, mais à l’extérieur. Le travail, l’esprit, l’aventure, voilà qui est leur domaine – ce à quoi ils sont voués. Bien joué les gars, il est vrai que la sphère publique est un peu plus excitante que la salle à manger ! Le foyer familial est le lieu de reproduction de cette division sociale. Quand on grandit dans un environnement dit « traditionnel » – papa au boulot, maman aux fourneaux – comment ne pas reproduire ensuite le même schéma ? Comment élargir une vision de l’ordre social qui a été cultivée dès la prime enfance ? 

Et d’ailleurs… pourquoi décideraient-ils de changer les choses ? 

Cette attitude n’est finalement que pragmatique. Personne n’aurait idée de remettre en cause un système qui lui confère de confortables prérogatives. Certes, les hommes n’ont pas été éduqués à prendre en charge l’intendance domestique et se retrouvent donc dépourvus des compétences attenantes (1). Mais qu’importe, puisqu’il est attendu que leur compagne s’en chargera à leur place ?

Je ne pense pas que les hommes démissionnaires ne fassent pas exprès, ne se rendent pas compte, ni qu’ils soient, au fond, de bonne volonté. Je pense, au contraire, qu’ils ont parfaitement conscience de la charge qu’ils représentent pour leur conjointe. A moins d’être complètement aveugle, il est facile de voir quand un partage des tâches est inégalitaire – ou qu’il n’y a pas de partage du tout.

La question est : pourquoi modifieraient-ils leur comportement, puisque personne n’attend d’efforts de leur part ? Pourquoi abandonneraient-ils leurs privilèges, quand les femmes de leur vie acceptent – même à contrecœur – de les pérenniser ?

J’ai longtemps été un homme démissionnaire, ce qui fait que je les comprends d’autant mieux. J’ai en effet été éduquée à ne rien faire. Jusqu’à mes 18 ans, âge où j’ai quitté le foyer familial, je ne savais pas me nourrir seule. Je n’avais jamais touché ni machine à laver, ni balai, ni serpillière : la sphère domestique était pour moi une terre inconnue.

répartition-inegale-des-taches
Moi, fut un temps.

 

J’ai tout appris par moi-même. Ce fut long, et fastidieux.

Et si je n’aime toujours pas faire le ménage, j’en suis désormais au point où je cuisine mon propre granola – une magnifique progression, incontestablement.

Mais aurais-je eu la volonté d’acquérir ces compétences si j’avais su que, un jour, quelqu’un se chargerait de cuisiner, balayer, nettoyer, ranger, organiser pour moi ? Si je m’étais dit que cette période n’était que transitoire, jusqu’à ce que je puisse de nouveau mettre les pieds sous la table… ?

(1) Oui, ce sont bien des compétences qui s’acquièrent au fil d’un apprentissage plus ou moins long : personne ne naît avec le gène des courses, de l’aspirateur et du récurage de chiottes.

II- On accepte qu’ils soient des boulets

On connaît toutes et tous le cliché de l’emmanché incapable de faire cuire des pâtes sans mettre le feu à son lotissement, et de laver son gamin sans le noyer dans la baignoire.

C’est un ressort comique usé jusqu’à la corde, que la culture populaire continue pourtant d’exploiter ad nauseam – récemment, nous avons eu droit au film « 10 jours sans maman », dans lequel un DRH campé par Frank Dubosc se retrouve à gérer sa maison et ses quatre enfants pendant 10 jours (terrible – rendez-vous compte !). Capable de mener sa carrière d’une main de maître mais pas de laver ses slips, le pauvre se retrouve démuni devant l’ampleur de la tâche à accomplir. C’est qu’il n’a jamais eu à lever le petit doigt dans son foyer ! Là où une femme aussi incompétente se ferait immoler sur la place publique (monstre ! égoïste ! sorcière !), le papa abruti n’inspire qu’une tendresse amusée. La preuve : on en fait des films – supposément – comiques.

Les hommes bénéficient d’une incroyable indulgence de la société quand il est question de responsabilités domestiques. Certes, ils subissent un autre type de pression, dont il n’est pas question de nier le caractère délétère : ils sont en effet enjoints à jouer les mâles alpha, à surenchérir une virilité surannée qui s’accomplit dans le travail et les gros sous, et à étouffer leur vulnérabilité. Mais là où les hommes sont « uniquement » sommés de travailler, les femmes doivent travailler et faire tourner le foyer et s’occuper des enfants – c’est la fameuse « double journée ». Des injonctions multiples et un empilement des responsabilités qui les mènent parfois droit au burn-out. 

Là encore, pourquoi les hommes décideraient-ils d’endosser leurs responsabilités domestiques quand leur incompétence dans ce domaine est non seulement acceptée, mais aussi encouragée ? Pire encore : quand le travail invisible et gratuit des femmes leur bénéficie directement, en termes de carrière et de finances ? 

Et puis, quel meilleur alibi qu’une nullité supposément génétique pour continuer… à ne rien foutre ?

III- Les compétences « domestiques » sont dévalorisées

Un travail déconsidéré

Les compétences que réclame le travail domestique ont toujours été dévalorisées, précisément parce qu’elles sont considérées comme intrinsèquement « féminines ». Or, si les femmes savent d’instinct préparer les repas et plier le linge, pourquoi attacher une quelconque valeur à ce travail ? D’autant que ce dernier n’a pas vocation à produire quoi que ce soit et doit être répété tous les jours, perpétuant de ce fait un cycle éternel.

Sans aller jusqu’à exalter le travail ménager – chiant, mais nécessaire – nous pourrions au moins nous accorder sur le fait qu’il s’agit d’un savoir-faire indispensable à tout être humain. Je ne parle pas ici de la survie qui consiste à se nourrir quotidiennement de pizzas surgelées et à nettoyer son appartement juste assez pour ne pas mourir enfoui sous la crasse. Je parle de savoir maintenir un espace de vie propre et respirable, cuisiner des repas équilibrés, laver son linge et anticiper les événements de la vie quotidienne – les courses, le paiement des factures, les rendez-vous médicaux, le passage à la Poste, etc.

Car, tout aussi prosaïque qu’il soit, le travail domestique n’en demeure pas moins indispensable. Et c’est bien pour cette raison que de nombreuses personnes le sous-traitent : quelle que soit notre profession et notre position dans la hiérarchie sociale, nous ne pouvons fonctionner sans repas pris à heures régulières, sans draps ni vêtements propres, sans structure et/ou personnel pour gérer nos enfants.

Ce travail est l’ossature invisible de notre existence. Il ne nous sert pas uniquement à survivre, mais bien à vivre, dans les meilleures conditions possibles.

Le prestige de la chaussette sale 

Ce n’est pas nouveau : il existe une division culturelle entre ce qui est « féminin » (considéré comme terre à terre, banal, quotidien) et ce qui est « masculin » (vu à l’inverse comme technique, complexe, élevé).

Prenons l’exemple du père qui change son enfant ou lui cuisine une purée de carottes maison. Alors que, réalisées par des mains féminines, ces activités restent bêtement prosaïques, elles se parent de vertus jusqu’alors insoupçonnées lorsque c’est papa qui s’y colle.

De la même manière, les femmes qui cuisinent tous les jours dans l’intimité de leur foyer n’impressionnent personne : elles ne font que remplir la « fonction » qui leur est dévolue. En revanche, le regard posé sur les hommes qui mitonnent de bons petits plats est bien plus enthousiaste, voire admiratif. Le secteur de la cuisine « professionnelle » reste à cet égard un bastion essentiellement masculin : 75% des cuisiniers professionnels sont des hommes, et seulement 10% de femmes officient dans la restauration gastronomique.

Mais dans l’intimité du foyer, elles sont celles qui préparent les repas.

N’y a t-il pas là un éclatant paradoxe ? Si les hommes cuisinent vraiment mieux que les femmes, pourquoi ne mettent-ils pas leurs compétences à profit au sein de leur foyer ?

Ce serait oublier que deux règles président à la répartition inégale des tâches :

  • toute activité se pare d’un soudain prestige social dès lors qu’elle est exercée par des hommes mais demeure triviale tant qu’elle reste pratiquée par des femmes,
  • les hommes veulent (et peuvent) bien prendre en charge certaines tâches… mais uniquement si cela s’inscrit dans une trajectoire professionnelle socialement valorisée et rémunérée, comme la cuisine. 

Or, on retire bien peu de gloire (et encore moins d’argent) à vider le lave-vaisselle et à ramasser les chaussettes sales. Pourquoi donc investir le champ de la vie domestique – invisible, gratuit, méprisé – quand tant de lauriers attendent ailleurs ?

IV – Education genrée oblige, les femmes partent avec une longueur d’avance

Enfin, les femmes apprennent beaucoup plus tôt que les hommes à s’occuper de l’intendance domestique : dès l’enfance, elles sont plus souvent incitées à débarrasser, faire le ménage, cuisiner ou s’occuper de leurs frères et sœurs. « Surentraînées », conditionnées, elles apprennent très tôt à effectuer les gestes du quotidien et à les considérer comme étant de leur ressort.

Mais au-delà de l’éducation genrée, une autre composante entre en jeu, et elle a tout à voir avec la masculinité toxique

En effet, les hommes ne sont pas incités à prendre soin d’eux, de leur santé, de leur alimentation, de leur intérieur – ce n’est pas « viril », c’est un truc de « fille », donc un sujet de moqueries.

Une négligence qu’ils paient cher : leur espérance de vie est inférieure de 6 ans à celle des femmes, et lorsqu’ils sont célibataires – donc livrés à eux-mêmes – ils se suicident deux fois plus que leurs homologues en couple, tout en étant beaucoup plus exposés aux risques de dépression et de maladie mentale

Il n’y a rien de glorieux à ne pas savoir prendre soin de soi et des autres. La crise que nous traversons en ce moment en est le glaçant rappel : nous avons toutes et tous besoin de vivre dans des conditions décentes, de nous nourrir, de nous soigner, de protéger notre santé, mais aussi de savoir veiller sur nos proches.

Le travail du care n’a rien de cosmétique : si aucun prestige social ne lui est rattaché, il n’en demeure pas moins essentiel puisqu’il est celui qui nous maintient en vie.

Aussi, nous devons à tout prix « dégenrer » ces compétences dont tout être humain a besoin pour vivre décemment.

J’aurais aimé que cette crise nous montre des hommes qui investissent massivement le champ du care – que ce soit pour coudre des masques, cuisiner pour leur famille, s’occuper de leurs enfants ou faire les courses pour leurs voisin-es. Je ne doute pas que ces hommes existent. Mais à l’échelle de la société, ils sont encore trop peu nombreux.

Oui, j’aurais aimé que la solidarité, le soin, le confort, l’intendance ne nous montrent pas qu’un visage féminin. Il nous faudra apprendre de cette épreuve. Commençons par éduquer filles et garçons de la même manière. Cessons de croire à un prétendu « ordre naturel », d’essentialiser les femmes pour obtenir leur soumission. Cessons de reproduire des schémas inégalitaires. Refusons la fatalité.

Un autre monde est possible.

Image

Et si on parlait de la charge mentale de Noël ?

NOOEL

A l’approche des fêtes, nombreuses sont les femmes à se sentir aussi cuites que la dinde de Noël. Entre l’achat – voire, pour les plus téméraires, la fabrication – des cadeaux, la composition du menu de Noël, l’envoi des cartes des vœux, l’organisation des vacances scolaires si enfants il y a, la décoration de la maison pour mettre toute la famille dans l’esprit de Noël et le pétrissage de la pâte à sablés, le concept de charge mentale prend un tout autre sens.

Selon une enquête réalisée en 2017 sur un échantillon représentatif de 1009 personnes, 80% des femmes en couple préparent le dîner chaque jour en semaine, 92% ont le sentiment d’être responsables du foyer et 95% se sentent plus responsables des enfants que les hommes. 

Sans surprise, la période des fêtes ne fait qu’amplifier la charge mentale que les femmes subissent déjà quotidiennement. Qu’il s’agisse d’établir la liste des courses, d’acheter les cadeaux de toute la famille, de piétiner pendant des heures au rayon jouets, de décorer la maison pour en faire un havre de paix qui sent le pain d’épices, d’organiser jeux et activités pour occuper les enfants, de préparer les valises en cas de départ en vacances, de dresser la table, de cuisiner pendant des heures (liste hélas non exhaustive), la somme des choses à faire semble s’étirer jusqu’à l’infini. Un labeur évidemment non rémunéré, qui profite à toute la famille et notamment aux hommes.

Qui n’a jamais observé les femmes de sa famille s’affairer en cuisine – le saumon fumé ! la dinde aux marrons ! la bûche au chocolat ! – pendant que les hommes conversent nonchalamment autour d’un verre est non seulement chanceux.euse, mais a également raté une expérience sociologique essentielle.

La période de Noël n’est pas le seul moment lors duquel la force de travail et la charge émotionnelle des femmes sont réquisitionnées. Mariage, anniversaire, célébrations diverses : tous les événements qui rythment la vie sont généralement pensés, élaborés et organisés par les femmes, qui y voient l’occasion de mettre en œuvre les compétences relationnelles, d’organisation et de soin à autrui qu’elles ont spécifiquement acquises (note pour les néophytes : non, ce n’est pas inné).

Mais ce n’est pas la seule raison.

En réalité, ce n’est pas tant que les femmes se plient de bonne grâce à ces marathons organisationnels – il y a plus fun que d’organiser une cérémonie de mariage de A à Z ou de préparer un repas de réveillon pour 20 personnes, par exemple.

C’est aussi et surtout une affaire de traditions genrées et d’attentes sociales, si solidement établies qu’il peut être difficile d’y échapper.

Les femmes sont en effet jugées sur leurs capacités (et leur motivation) à être une bonne « maîtresse de maison » – même si plus personne ne se risquerait à employer une expression aussi désuète, pour ne pas dire sexiste. Plus globalement, la société les déclare responsables des événements familiaux, de l’atmosphère du foyer et du bien-être de ses membres – et qu’importe si elles doivent sacrifier le leur au passage.

Il est donc attendu qu’elles endossent sans mot dire le rôle qui leur a été assigné, celui d’une G.O (gentille organisatrice) enthousiaste et infatigable. C’est à elles qu’il revient de rendre les membres du foyer heureux, de désamorcer les potentiels conflits, de s’assurer de la bonne ambiance générale, et de combler les besoins gustatifs, esthétiques et récréationnels de leurs convives. C’est sur elles que pèse le devoir d’occuper les fonctions de cheffe cuisinière, décoratrice, organisatrice d’événement, médiatrice et lubrifiant social. Le tout gratuitement et sans se départir de leur bonne humeur, bien sûr.

Ces normes sociales sont particulièrement difficiles à combattre car elles sont implicites, sous-jacentes, et profondément ancrées. Leur invisibilité est un piège, puisque ce qui n’est pas nommé n’existe pas. De fait, elles pèsent de tout leur poids sur les épaules des femmes, qui ne peuvent généralement pas se contenter de dire « non, merci » en se resservant du vin.

(Ce qui ne signifie pas que cela ne vaut pas le coup d’essayer).

La division du travail domestique (que ce soit en période de fêtes ou à n’importe quel autre moment) n’est pas une « loi » inéluctable qui serait inscrite dans la nature. Rien ne prédispose les femmes à la décoration du sapin de Noël et à l’organisation d’activités ludiques pour les enfants. De la même manière, rien n’empêche les hommes d’acheter des cadeaux, de préparer des biscuits sablés ou d’allumer des bougies – si ce n’est cette petite chose de rien du tout qui se nomme le patriarcat. Car c’est là où le bât blesse : la société ne leur a jamais appris qu’il s’agissait là d’une responsabilité qu’ils devaient endosser en tant que membre du foyer. Ce qu’elle leur a inculqué, en revanche, c’est qu’ils pouvaient être passifs, ne pas s’impliquer dans la vie domestique, et compter uniquement sur les femmes de leur entourage pour combler leurs besoins.

Même si le partage des tâches tend à s’équilibrer, notamment chez les jeunes couples, les femmes restent majoritairement préposées aux tâches utilitaires (lancer les invitations, cuisiner, décorer, ranger…) ainsi qu’au nécessaire travail de planification qui a lieu en amont – ce que l’on nomme la charge mentale. Ainsi, les hommes sont dispensés du moindre effort dans la sphère privée, puisqu’ils sont implicitement supposés bénéficier du travail domestique des femmes, lesquelles doivent se mettre au service des autres.

Mais alors, qu’est-ce qu’on attend pour tout péter ? Pourquoi, malgré la conscience que nous avons de la situation (et notre conviction qu’elle possède un caractère profondément inégalitaire), perpétuons-nous ces traditions archaïques ? Pourquoi, à chaque Noël, les femmes et les hommes reprennent-ils sans ciller leur place habituelle, les unes aux fourneaux, les autres devant le bêtisier de TF1, comme des pions sans autonomie ni volonté ?

Je me souviens de mon indignation lorsque j’ai appris que de nombreuses femmes allaient jusqu’à s’occuper personnellement des cadeaux… de la famille de leur conjoint. « Je suis en quelque sorte obligée », se défendent-elles. « Si je ne le fais pas, personne ne le fera, et c’est moi qui serais jugée ».

Voilà sans doute où réside le problème : parce qu’on attend des femmes qu’elles prennent tout en charge, même ce qui ne les concerne pas, elles n’ont pas d’autre choix que de répondre à l’appel. Ce qui est en jeu, ce ne sont pas seulement de vieilles traditions inscrites dans l’inconscient collectif. C’est aussi et surtout notre place dans la société, et plus spécifiquement dans le microcosme familial. Personne n’a envie de créer une esclandre ni d’être mis.e au ban de sa famille pour avoir fait acte de « rébellion ». Personne n’a envie d’endosser le rôle particulièrement ingrat de celui ou celle qui transgresse les codes.

Le refus – implicite ou explicite – des femmes de se conformer aux rôles de genre traditionnels peut en effet se retourner contre elles. Elles seront alors vues comme des « emmerdeuses », des rabat-joies, des égoïstes qui se permettent de gâcher les célébrations familiales au nom de griefs personnels. Difficile, quand on porte sur ses épaules des siècles de traditions jamais remises en cause, de renverser seule le statut quo.

Et c’est là qu’une question se pose : que fait donc l’autre moitié de l’humanité ?

Hélas, comme en matière de parentalité, la place des hommes se réduit ici à un flou artistique. Personne ne songera à les blâmer s’ils n’ont pas fait leur part, puisque aucune attente ne pèse sur eux. Eux aussi auraient pu cuisiner cette foutue bûche au chocolat, eux aussi auraient pu braver la foule de décembre pour aller acheter le cadeau du petit Léo, eux aussi auraient pu décrocher le téléphone pour convier personnellement chaque invité.e. Mais leur identité, leur fonction sociale n’est pas rattachée à la sphère privée, qui reste le domaine réservé des femmes – aussi indépendantes et libérées soient-elles. Chaque genre va donc se conformer aux attentes qui pèse spécifiquement sur lui. Or, comme nous l’avons vu, la société n’attend pas des hommes qu’ils s’investissent dans la sphère domestique, et encore moins qu’ils s’y montrent compétents.

*

Je n’ai ni mari ni enfant, et je vis dans un appartement dont la taille exclut toute activité de type « organisation d’un repas de Noël pour 15 personnes » – cela me préserve donc a priori de certains cadeaux empoisonnés que la période des fêtes réserve aux femmes.

Cette année, comme les années précédentes, je ne cuisinerais pas, je n’achèterais pas le cadeau du père de mon hypothétique époux, et je ne décorerais pas la table (en fait, je mettrais plutôt les pieds dessous). Et je prie pour ne jamais tomber dans cette spirale inégalitaire où, quelles que soient ses convictions, la moitié féminine d’un couple finit souvent par devenir la bonniche officielle – une sorte de couronnement sans consentement et sans gloire.

Pour toutes celles qui s’essuient déjà le front devant leur interminable to-do list : pensez à la politique des petits pas. Il n’est pas toujours facile de faire sédition d’un seul coup, sans préavis, après avoir sagement obéi aux normes sociales pendant des années. La révolte doit commencer lentement, mais sûrement. Personne n’a pensé à allumer le four ? Quel dommage. Vous êtes confortablement installée dans votre fauteuil, une coupe de champagne à la main. Vous arrivez les mains vides chez vos beaux-parents parce que votre conjoint comptait sur vous pour l’achat de la Wonderbox et des chocolats ? C’est son problème : pas le vôtre. Etc, etc.

Parce que les femmes, elles aussi, ont le droit à la trêve de Noël.